Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Etats-Unis : Les dangers de notre approvisionnement alimentaire sont pires que ce que vous pensiez

14
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

18-FDA-scandal-canteloupe-pa-150x11218-FDA-scandal-peanut-butter-pa-150x112

La sécurité des aliments se porte-t-elle bien aux Etats-Unis ? Pour le savoir, il faut lire ce court mais oh combien utile article de Bill Marler du 13 avril 2014.  

Barry Estabrook a écrit pour les périodiques OnEarth et Reader Digest, « Les dangers de notre approvisionnement alimentaire sont pires que ce que vous pensiez ».

Comme Barry le souligne à juste titre, les maladies d'origine alimentaire sont en hausse aux États-Unis, et ce n'est pas seulement à cause de quelques feuilles d'épinards non lavés. Des conditions immondes, une réglementation laxiste et trop peu d'inspecteurs menacent notre sécurité sanitaire.

Mais, ce qui a attiré l'attention de ma mère de 86 ans a été la chose suivante :

S’il y a une volonté d’application de la sécurité des aliments aux États-Unis, ce  sont des avocats comme Marler, un bourreau de travail intense qui estime que son entreprise, Marler Clark, a fait gagné plus de 600 millions de dollars à ses clients car il a déposé ses premières plaintes dans les années 1990. Pour lui, la FDA est lentement mais sûrement coupée de ses ressources et du personnel nécessaires pour s'acquitter de son mandat. Dans les années 1970, l'agence effectuait 35 000 inspections des usines de transformation alimentaire chaque année. Aujourd'hui, elle inspecte moins de 8000, bien que le nombre d'installations relevant de sa juridiction a grimpé en flèche.

Bon, c'est dimanche, et je ne suis pas au travail !

Fini les promesses, bientôt les enquêtes relatives à l’hygiène de l’AFSCA en ligne dès 2015 !

11
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

7sur7.be du 11 avril rapporte que « L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) travaille actuellement sur la création d'une nouvelle fonctionnalité sur son site destiné aux consommateurs, Foodweb. La plate-forme devrait mettre en ligne dès 2015 les résultats d'enquêtes relatives à la sécurité alimentaire et à l'hygiène auprès des établissements en relation directe avec les consommateurs (B2C). « Le but est d'informer un maximum de personnes ainsi que d'améliorer la sécurité et l'hygiène de la chaîne alimentaire », explique vendredi l'AFSCA.

smileybigLe site classera l'hygiène des établissements de l'Horeca et des commerces alimentaires selon un système de notation « à bulles » (leur nombre définissant la qualité, ndlr). La note attribuée à chaque établissement pourra être consultée en ligne par les consommateurs.

L'AFSCA pointe la nécessité de développer un système destiné à informer un maximum de personnes. A terme, il devrait permettre d'améliorer davantage encore la sécurité et l'hygiène des B2C. « Le but n'est pas de punir les entrepreneurs qui ne sont pas en ordre. Un recontrôle systématique sera effectué dans les établissements qui n'auront pas rempli certains critères afin de leur offrir l'opportunité d'améliorer leur note », explique la porte-parole de l'AFSCA, Yasmine Ghafir.

Du côté du secteur de l'Horeca, on émet des doutes quant aux moyens mis à la disposition de l'AFSCA, qui devra assurer simultanément les inspections dans tous les établissement du secteur B2C, ainsi que les « recontrôles » des mauvais élèves. « Une seconde inspection doit être menée dans les six mois qui suivent la première visite. Un établissement pourra donc traîner une mauvaise cote durant une demi année, ce qui lui laisse le temps de perdre sa clientèle », estime le secrétaire générale de la Fédération Horeca Wallonie, Pierre Puriau.

« Il faut éviter de stigmatiser les entreprises qui ne sont pas directement en ordre. Pour cela, l'AFSCA doit assurer la rapidité des recontrôles et des mises à jour des notations sur son site afin d'éviter que le système ne se transforme en 'liste noire' pour certains établissements », conclut M. Puriau.

Encore un petit effort et on aura bientôt cela en France …

*B to C (ou B2C) : Ensemble des relations entre une entreprise et ses consommateurs et initiées par l'entreprise.

NB : Il existe déjà en Belgique une liste des opérateurs (1915) qui ont eu un smileyCela étant, je ne sais ce qu’est un système de notation « à bulles » (un clin d’œil  à la BD belge ?), si un lecteur a une idée, je suis preneur …

La sécurité des aliments dans les restaurants au Canada ou pourquoi les résultats des inspections des restaurants peuvent être difficiles à trouver ?

11
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

webst11167Au Québec, on apprend que « Chaque jour, huit personnes sont intoxiquées dans un restaurant ou une épicerie au Québec. Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) surveille de très près les restaurateurs récalcitrants. »

Et ailleurs au Canada, selon CBC news, on se demande « pourquoi les résultats des inspections des restaurants peuvent être difficiles à trouver ? » Malgré des réussites locales, l'industrie s'oppose système de notation des restaurants.

Les Canadiens aiment dîner à l'extérieur, mais l'information sur la façon dont les restaurants sont notés dans les rapports d'inspection de la santé n'est pas toujours facile à trouver, selon une enquête de CBC Marketplace.

Les ménages canadiens dépensent en moyenne environ 2000 dollars canadiens (1 313 euros) chaque année pour manger au restaurant et près de deux millions d'entre nous contractent des maladies d'origine alimentaire en mangeant dehors, selon Santé Canada.

La difficulté pour les clients du restaurant est que le Canada a un patchwork de règles et de règlements sur la façon dont les rapports d'inspection sont rendus publics.

Certaines provinces ou villes canadiennes publient les résultats d'inspection, mais ils ne sont pas affichés dans les restaurants où les gens peuvent les voir avant de commander un repas. D'autres, comme le Manitoba ne publie pas de rapports, mais après une enquête de Marketplace, la province a décidé de rendre les informations disponibles pour CBC.

Toronto a lancé un système public de notation des restaurants. Il y a plus de dix ans que les résultats sont mis en ligne et les clients peuvent les voir, un changement dit la ville qui a contribué à un spectaculaire bond dans les taux de conformité et une baisse significative des maladies d'origine alimentaire. Mais un groupe de l'industrie s'est opposé à des tentatives d'introduire des systèmes similaires ailleurs, et seules quelques juridictions ont adopté l'approche de la ville de Toronto.

« La sécurité des aliments est une question très grave », dit Jim Chan, un inspecteur de la santé publique à la retraite qui a passé 36 années avec la Toronto Public Health. « Tout ce qui peut affecter ma décision de ne pas m'exposer à un danger pour la santé, tout Canadien dans le pays devrait avoir le droit à cette information. En tant que citoyen, je devrais avoir cette information pour être en mesure de prendre une décision éclairée ».

Environ la moitié des maladies d'origine alimentaire au Canada arrivent en mangeant au restaurant, selon Santé Canada.

Un rapport de 2012 du Conference Board of Canada sur l'amélioration de la sécurité des aliments au Canada a révélé que les restaurants sont une source importante de maladies d'origine alimentaire mais les inspections par elles-mêmes ne vont pas assez loin pour protéger les Canadiens de tomber malade.

Un restaurant coaché par un gourou des aliments de la télé a obtenu une note faible en hygiène des aliments

7
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

rating_DelifusionLe Birmingham Mail du 5 avril 2014 rapporte qu’« Un restaurant coaché par Russell Norman, le gourou des aliments à la télévision britannique dans son émission à la BBC, a reçu seulement un score d’une étoile lors d’une inspection en hygiène des aliments. »

Un réfrigérateur du Desi Fusion – représenté présenté dans l‘émission de la BBC, Restaurant Man – a été trouvé avec joints moisis et sales, le personnel n’était pas sûr des pratiques de base en matière de sécurité des aliments et les lavabos étaient manquants. L'épisode de Restaurant Man sur Deli Fusion a été diffusé sur la BBC2 en février 2014. (…)

Le rapport sur l'hygiène des aliments, publié sous la loi sur la liberté de l'information (Freedom of Information Act, (loi qui n’existe pas en France, car on n’a pas accès à ce type d’informations -aa), a été réalisé en octobre par le conseil municipal.

Du poulet cru et de la viande hachée étaient stockés à côté de plats chauds dans le réfrigérateur, créant un risque de contamination croisée et d’intoxications alimentaires, selon l'inspecteur .

Une planche à découper a également été découverte être utilisée à la fois pour les aliments crus et les aliments prêts à être consommés sans être nettoyée ou désinfectée entre chaque utilisation. Le chef n'était pas sûr des températures des aliments nécessaires pour être cuit afin de détruire les bactéries et il n'y avait pas de système de contrôle des stocks.

Le score d'une étoile, ce qui signifie que des améliorations sont nécessaires, fait partie d’un système de notation de l’hygiène des aliments (food hygiene ratings -aa) qui comprend d'un maximum de cinq étoiles.

NB : La photo de gauche illustre la note obtenue

Irlande et la sécurité des aliments : C’est évitable, mais il y a encore des fermetures d’établissements alimentaires

4
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Comme je l’indiquais le 18 mars 2014, l’Irlande est, semble-t-il, repartie en 2014 sur les mêmes bases qu’en 2013 au niveau de la fermeture d’entreprises alimentaires en raison de problèmes d’hygiène et de sécurité des aliments, voir Augmentation de 12,5% des plaintes liées aux aliments en Irlande, La sécurité des aliments en Irlande va mal : 30% d’augmentation de mesures prises à l’encontre d’entreprises et L’Irlande est-il le pays de la sécurité des aliments ?

fsai-logoCe rituel s’accompagne en mars de 8 huit fermetures d’établissements alimentaires contre 14 en février

Qu’a dit le directeur général de la Food Safety Authority of Ireland, en commentant ces mauvais résultats, un peu comme chez nous le ‘ministre du travail’ à propos du chômage,

« Le professeur Alan Reilly, a déclaré qu'il n'y a absolument aucune excuse pour les entreprises alimentaires de mettre la santé des consommateurs en danger par des pratiques négligentes. Il a dit : « Alors que la plupart des entreprises du secteur alimentaire respectent les règles élevées et sont conformes à la législation de la sécurité des aliments, nous continuons à rencontrer des cas où la santé des consommateurs est compromise par un défaut de se conformer aux exigences de sécurité et d'hygiène des aliments. Ces infractions sont évitables. »

« Nous exhortons les entreprises alimentaires de s'assurer qu'elles disposent d'un système de management de la sécurité des aliments en place et qu'il est consulté de façon  régulière et à jour, et le cas échéant, de s'assurer que des non-conformités et les violations à la législation sur la sécurité des alimentaire ne produisent pas. »

NB : Cela étant, en France, on n'a pas de données précises ou pas de données à jour sur les fermetures …