Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Listeria monocytogenes dans les produits alimentaires aquatiques

2
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Les produits aquatiques sont des produits alimentaires issus de la pêche et de l’aquaculture. Avec la demande croissante de produits alimentaires avec des conservateurs allégés et/ou prêts à être consommés, la prévalence du pathogène d’origine alimentaire Listeria monocytogenes a augmenté, ce qui est un problème de santé publique. Une étude publiée dans Comprehensive Reviews in Food Science and Food Safety* examine l’incidence, l’importance épidémiologique et les voies de contamination par L. monocytogenes dans divers écosystèmes aquatiques, produits de la mer et environnements de transformation. En outre, l’étude résume des données obtenues depuis les années 1990.

secListeria monocytogenes pénètre principalement la chaîne de production alimentaire par la contamination croisée (ou le transfert de contamination) dans les usines de production, ce qui fait que ce pathogène représente une menace majeure pour l’industrie des produits de la mer. Ce pathogène contamine généralement des produits alimentaires à des taux faibles ou modérés, mais les taux impliqués dans les cas de listériose sont nettement plus élevés. La majorité des isolats des produits aquatiques appartenant au sérotype 1/2a et des éclosions ont été liées à des souches hautement similaires, voire à des souches impossibles à distinguer. Plusieurs usines de transformation de produits de la mer sont colonisées par une flore spécifiques « maison » contenant des sous-types d’ADN de L. monocytogenes. Dans de tels cas, les populations de L. monocytogenes peuvent persister et/ou multiplier malgré les obstacles inhérents à leur croissance dans les opérations de conservation et de fabrication des aliments.

Afin de réduire et de prévenir la contamination dans l’environnement de transformation et les produits, les auteurs mettent en évidence la nécessité de détecter les principales sources de contamination et de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la persistance des différentes souches de L. monocytogenes dans l’environnement. Les principales zones où Listeria spp. a été détecté ou bien la zone où la contamination la plus importante par Listeria a été observée dans l’environnement de transformation et qui a pu être identifiée. En particulier, les siphons de sol et la zone de pelage difficiles à nettoyer, ainsi que le matériel d’injection de saumure et de tranchage qui sont des réservoirs fréquents de la colonisation par des souches de L. monocytogenes persistantes dans les usines de transformation de poisson ; cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour confirmer l’origine de la contamination.

Les auteurs concluent que le nettoyage et la désinfection de l’usine de production devrait réduire la prévalence de L. monocytogenes, et il est urgent de concevoir des stratégies de désinfection qui ciblent précisément les souches persistantes, par exemple, en utilisant des désinfectants à base de composants actifs plus appropriés contre les biofilms.

*L’article est disponible intégralement et gratuitement.

NB : On lira aussi « Quelques pistes pour se débarrasser des bactéries persistantes dans les entreprises alimentaires », 1 et 2.

Caractérisation des souches de Listeria monocytogenes isolées en Suisse dans des infections humaines de 2011-2013

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

o_Listeria_20monocytogenesRésumé.

Listeria monocytogenes, pathogène d’origine alimentaire émergent, peut causer dans les populations à risque des infections graves qui sont associées à un taux de létalité élevé. Un total de 93 souches de L. monocytogenes isolées de différents patients en Suisse de juillet 2011 à septembre 2013 ont été ensuite caractérisées. La septicémie a été rapportée pour 74,2% des patients, la méningite chez 10,8%, et l’avortement pour 3,2%. La majorité des souches appartenaient au sérotype 1/2a (n = 58) suivi du sérotype 4b (n = 28), 1/2b (n = 5), et 1/2c (n = 2). Les souches représentaient 35 types par séquençage multilocus (multilocus sequence types ou MLST), dont 8 ont été désignés pour la première fois. L’analyse des séquences du gène inlA dans les 35 types de séquence a montré que la plupart des souches codaient pour des protéines pleine longueur. Le screening de la listériolysine S a montré la présence de ce facteur de virulence dans 29 des 33 souches de la lignée génétique I. En utilisant Apal et Ascl pour l’électrophorèse en champ pulsé, la plupart des souches ont montré des profils distincts.

Althaus Denise, Lehner Angelika, Brisse Sylvain, Maury Mylène, Tasara Taurai, and Stephan Roger. Characterization of Listeria monocytogenes Strains Isolated During 2011–2013 from Human Infections in Switzerland. Foodborne Pathogens and Disease.

Isolats humains de Listeria monocytogenes en Suède pendant un demi-siècle (1958-2010)

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeria1Résumé.

Des isolats de Listeria monocytogenes (n = 932) isolés en Suède de 1958 à 2010 à partir de patients humains atteints de listériose invasive ont été caractérisés par sérotypage et électrophorèse en champ pulsé (PFGE) (AscI). Parmi les 932 isolats, 183 types différents de PFGE ont été identifiés, dont 83 étaient représentés chacun par un seul isolat. En tout, 483 isolats du sérotype 1/2a ont été répartis sur 114 types de PFGE, 90 isolats de sérotypes 1/2b ont donné 32 types de PFGE, 21 isolats de sérotypes 1/2c ont donné neuf types de PFGE, trois isolats de sérotypes 3b ont donné un type de PFGE, et, 335 isolats de sérotype 4b ont donné 31 types de PFGE. Au cours des années 1980 en Suède, plusieurs cas avec le sérotype 4b ont été associés à la consommation de fromage européen au lait cru à pâte molle. Cependant, comme l’hygiène en production fromagère s’est améliorée, le nombre de cas avec le sérotype 4b a diminué. Depuis 1996, le sérotype 1/2a a été le sérotype dominant de L. monocytogenes dans la listériose humaine en Suède. Par conséquent, selon les sérotypes actuels et les types de PFGE, une association entre les cas de listériose humaine et la consommation de saumon gravlax conditionné sous vide et de saumon fumé à froid est suggérée.

G. Lopez-Valladares, W. Tham, V. Singh Parihar, S. Helmersson, B. Andersson, S. Ivarsson, C. Johansson, H. Ringberg, I. Tjernberg, B. Henriques-Normark and M.-L. Danielsson-Tham. Human isolates of Listeria monocytogenes in Sweden during half a century (1958–2010). Epidemiology and Infection / Volume 142 / Issue 11 / November 2014, pp 2251-2260.

Une investigation sur l’augmentation de la listériose a révélé que deux usines de transformation de poissons avaient une contamination persistante de Listeria en Finlande en 2010

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeriaRésumé.

En 2010, une augmentation marquée de l’incidence de la listériose a été observée en Finlande. Le profil PFGE 96 de Listeria monocytogenes a été responsable d’un cinquième des cas signalés et des cas groupés par le profil PFGE 62 ont également été détectés. Les enquêtes ont révélé que deux usines de transformation de poissons avaient une contamination persistante de Listeria. Il semble probable que les usines étaient au moins en partie responsable de l’augmentation de la listériose. L’enquête épidémiologique a révélé que 57% (31/54) des cas, qui avaient un état immunosuppresseur sous-jacent ou prenaient un médicament immunosuppresseur, ont rapporté avoir consommé du poisson gravlax ou du poisson fumé à froid. Deux avis publics ont été publié par THL et Evira informant quels groupes étaient les plus à risque contre les effets de la listériose et qu’ils doivent donc faire preuve de prudence dans la consommation de certains produits. Des prélèvements systématiques d’aliments et des méthodes d’investigation épidémiologiques adéquates sont exigés afin d’identifier les sources d’infections par Listeria. Des mesures de maîtrise en continu dans les usines de transformation de poissons produisant des produits à risque sont essentielles.

U.-M. Nakari, L. Rantala, A. Pihlajasaari, S. Toikkanen, T. Johansson, C. Hellsten, S. M. Raulo, M. Kuusi, A. Siitonen and R. Rimhanen-Finne. Investigation of increased listeriosis revealed two fishery production plants with persistent Listeria contamination in Finland in 2010. Epidemiology and Infection / Volume 142 / Issue 11 / November 2014, pp 2261-2269.

Réservoirs d’espèces de Listeria dans trois écosystèmes environnementaux  

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Autriche, une enquête sur l’habitat « underground » de Listeria », source université de médecine vétérinaire de Vienne.

La littérature décrit Listeria comme une bactérie ubiquitaire avec une présence très répandue. Pourtant, ces bactéries ne deviennent un problème pour l’homme et l’animal que quand elles contaminent les installations de transformation des aliments, se multiplient, et entrent dans la chaîne alimentaire à des concentrations élevées. Une infection par Listeria monocytogenes peut même être mortelle pour l’homme ou l’animal dont le système immunitaire est affaibli.

listeria-bacteria-photoListeria dans le sol ou l’eau n’est pas dangereux

« Listeria dans le sol ou l’eau représente un risque relativement faible pour l’homme », explique la directrice de l’étude Beatrix Stessl. « Les concentrations sont trop faibles. L’objectif de notre étude était de déterminer où Listeria se trouve et quelles espèces et génotypes sont prévalents. » Martin Wagner, directeur de l’Institut de l’hygiène du lait, ajoute : « Cette information peut nous aider à mieux comprendre les mécanismes par lesquels ces bactéries se propagent. »

Les inondations favorisent la contamination par Listeria

Au cours d’une période allant de 2007 à 2009, la première auteure, Kristina Linke et ses collègues ont recueilli près de 500 prélèvements de sol et 70 prélèvements d’eau provenant de trois régions d’Autriche : les Alpes orientales, le parc national de Donauauen à côté du Danube et le lac de Neusiedl. Les régions de l’étude comprennent des espaces naturels non-agricoles. Parmi tous les prélèvements, 30 pour cent ont été détectés positifs pour Listeria. Parmi ceux-ci, 6 pour cent étaient contaminés par Listeria monocytogenes, la seule espèce qui est potentiellement dangereuse pour l’homme et l’animal. L. monocytogenes a été détecté en particulier près de la rivière Schwarza et du Danube. Des taux particulièrement élevés de bactéries dans les prélèvements de sol et d’eau ont été enregistrés en septembre 2007 lors d’importantes inondations dans la région.

Dans la plupart des régions, les chercheurs ont seulement découvert des espèces de Listeria qui ne sont pas pathogènes pour l’homme.

L’espèce Listeria ivanovii, qui est potentiellement dangereuse pour les animaux, a été retrouvée principalement dans les régions montagneuses où les bactéries ont probablement été excrétées par des espèces sauvages. Listeria seeligeri, non pathogène, a été le plus souvent isolé dans la région autour du lac de Neusiedl, ce qui s’explique probablement par une population de gibier d’eau dans cette zone.

Aucune Listeria n’a été isolé dans des régions de haute montagne. Les chercheurs expliquent la plus grande contamination à des altitudes inférieures à la proximité d’élevages, des terres agricoles et de l’environnement urbain.

Listeria résistant aux antibiotiques dans le sol

Bien que Listeria, qui contamine les aliments, ne soit généralement pas considéré comme résistant aux antibiotiques, Stessl et son équipe ont découvert plusieurs souches de Listeria dans des prélèvements de sol qui ont résisté au traitement par des antibiotiques. Les bactéries ont développé une résistance. Stessl voit les causes possibles suivantes : « Un certain nombre de micro-organismes du sol, tels que les moisissures, produisent naturellement des antibiotiques. Listeria qui est constamment exposé à ces substances dans le sol va probablement développer une résistance. Nous croyons, cependant, que le développement de souches de Listeria particulièrement très résistantes peut s’expliquer par la proximité de terres agricoles et d’un environnement urbain ».

« Reservoirs of Listeria species in three environmental ecosystems”, by Kristina Linke, Irene Rückerl, Katharina Brugger, Renata Karpiskova, Julia Walland, Sonja Muri-Klinger, Alexander Tichy, Martin Wagner und Beatrix Stessl » a été publié dans la revue Applied and Environmental Microbiology.