Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Tableau de chasse de l’opération alimentation vacances dans le Rhône

17
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Vacances d'eteLu dans les informations de la liste Hygiène de Bruno Peiffer, cette brève sur l’opération alimentation vacances dans le département du Rhône.

Lyon Mag du 17 novembre 2014 rapporte « Alors que la direction départementale de la protection des populations annonce un renforcement de ses contrôles à l’occasion des fêtes de fin d’année, la préfecture communique ce vendredi le bilan de son opération estivale. »

C’est ce qu’on appel l’opération fêtes de fin d’année. La communication de la préfecture n’est pas sur son site Internet, pas de vérification possible …

Dans le département, 695 contrôles ont été effectués, dont 136 concernaient des établissements de restauration commerciale. 

Ont été passés au cribles, les dates limites de consommation, l’hygiène des locaux ou encore la traçabilité des aliments. 126 contrôles ont été effectués également lors du transport de denrées périssables en sortie de magasin en libre-service de gros ainsi que 112 contrôles de commerçants non sédentaires en produits alimentaires et non alimentaires. Une cinquantaine d’hôtels et des professionnels des métiers de bouche ont également été visités. 

Et sur ces 695 contrôles, la préfecture indique qu’une soixantaine de procès-verbaux a été dressé. Ces infractions repérées, selon leur gravité, ont été transmises aux procureurs de la république de Lyon et de Villefranche. A priori, aucune fermeture administrative n’a été déclarée.

NB : On n’en saura pas plus, hélas …

Avant d’aller manger une pizza, pensez à vérifier l’état de la brosse métallique qui sert à nettoyer le four à pizza

15
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Brosse métallique et Pizza, ce n’est pas un bon mélange », source Bill Marler du Marlerblog du 13 novembre 2014.

Avant de vous proposer cet article, voici un aperçu de ce que l’on trouve sur le marché en France. Pour nettoyer votre four à pizza vous avez besoin de brosses, brosse pour grille avec soies en acier inox, brosse orientable soies en laiton, brosse orientable soies en laiton tête ronde, brosse à fourneau en laiton, brosse inox à manche en bois, brosse pour four à pizza en laiton, etc.

La prochaine fois que vous irez manger une pizza, une pizz quoi, pensez à voir comment est nettoyer le four à pizza et la grille du four, vous me remercierez après …

ooOOoo

Dans la soirée du vendredi 19 septembre, 2014 Diane Norman a acheté des pizzas chez Domino Pizza situé au 2800, Milton Way à Milton, Washington. Elle a apporté les pizzas à la maison afin de les consommer en famille. Michael Norman a choisi deux tranches de pizza au bacon canadien et à l’ananas et a pris une bouchée d’une tranche. Il déglutit et sentit immédiatement quelque chose de pointu dans sa gorge. Il a commencé par étouffer et s’est précipité vers l’évier pour boire de l’eau afin de l’aider à dégager sa gorge. A ce stade, il sentit une déchirure forte à la gorge et a bu un verre de jus de canneberge. Sa gorge semblait rayée mais cela a soulagé sa douleur, puis il a mangé une tranche de pain. Bien que cette action ait éliminé le sentiment qu’un aliment s’était introduit dans sa gorge, Michael a senti une douleur sourde dans son estomac. Depuis, il n’a plus eu faim, il ne mange plus pizza. Diane Norman a congelé les restes de pizza. Quelque temps plus tard, elle a examiné les tranches de pizza congelée et a retrouvé un fil dans une pièce de la pizza qu’elle avait conservée (photo de droite).

Screen-Shot-2014-11-13-at-2.18.41-PM-300x266Dans les jours suivants, Michael a continué à ressentir une douleur sourde dans son abdomen. Son médecin a ordonné des radiographies qui montrent deux objets métalliques à l’intérieur de son abdomen. Un scanner a révélé que l’un des objets métalliques a perforé son intestin grêle. Après une tentative avortée de supprimer les objets métalliques par endoscopie, Michael a été transporté à l’hôpital pour y être opéré le 27 septembre. C’est alors que les chirurgiens ont enlevés deux fils de l’intestin de Michael Norman.

Le 30 septembre Michael Norman a déposé une plainte auprès du Tacoma Pierce County Health Department (TPCHD). En réponse à sa plainte, le spécialiste de la santé de l’environnement TPCHD, Christina Sherman, a mené une enquête sur place au Domino de Milton. Madame Sherman a examiné le processus de fabrication de la pizza avec un employé de Domino, James Tyler. Elle a noté qu’une brosse métallique a été utilisée pour nettoyer une grille à l’intérieur du four à pizza à la fin de chaque journée. Madame Sherman a également observé une certaine usure des poils de la brosse. Cette usure était évidente dans les photos de la brosse prise par Madame Sherman (photo de gauche).

Le 8 octobre, Michael Johnson du TPCHD a effectué une deuxième visite sur les lieux de Domino. Monsieur Johnson a écrit dans le rapport d’inspection :

« J’ai observé une brosse métallique avec des débris alimentaires entre les fils. Les fils sur la brosse étaient pliées et pointant dans des directions différentes et ne permettent pas de conserver sa conception originale. Des employés ont déclaré qu’ils avaient une autre brosse qui a été utilisée pour nettoyer le four, mais elle avait été jetée la semaine dernière. La personne en charge de l’extérieur du four a dit qu’il est nettoyé tous les soirs et l’intérieur du four est nettoyé une fois par mois en utilisant une brosse. »

Monsieur Johnson a conseillé, « [E]quipement et ustensiles doivent être conçus et construits pour être durable et conserver leurs qualités propres dans des conditions normales d’utilisation. »

Screen-Shot-2014-11-13-at-2.19.06-PM-218x300La brosse métallique a été jetée.

Il est à noter que d’autres non-conformités à la sécurité des aliments ont été relevés chez Domino, dont une installation de lavage des mains inadaptée, une tenue incorrecte au froid et l’utilisation d’un thermomètre gradué au lieu d’un thermomètre numérique. [voir les documents du Tacoma Pierce County Health Department].

Les faits dans ce cas montrent clairement un lien entre la blessure subie par Michael Norman par la pizza Domino qu’il a consommée le 19 septembre. Immédiatement après avoir pris une bouchée de pizza, il sentit une vive douleur à la gorge et a commencé à étouffer. Après avoir connu plusieurs jours de douleurs à l’estomac, des radios de son abdomen ont révélé la présence de deux fils métalliques dans ses intestins. Les médecins ont pratiqué une intervention chirurgicale en urgence et enlevé les fils. Diane Norman a retrouvé un fil métallique dans les restes de la pizza achetée le 19 septembre. Le personnel Pizza Domino a décrit comment les brosses en fils métalliques étaient utilisés pour nettoyer le four à pizza et les enquêteurs de la santé publique ont observé que les fils de la brosse chez Domino Pizza à Milton étaient pliés. Un enquêteur du Tacoma Pierce County Health Department a pris des photos de la brosse métallique. Ces photos montrent une usure évidente et une déchirure de la brosse.

Les blessures internes à l’ingestion de poils métalliques lors du nettoyage de grilles sont bien documentées. Dans un seul hôpital, 12 patients avec des blessures dues à l’ingestion de poils de brosse ont été signalés entre juillet 2009 et juin 2012. La gravité des blessures variait depuis la perforation des tissus mous du cou, causant de graves douleurs lors de la déglutition, à la perforation du tractus gastro-intestinal nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence. (Réfénce. Grand DJ, Egglin TK, Mayo-Smith WW. et al. Injuries from ingesting wire bristles dislodged from grill-cleaning brushes – Providence, Rhode Island, 2009-2012. J. Safety Res. 2012 Dec. 43(5-6):413-5). Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande des mesures pour prévenir ces blessures en sensibilisant les consommateurs, les fabricants, les distributeurs et les professionnels de la santé afin de promouvoir la prévention, le diagnostic précoce et le traitement approprié. Dans un éditorial publié dans Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), l’agence suggère que la sensibilisation par les fabricants et les distributeurs du risque d’ingestion de fil métallique pourrait encourager la modification des produits ou le développement de produits actuels plus sûrs. Le CDC recommande à ceux dans l’industrie de la restauration commerciale d’« examiner si leurs clients sont à risque de cette blessure » et de conseiller le « recours à des méthodes ou des produits de nettoyage alternatifs de la grille. » (Référence. Centers for Disease Control and Prevention, Injuries from ingestion of wire bristles from grill-cleaning brushes – Providence, Rhode Island, March 2011-June 2012. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2012 Jul 6;61(26):490-492).

Commentaires : Quels sont les enseignements que l’on peut tirer de cette mésaventure ?

Porter plainte sert car des inspections sont diligentées et de plus elles peuvent être rendues publiques, comme le rapport d’inspection de Monsieur Johnson qui est accessible avec des photos. De quoi a-t-on donc peur en France pour ne pas avoir ce type de transparence ? Tout cela me conduit à penser qu’en France, il est d’une part impossible d’écrire un article comme celui de Bill Marler, et, d’autre part, nous n’avons pas accès aux documents publics comme les inspections …

Liban : 90 % des établissements alimentaires inspectés n’ont pas de certificat sanitaire

15
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Bou_Faour_810967_large_423505_largeLa situation de l’hygiène sanitaire des établissements alimentaires au Liban est un bon client pour le blog. En témoigne ce troisième article dans lequel on apprend que « 90 % des établissements alimentaires inspectés n’ont pas de certificat sanitaire », selon L’Orient Le Jour du 15 novembre 2014.

Dans le cadre de sa campagne contre les établissements contrevenant aux normes de la sécurité alimentaire, le ministre de la Santé, Waël Bou Faour, a affirmé hier que « 90% des établissements inspectés n’ont pas le certificat sanitaire requis », et a recommandé la fermeture d’une boucherie, d’un débit de poulets et d’une sandwicherie.

Lancée dans un esprit d’indignation salutaire, la campagne menée tambour battant laisse à redire, c’est évident, mais elle a quand même le mérite de crever un gros abcès négligé dans l’état de laisser-aller général.

Le ministre a effectué hier une visite au laboratoire de recherche de Fanar, afin d’afficher son soutien à l’établissement dont les expertises ont été contestées, et en réponse aux critiques adressées au ministère de la Santé, dont il relève.

Parallèlement à cette activité centrée sur le Mont-Liban, le ministère de la Santé a ordonné une campagne d’inspection dans les grandes surfaces de Saïda, tandis qu’une centaine d’échantillons collectés dans la banlieue sud prenaient le chemin du laboratoire. La campagne parviendra-t-elle au Chouf ?

(…)

Le ministre a récusé les arguments invoqués pour mettre en doute les résultats des expertises, et a dénoncé les « protections » dont jouissent certains établissements. Parmi eux, l’enseigne « Roadster Dinner » qui, selon M. Bou Faour, a effectué ses propres examens sur les plats de poulet qu’elle sert, et a abouti à la même conclusion que l’enquête, à savoir que le produit laissait à désirer.

Cela contredit, semble-t-il, les dires de ce restaurant cités dans l’article, Liban : Restauration commerciale et sécurité des aliments

NB : Photo du ministre de la santé Waël Bou Faour.

Des établissements alimentaires au Liban sont cités et blâmés par le ministre de la santé

11
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imagesEn France, il y en a qui veulent promouvoir la transparence en matière de contrôles des établissements de restauration, mais au Liban, le ministre de la santé la met en pratique publiquement …

La liste se lit comme un who’s who des restaurants libanais, Hawa Chicken, Spinneys, Roadster Diner et des dizaines d’autres, mais cela ne tenait pas compte de leur cuisine réputée du Liban. Mardi après-midi le ministre de la santé a cité et blâmé les établissements du Liban servant une cuisine dangereuse.

363966_img650x420_img650x420_crop« Les aliments du citoyen libanais sont non seulement trempés de sueur, mais aussi de maladies et de microbes », a déclaré Abou Faour lors d’une conférence de presse à son ministère. « Le Liban ne sait pas ce qu’il mange, et ce serait une catastrophe s’il le savait. »

Le ministre a révélé que de nombreux supermarchés, boulangeries, boucheries et restaurants avaient violé les règles de sécurité des aliments, selon les résultats de la campagne d’inspection effectuée par le ministère au cours des 20 derniers jours.

Parmi les supermarchés célèbres qui ont été nommés par Abou Faour, il avait Fahed Supermaket à Jounieh, Hawa Chicken, Spinneys à Jbeil, Abou Khalil à Damour, Metro à Baaba, MP à Aley et TSC Mega dans le district de Metn.

D’autres lieux remarquables mentionnés étaient Roadster Diner pour ses filets de poulets, Bedo pour ses saucisses, Makaneq pour ses soujoks, et le magasin de pâtisseries Al-Hallab à Tripoli pour son ashta.

«Le but est de ne pas déformer l’image de toutes les sociétés », a répété plusieurs fois Abou Faour au cours de la conférence. « Mais nous avons une responsabilité envers les citoyens. »

Les deux endroits avec les pires dossiers étaient de loin le distributeur alimentaire Tanmiya et la boucherie An-Natour.

Je vous laisse lire la suite tranquillement …

Elever le niveau d’hygiène des restaurants ou bien fermer, tel est le dilemme des restaurateurs à Dubaï, à moins d’aller dans une Food Safety Clinic !

10
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Selon cet article, les hôtels, restaurants et cafétérias à Dubaï sont classés en A, B, C, D ou E sur la base des résultats des inspections effectuées par la municipalité.

La municipalité de Dubaï prévoit de fermer les établissements alimentaires qui n’élèvent pas leurs règles de sécurité des aliments au plus haut niveau avant de les Emirats Arabes Unis n’accueille l’Exposition universelle de 2020, a révélé dimanche un haut fonctionnaire.

510741771« Nous voulons que tous les établissements de restauration de Dubaï soient dans les catégories ’A’ et ‘B’. Nous ne voulons pas de restaurants ou d’hôtels en dessous de ces notes d’ici 2020 », a déclaré Khalid Mohammed Sherif Al Awadi.

Parlant au Khaleej Times en marge de la 9e Dubai International Food Safety Conference (DIFSC) dimanche, Al Awadi a dit qu’il est grand temps que des restaurants élèvent leurs normes pour faire de Dubaï le meilleur endroit pour dîner.

Les hôtels, restaurants et cafétérias à Dubaï sont classés A, B, C, D ou E sur la base des résultats des inspections effectuées par la municipalité. Alors que A et B représentent d’excellentes et de très bonnes catégories, C est donnée aux restaurants qui ont obtenu un bon certificat. Les établissements qui sont acceptables ont la note D, tandis que ceux qui ont eu des non-conformités critiques reçoivent la note E et la fermeture.

Sultan Al Tahir, responsable des inspections à Dubaï, a déclaré que plus de 200 des 13 000 établissements de restauration à Dubaï ont la note A. Les établissements entrant dans la catégorie E sont 430.

Il est entendu les notes seront révisées si nécessaire après les résultats des inspection prévues et ponctuelles de la sécurité des aliments.

« Ceux qui auront la note A et B seront très nombreux. Pour la classe E, nous les mettrons dans une Food Safety Clinic. Donner des amendes et fermer l’établissement n’est pas une solution. Nous allons rencontrer les propriétaires et les responsables afin de discuter comment ils peuvent s’améliorer », a-t-il ajouté.

Khalid Mohammad Sharif, directeur général de la municipalité, a ajouté qu’il envisage de lancer une application smartphone, qui permet aux consommateurs de scanner des codes barres sur les produits alimentaires.

« En utilisant leur smartphone, les consommateurs pourront en apprendre davantage sur l’histoire du produit », a-t-il expliqué. Outre l’affichage de la valeur nutritive, la date limite de consommation et le pays d’origine, les consommateurs pourront également vérifier si le produit n’a jamais été rappelé.

Par ailleurs, la municipalité de Dubaï a annoncé que l’inspection des aliments sera réalisée à l’aide de Google Glass.