Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


L’opération interministérielle vacances 2014 et le ministre

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Films vidéo, Réglementation.

Rien de tel qu’un ministre sur terrain pour comprendre à quoi sert une telle opération … « Cap sur Palavas pour l’opération Vacances 2014 » avec Media du Sud.fr du 11 juillet 2014.

Une vidéo peut être vue sur le lien précité ou ci-dessous avec un ton différent de ce que l’on entend sur les médias habituellement.

On découvre que selon le ministre cette opération des agents des pouvoirs publics (DGCCRF) est une « aide aux professionnels pour qu’ils respectent la législation et finalement que les consommateurs soient contents, c’est un travail pédagogique … ».

Facteurs qui influencent ce que les inspecteurs notent comme non-conformités dans un rapport d’inspection

11
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

larry_the_cable_guy_health_inspector(2)Résumé.

Le but de cette étude visait à évaluer comment différents facteurs influencent le jugement des inspecteurs dans des inspections d’établissements de vente de produits alimentaires. En utilisant la méthode des scénarios, 116 inspecteurs de la santé ont répondu à un sondage électronique. La probabilité de noter des non-conformités a été trouvée être influencée par plusieurs facteurs : la non-conformité était-elle critique/non-critique, quelle est la perception par l’inspecteur de la volonté du manager à propos des modifications proposées, le manager a-t-il soutenu ces modifications ou bien a-t-il eu une attitude hostile, quelle est la perception des connaissances en sécurité des aliments par le manager, la non-conformité a-t-elle été corrigée immédiatement, l’inspecteur connaissait-il depuis longtemps le manager via des inspections, le manager a-t-il accompagné l’inspecteur pendant l’inspection, des aliments ou des boissons ont-ils été proposés, quelle est la perception par l’inspecteur de l’expérience du manager et la durée que le manager a consacré à l’inspection. Cette recherche démontre clairement que l’inspection est une tâche extrêmement complexe. Les résultats peuvent être utiles pour des programmes de formation, pour stimuler des échanges entre collègues concernant leurs expériences dans la gestion de situations spécifiques ou des discussions sur les règles relatives à la standardisation des inspections ou de la formation.

A. C. Johnson, B. A. Almanza, D. C. Nelson. Factors That Influence Whether Health Inspectors Write Down Violations on Inspection Reports. Food Protection Trends, vol. 34, no. 4, pp. 226-236, July 2014 Volume 34, Issue 4.

Commentaires. Lu dans un article assez drôle sur l’opération vacances 2014 en Mayenne, où même le préfet traque la « fraude » sanitaire, « La prévention plus que la répression. C’est l’adage que s’attachent à respecter les contrôleurs sanitaires. »

Irlande : Seuls 29% des commerces alimentaires satisfaisants en matière d’hygiène

20
juin
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

images« Seules 29% des commerces alimentaires satisfaisants en matière d’hygiène », selon le Health & Safety Executive (HSE) d’Irlande ». Source Irish Times du 20 juin 2014.

Les inspecteurs ont délivré 465 procès verbaux d’infractions liés à la sécurité des aliments, comprenant 311 demandes d’amélioration. Seules un quart des entreprises du secteur alimentaire visités par les inspecteurs du HSE l’an dernier ont été jugées satisfaisantes en matière d’’hygiène et de sécurité des aliments, selon le rapport annuel 2013 du HSE.

Les agents de la santé environnementale employés par le HSE ont effectué plus de 33 000 inspections d’entreprises alimentaires l’an dernier (ce point est tout à fait remarquable pour un petit pays –aa). Dans 29% des cas, le résultat a été jugé satisfaisant. Il y avait des non conformités mineures dans 47% des cas. Environ 18% des évaluations ont abouti à une conclusion « non satisfaisante », 5% ont eu une évaluation « non satisfaisante importante » et 1% avec une évaluation « non satisfaisante grave ».

Les inspecteurs ont émis 465 procès verbaux d’infractions liés à la sécurité des aliments, comprenant 311 avis d’amélioration et 11 poursuites.

Le HSE a traité plus de 650 éclosions de maladies infectieuses, dont certains impliquant plus d’une centaine de personnes. Le rapport note une augmentation de certaines formes de bactéries couramment associées à une intoxication alimentaire. Par exemple, le nombre de cas de VTEC (E. coli producteurs de vérocytotoxines) est passé à plus de 700 cas  au lieu de 530 cas en 2012.

Belgique : Rapport d’activité 2013 de l’AFSCA, des améliorations, mais quatre restaurants sur dix sont en infraction en matière d’hygiène

19
juin
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresL’AFSCA nous indique le 19 juin 2014 dans son communiqué de presse que « Le rapport d’activités 2013 présente une tendance positive pour la deuxième année consécutive ».

Le rapport d’activités 2013 présente une tendance positive pour la deuxième année consécutive. L’AFSCA continue d’élargir ses activités et les résultats s’améliorent dans un certain nombre de secteurs. En 2013, l’AFSCA a réalisé 11,5 % d’inspections supplémentaires et 87,4 % d’entre elles étaient favorables.

Les améliorations les plus marquantes se situent dans le commerce des produits phytopharmaceutiques, dans les abattoirs, dans l’horeca et dans les cuisines de collectivités. Ces améliorations ne sont pas seulement dues aux contrôles de l’AFSCA, mais également aux efforts déployés par l’Agence et les secteurs concernés afin d’informer, de former et de soutenir les entreprises.

hygieneLe contrôle de l’hygiène de 14 117 établissements de l’horeca a montré une amélioration de presque 4 % par rapport à 2012. L’amélioration s’élève à 18 % en matière de mise en œuvre de l’autocontrôle dans l’horeca.

Pour les abattoirs, l’amélioration de l’hygiène s’élève à plus de 14 %. Au niveau des cuisines de collectivités, l’hygiène s’est améliorée de façon importante dans les crèches, les hôpitaux et les maisons de repos.

Heureusement que la presse est là pour nous rappeler, selon Le Soir du 19 juin 2014 que « Le baromètre de la sécurité de notre alimentation s’améliore, selon l’Afsca. Mais il y a encore, dans certains domaines, pas mal de pain sur la planche. C’est ce que montre le rapport 2013 de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire. Globalement, les chiffres de conformité des contrôles réalisés par l’Afsca sont à la hausse. En 2013, 87,4 % des coups de sonde (hygiène, traçabilité, autocontrôle, emballage, tabac, bien-être animal, …) se sont avérés positifs, contre 85,2 % en 2012. »

Il n’en reste pas moins qu’en matière d’infrastructure et d’hygiène, près d’un établissement sur quatre était en infraction. Dans l’Horeca, le nombre d’inspections favorables progresse, mais 45 % des cafés, restaurants, hôtels ont été surpris en infraction en matière d’hygiène. L’image des cuisines de collectivités reste préoccupante, indique-t-on à l’Afsca. Trois prisons sur quatre sont en infraction. C’est également le cas d’une école sur trois, d’une crèche sur quatre et de 30 % des cuisines d’hôpitaux et de maisons de repos. Ici, la situation est pourtant globalement en voie d’amélioration. « Cela reste un sujet de préoccupation », reconnaît le nouveau patron de l’Agence fédérale de la chaîne alimentaire, Hermans Diriks.

« Les non-conformités majeures les plus fréquentes sont la saleté des surfaces, le non-respect de la chaîne du froid, la présence de denrées alimentaires impropres à la consommation humaine, la décongélation dans des conditions non-appropriées et le manque d’hygiène du personnel ».

Commentaires : C’est bien triste, mais il faut faire avec et on ne dispose pas chez nous d’un rapport équivalent qui éclairerait l’univers d’opacité des contrôles du ministère de l’agriculture …

L’agence canadienne d’inspection des aliments va s’auto-auditer

18
juin
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

larry_the_cable_guy_health_inspector2On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, dit-on, et par conséquent, c’est ce va entreprendre l’agence canadienne d’inspection des aliments en inspectant elle-même l’inspection de ses propres inspecteurs

À compter de ce mois-ci, six équipes composées de trois agents de vérification de l’inspection entameront des vérifications ciblées dans les établissements de transformation des aliments agréés par le gouvernement fédéral comme les abattoirs et les établissements de production de la viande. Les vérifications porteront sur les éléments essentiels de l’inspection et de la production d’aliments salubres, comme l’assainissement des établissements et l’efficacité de la réponse d’une entreprise à un rappel d’aliment. Quatre autres équipes seront en fonction d’ici l’automne.

Comme il l’a annoncé en juin 2013, le gouvernement du Canada a engagé la somme de 16 millions de dollars sur une période de trois ans pour établir les équipes de vérification de l’inspection. Les activités que réaliseront les équipes de vérification de l’inspection iront au-delà des inspections régulières menées tous les jours dans les établissements au Canada. Les inspecteurs de première ligne de l’ACIA continueront d’effectuer des tâches quotidiennes précises afin de vérifier le respect des exigences en matière de salubrité des aliments, alors que les équipes de vérification de l’inspection assumeront un rôle de surveillance plus élargi.