Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Éclosions en cours de listériose invasive due à Listeria monocytogenes sérotype 1/2a dans la province d’Ancône, Italie, janvier 2015 à février 2016

1
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

ListeriaRésumé.

Au cours des sept premières semaines de 2016, cinq isolats de Listeria monocytogenes de sérotype 1/2a ont été prélevés sur des patients atteints de listériose invasive dans les provinces d’Ancône en Italie. Ces souches et six isolats 1/2a identifiés en 2015 dans la même zone ont été typés par ERIC-PCR et PFGE. Une relation clonale, documentée entre les deux ensembles d’isolats, a suggéré une éclosion de listériose à Ancône qui a commencé très probablement en 2015. L’enquête sur la source de l’infection est toujours en cours.

Dans la discussion et la conclusion, les auteurs indiquent :

L’incidence de la listériose a augmenté depuis le début des années 2000 dans plusieurs pays européens, principalement chez les patients immunodéprimés âgés de plus de 65 ans. En particulier, une augmentation statistiquement significative a été rapportée en Autriche, Danemark, Hongrie, Italie, France, Espagne et Suède de 2005 à 2009. Au cours des 30 dernières années, les éclosions de listériose ont principalement liées au sérotype 1/2a et 4b. Un changement du sérotype 1/2a a été observé en Europe et en Amérique du Nord durant la dernière décennie. En Italie, la surveillance de la listériose invasive a constaté une augmentation des isolats avec le sérotype 1/2a sur la même période, principalement dans les régions du centre et du nord (environ 80% des cas).

La listériose est une infection avec une grande préoccupation pour la santé publique en raison de la sévérité clinique et son taux de létalité élevé, en dépit de sa faible incidence comparée aux autres maladies d’origine alimentaire telles que la salmonellose ou la campylobactériose. Les données actuelles suggèrent une éclosion en cours de listériose due à L. monocytogenes de sérotype 1/2a dans l’area vasta 2 (AV2) qui a très probablement commencée en 2015, étant donné que la souche était déjà présente dans la région en 2015. Comme dans d’autres pays européens, la plupart des cas ont été associés à une condition sous-jacente et ont concerné des personnes âgées. Les autorités locales travaillent avec l’Institut national italien de la santé publique (Istituto Superiore di Sanità, Rome) et l’Istituto Zooprofilattico des régions d’Ombrie et des Marches pour identifier les sources de contamination des aliments. Un récent communiqué de presse souligne qu’il y a des constatations qui suggèrent la contamination d’un produit de porc comme probable véhicule de l’infection sur au moins un cas humain. À l’heure actuelle, toutefois, aucun lien clair peut être établi entre un produit contaminé de charcuterie et les infections. L’enquête sur la source de l’infection dans l’AV2 est toujours en cours.

Référence. Marini E, Magi G, Vincenzi C, Manso E, Facinelli B. Ongoing outbreak of invasive listeriosis due to serotype 1/2a Listeria monocytogenes, Ancona province, Italy, January 2015 to February 2016. Euro Surveill. 2016;21(17):pii=30217.

Les salades Dole et Listeria : Shame and Scandal aux Etats-Unis

30
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Etats-Unis : Des appels incitent la FDA a être plus forte dans le scandale des salades Dole », source article de Coral Beach du 30 avril 2016 paru dans Food Safety News.

Les réactions ont été variées aux nouvelles qui indiquent que Dole Food Co. a sciemment produit et expédié des salades à partir d’une installation contaminée ; ces nouvelles allaient de critiques envers la FDA à une reconnaissance de la part de la direction de Dole, car l’entreprise fait l’objet d’une investigation par le ministère de la justice.

logo-Dole-USE-THIS-ONELa représentante démocatre au Congrès, Rosa DeLauro, du sous-comité responsable du financement de la FDA, a dit que le fonctionnement continu de l’usine de Dole était « un scandale ».

« Quatre personnes sont décédées de ces salades contaminées, et des dizaines d’autres ont été rendues malades et hospitalisées, parce que les dirigeants de Dole voulait mettre les bénéfices de l’entreprise sur le dos de la santé publique. Ces dirigeants doivent être tenus responsables de leurs actes inadmissibles », a déclaré DeLauro dans un communiqué publié vendredi, quelques heures après avoir appris la situation.

« Le peuple américain mérite mieux et nous devons absolument veiller à ce qu’une situation comme celle-ci ne se reproduise plus. L’usine Dole en question a dit qu’ils ont pris des mesures correctives, mais nous avons besoin de réponses précises sur ce que sont ces actions. Si les actions de Dole ne sont pas suffisantes pour assurer la sécurité des aliments, cette usine doit être fermée. »

Plus tôt cette semaine Dole a refusé de fournir des détails sur ce qui avait été fait pour nettoyer l’usine de salades de Springfield dans l’Ohio que les enquêteurs sur les éclosions aux États-Unis et au Canada ont relié aux victimes de Listeria monocytogenes via des empreintes génétiques du pathogène.

Trente-trois personnes ont été confirmées comme ayant eu une infection avec la même souche de Listeria monocytogenes retrouvée dans des salades ensachées dans l’Ohio et au Canada à partir de l’usine de Dole dans l’Ohio. Les inspecteurs de la FDA ont également trouvé la souche épidémique sur l’équipement, les surfaces non en contact avec les aliments, dans de la laitue romaine en cours de transformation dans l’usine et dans les produits finis de salade.

Les 33 victimes ont dû être hospitalisées. Une victime de l’éclosion dans le Minnesota et trois au Canada sont décédées. Le début de la maladie a commencé en mai 2015 et a continué en janvier de cette année, selon les documents de la santé publique.

Dole-483-smoking-gunDes documents obtenus de la FDA obtenus par Food Safety News via une demande selon le Freedom of Information Act ont montré que les responsables de chez Dole savaient la présence de Listeria dans l’établissement depuis au moins juillet 2014. La société n’a pas fermé l’usine de l’Ohio jusqu’au 21 janvier de cette année, plusieurs jours après que les inspecteurs de la FDA l’aient révélé.

« L’échec de Dole d’arrêter l’expédition des produits et de nettoyer son usine avant l’éclosion a montré un mépris total pour la santé de ses clients », a déclaré David Plunkett, avocat dans la sécurité des aliments pour le Center for Science in the Public Interest (CSPI).

« De plus, ses communiqués de presse après coup rappelant les salades ensachées ont montré plus d’inquiétude sur l’image publique de la société que pour les personnes qui achètent ses produits. Les clients de Dole méritaient mieux que les annonces qui servaient l’entreprise. »

Wenonah Hauter, directrice exécutive de Food & Water Watch à Washington, a appelé à un « système d’inspection robuste de la part du gouvernement avec une application efficace. »

« Cette affaire prouve que le fait pour l’industrie de s’autocontrôler ne fonctionne pas, et les systèmes qui sont basé sur les auditeurs privés tierce partie pour faire respecter les normes de sécurité des aliments ne peuvent remplacer un programme d’inspection indépendant du gouvernement », a déclaré Hauter dans un communiqué publié vendredi.

Plunkett du CSPI soutient que Dole, en effet, a violé la loi fédérale sur la modernisation de la sécurité (Food Safety Modernization Act ou FSMA), qui oblige les entreprises à prendre des mesures préventives vis-à-vis de la contamination des aliments par des pathogènes.

« Il semble que Dole n’ait pas reçu le FSMA », a écrit Plunkett, ajoutant que la FDA aurait pu et aurait dû faire plus pour protéger le public.

« La Food and Drug Administration devrait arrêter de laisser les entreprises écrire leurs propres avis de rappel et à la place, mettre en œuvre le système de notification de rappel demandé dans le FSMA. Ce système exigerait que la FDA – et non des entreprises égoïstes – prépare les avis de rappel que les magasins ddoivent afficher pendant 14 jours. Malheureusement, en fonction des actions de l’agence à ce jour, la FDA n’a pas beaucoup fait pour mettre en œuvre ces dispositions de rappel, et ne semble pas prendre l’information des consommateurs beaucoup plus au sérieux que Dole l’a fait. »

Depuis que le président Obama a signé le FSMA en janvier 2011, les administrateurs de la FDA ont averti que le budget de l’agence ne peut pas payer toutes ces exigences.

Le Congressional Budget Office a estimé en 2010, lorsque le Congrès a approuvé le FSMA que la FDA aurait besoin d’une augmentation de plus de 580 millions de dollars pour financer des activités élargies en matière de sécurité des aliments. L’agence a reçu à ce jour environ la moitié de ce cela.

Ronde des rappels, semaine 17 de 2016

29
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lait, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2016.0544, norovirus (présence) dans un coulis de framboises de Belgique. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France. Ce n’est pas exact car il y a eu un rappel chez Auchan en France.
  • Référence RASFF 2016.0537, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (stx1+ dans 25g) dans du Roquefort de France. Alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Allemagne et Suisse. En Allemagne, communiqué de rappel du produit fabriqué par Vernières Frères. Marque : Grand Maitre Roquefort AOP 100g ; EAN: 4002156042084 ; MHD 25/06/2016 ; Lot: 151 032.
  • Référence RASFF 2016.0536, Salmonella Typhimurium (4,[5],12:i dans 25g) dans des filets de dinde congelés d’Espagne. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2016.0534, suspicion de Listeria monocytogenes dans du fromage au lait cru de France. Alerte notifiée par le Royaume-Uni. Pas de distribution au Royaume-Uni.
  • Référence RASFF 2016.0514, Listeria monocytogenes (< 10 UFC/g) dans du tarama de cabillaud de Roumanie. Alerte notifiée par la France. Produit présumé ne plus être sur le marché.
  • Référence RASFF 2016.0512, Listeria monocytogenes (11000 UFC/g) dans du fromage au lait cru « Camembert de Normandie ». Alerte notifiée par la France. Distribution France, Japon, Monaco, Pays-Bas, Belgique.
  • Référence RASFF 2016.0509, mercure (2,9 mg/kg) dans des steaks d’espadon surgelés d’Espagne. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2016.0507, Salmonella enteritidis (présence dans 25g) dans des filets surgelés de poulets de Lituanie. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2016.0500, cadmium (3,94 mg/kg) dans du crabe (Cancer pagurus) cuit réfrigéré d’Irlande. Notification pour attention de la France. Produit présumé ne plus être sur le marché.

Rappel par Auchan de fuet ibérique Azuaga 180 g de la société Campo Dulce Curados pour cause de présence de Listeria monocytogenes

27
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Viande.

436289_Auchan communique le 27 avril 2016 concernant le rappel du produit suivant :

La S.A.R.L Campo Dulce Curados procède aujourd’hui au retrait de la vente, du produit « FUET IBERIQUE AZUAGA 180 g » suite à la mise en évidence de la présence de Listeria monocytogenes.

Description du produit :

  • Nature du produit : FUET IBERIQUE AZUAGA 180G
  • Marque : Campo Dulce Curados Sierra de Azuraya
  • EAN : 8427546072070
  • LOT : L206108-009
  • DLC : 30/11/2016

L’ensemble du lot est retiré de la commercialisation.

Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.

Conseils aux consommateurs:

Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant aux lots décrits ci-dessus de ne pas les consommer.

Les personnes qui auraient consommé les produit ci-dessus et qui présenteraient de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation.

Les femmes enceintes doivent être particulièrement attentives à ces symptômes, ainsi que les personnes immunodéprimées et les personnes âgées.

La société CAMPO DULCE CURADOS présente ses plus sincères excuses à sa clientèle pour ce désagrément.

NB : Ce qui n’est pas dit c’est que les produits étaient commercialisés au stand charcuterie. La photo représente un exemple de charcuterie espagnole.

Rappel par Auchan et Carrefour de camembert de Normandie Graindorge pour cause de présence de Listeria monocytogenes

26
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresAuchan le 26 avril 2016 et Carrefour (pas de date du communiqué) informent les consommateurs du rappel suivant :

La Société Fromagerie de Livarot procède au retrait de la vente du produit suivant :

  • Nom : Camembert de Normandie
  • Marque commerciale : Graindorge
  • Type de conditionnement : Papier et boite en bois
  • N° de lot : 260216DS0
  • DLUO : 01/05/16
  • Numéro d’identification vétérinaire : FR 14.608.001 CE
  • Période de commercialisation : du 14/03/16 au 26/04/16

L’ensemble du lot est retiré de la commercialisation suite à la mise en évidence de la présence de Listeria monocytogenes.

Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait. Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant au lot décrit ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser.

Les personnes qui auraient consommé les « produits » mentionnés ci-dessus et qui présenteraient de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation. Les femmes enceintes doivent être particulièrement attentives à ces symptômes, ainsi que les personnes immuno-déprimées et les personnes âgés. Ces symptômes peuvent évoquer une listériose, maladie qui peut-être grave et dont le délais d’incubation peut aller jusqu’à huit semaines.

Mise à jour du 27 avril 2016. Notification d’une alerte au RASFF par la France, référence 2016.0512, concernant la présence de Listeria monocytogenes (11000 UFC/g) dans du fromage au lait cru « Camembert de Normandie ». Distribution France, Japon, Monaco, Pays-Bas, Belgique.