Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Épidémie d’infections à Listeria monocytogenes liée à la consommation de brie au lait cru – France, 2012

2
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

L’InVS publie le 26 novembre un rapport sur une « Épidémie d’infections à Listeria monocytogenes liée à la consommation de brie au lait cru – France, 2012 ». Le rapport est disponible ici.

listeriaRésumé.

La listériose humaine est une infection d’origine alimentaire causée par Listeria monocytogenes (Lm). Le 1er octobre 2012, 6 cas d’infection à Lm liés au profil électrophorétique (PFGE) AscI/ApaI 210792-210792 au cours des 6 précédentes semaines ont été identifiés par le Centre national de référence des Listeria (CNRL). Un typage PFGE avec l’enzyme SmaIa révélé 2 profils, D et Q, différents.

Le 22 octobre, de nouveaux cas ont été identifiés et une investigation mise en œuvre pour identifier la source de contamination et orienter les mesures de contrôle. Un cas a été défini comme une infection à Lm de groupe PCR IVb et de profil AscI/ApaI 210792-210792, diagnostiquée en France métropolitaine entre le 1er août 2012 et le 11 février 2013. Un cas a été défini comme épidémique s’il était lié au profil SmaI Q et non-épidémique s’il était lié à un profil SmaI non-Q. La consommation alimentaire des cas a été recueillie à l’aide d’un questionnaire standardisé. Une enquête cas-cas a comparé la consommation alimentaire des cas à celle des cas sporadiques de listériose identifiés sur la même période. Une enquête de traçabilité amont et aval, une inspection du producteur incriminé avec prélèvements alimentaires et environnementaux, ont été réalisés.

Vingt-cinq cas (11 épidémiques) ont été identifiés. Les dates de diagnostic des cas épidémiques allaient du 4 septembre au 20 novembre 2012. La survenue d’une listériose de profil SmaI Q était significativement associée à la consommation de brie au lait cru et (Odds Ratio 35, IC95% [5-366]). L’enquête de traçabilité a identifié les bries au lait cru du Producteur A comme source probable de contamination des cas épidémiques. L’inspection du producteur n’a pas identifié de déficience dans la fabrication des fromages ni la présence de Lm dans les prélèvements réalisés. L’hypothèse d’une contamination ponctuelle du lait cru a été privilégiée pour expliquer la survenue de cette épidémie.

En conclusion, les auteurs notent,

Une épidémie d’infections à Lm de profil PFGE Asc I/Apa I/Sma I 210792-210792-Q probablement liée à la consommation de bries au lait cru produits par le Producteur A est survenue en France de septembre à novembre 2012. Aucune déficience dans les pratiques d’hygiène au niveau de la fabrication des fromages n’a été mise en évidence chez le Producteur A, et l’hypothèse d’une contamination ponctuelle faible, environnementale ou de la matière première, non détectée lors des autocontrôles, a été privilégiée pour expliquer la survenue cette épidémie. Aucun autre cas épidémique en lien avec la consommation de bri,e au lait cru du Producteur A n’a été identifié depuis cette épidémie.

Commentaires : C’est un peu frustrant car comment peut-on à l’avenir prévenir une telle contamination, est-ce la faute à pas de chance ? Enfin, aucune information n’a filtré sur cette « Épidémie d’infections à Listeria monocytogenes », à l’époque, est-ce normal ?

Quand la présence de Listeria monocytogenes devient listériose dans les médias et Lysteria dans le communiqué du distributeur ! Veux-t-on vraiment nous faire peur ?

18
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Non classé, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

C’est sans commentaires ce court article paru (hélas) sur RTL.be du 17 novembre 2014 en Belgique.

Au départ nous avons les autorités suisses qui ont signalé le 14 novembre 2014, une « mise en garde publique à propos de la présence de Listeria dans du salsiz des Grisons »

listeriaDes bactéries de type Listeria ont été décelées dans du salsiz des Grisons. Ce produit peut présenter un danger pour la santé et l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) recommande à la population de ne pas en consommer. La marchandise en question a été immédiatement retirée du marché.

Mais que trouve-t-on dans le tire de l’article de RTL.be précité, « Listériose chez Colruyt: si vous y avez acheté de la charcuterie, lisez bien ceci ».

Bien entendu, il ne s’agit de listériose (la maladie) mais de Listeria (la bactérie) c’est hélas une confusion ou un raccourci, savamment entretenue par certains médias, marchands de peur ?

Mais nous allons voir que cela ne s’arrête pas là …

La chaîne de supermarchés Colruyt rappelle son plateau de charcuteries suisses Premium « pour des raisons de sécurité alimentaire », a-t-elle indiqué lundi soir dans un communiqué.

Le texte du communiqué ci-dessous est proposé sur le site de l’AFSCA, sans correction !

« Lors d’une analyse effectuée par le producteur, la présence de listeria monocytogenes a été décelée dans le Plateau de charcuteries suisses Premium 110 g. Il s’agit des produits portant la date limite de consommation du 3/2/2015. Colruyt a donc décidé d’appeler les consommateurs à ramener le Plateau de charcuteries suisses Premium portant la date limite de consommation du 3 février 2015.     Colruyt demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de bien vouloir le ramener en magasin, où il leur sera remboursé. Entre-temps, les produits concernés ont été retirés des rayons de tous les magasins. »
La bactérie Lysteria monocytogenes peut s’avérer dangereuse pour les jeunes enfants, les femmes enceintes (risque de fausse couche), les personnes ayant une immunité plus faible et les personnes âgées.

Lysteria est proche d’hystéria, comme par hasard, même le distributeur se fait marchand de peur !

47 personnes malades dont 17 décès dans une éclosion de listériose au Danemark

8
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

2bcd0b42006b5924b22648102c7f7e627ac2eee9c690b99198549ab327d566caPrès de trois mois après la confirmation d’une éclosion de listériose qui a fait un total de 17 décès, un nouveau patient a été infecté. Source The Local.

L’éclosion de listériose qui a commencé en août n’est pas encore totalement contenue.

Le Serum Institute (SSI) du Danemark a dit dans un communiqué du 6 novembre 2014 qu’un nouveau cas de listériose attribué à cette éclosion a été trouvé.

Avec le nouveau patient, le nombre total de personnes infectées est désormais de 41. De ce total, 17 personnes sont décédées.

L’éclosion a été attribuée à de la charcuterie rullepølse de produite par la société Jørn A. Rullepølser, qui a été fermée.

Un total de 30 produits – dont des variations du rullepølse, salami et hot-dogs – ont été rappelés.

« Plusieurs semaines peuvent se passer, lorsqu’une personne consomme un aliment contenant des Listeria, avant qu’il ne tombe malade. Le dernier patient a été malade près de deux mois après que les produits de la société aient été retirés du marché », a dit SSI a dit dans le communiqué.

SSI a dit qu’il y a eu 38 cas supplémentaires d’infection à Listeria qui ne sont pas en relation avec l’éclosion liée au rullepølse. À fin septembre, trois personnes sont décédées de listériose avec une soupe d’asperges servie à l’hôpital universitaire d’Odense.

Une étude de l’OMS mesure le fardeau mondial de Listeria

3
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Shigella.

world-globe-406« Une étude de l’OMS mesure le fardeau mondial de Listeria ». Source James Andrews du 3 octobre 2014 dans Food Safety News.

En 2010, Listeria monocytogenes a été estimé infecter 23 150 personnes dans le monde. Il a tué 5 463 d’entre eux, soit 23,6%, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs européens de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée dans The Lancet Infectious Diseases.

Les chercheurs disent qu’un effort urgent est nécessaire pour fournir des informations sur les infections à Listeria dans les pays en voie de développement, car les pays représentant 48 pour cent de la population mondiale ne pas signalent pas de cas de maladies à Listeria.

L’étude, « The Global Burden of Listeriosis: A Systematic Review and Meta-Analysis » (Le fardeau mondial de la listériose : une revue systématique et une méta-analyse) vise à être la première de son genre à estimer le nombre global de cas de maladies, les décès et l’espérance de vie corrigée par l’incapacité dus aux infections à Listeria.

Bien que pas aussi communs que les pathogènes d’origine alimentaire tels que Salmonella et E. coli, Listeria est l’une des bactéries les plus mortelles et les plus adaptables présent dans les aliments. Contrairement à ces pathogènes, Listeria peut se multiplier à des températures de réfrigération et dans des environnements à faible humidité.

Parmi ceux qui sont tombés malades par Listeria en 2010, 20,7 pour cent étaient des femmes enceintes. Les bactéries affectent les femmes enceintes à des taux disproportionnés et peuvent entraîner des complications graves pendant la grossesse, dont une mortinatalité et une fausse couche.

Parmi les femmes enceintes qui ont subi des infections à Listeria, 14,9 pour cent des infections a abouti à une mortalité infantile.

Les autres populations particulièrement sensibles aux infections à Listeria comprennent les personnes immunodéprimées, les personnes âgées et les enfants. Alors que les bactéries causent souvent des maladies gastro-intestinales mineures chez les adultes sains, elles peuvent conduire à une maladie grave et mortelle chez quiconque a un système immunitaire affaibli ou en développement.

listeria(26)La plupart des cas de Listeria sont constatés dans des pays à revenu élevé, tandis que de nombreux cas ne sont probablement pas rapportés dans les pays en voie de développement. En raison de son taux d’hospitalisation élevé aux États-Unis, Listeria est le troisième pathogène d’origine alimentaire le plus coûteux, derrière Clostridium botulinum (botulisme) et Vibrio vulnificus.

Les chercheurs ont découvert que Listeria a provoqué e plus fort fardeau sur la qualité de vie dans les régions d’Amérique latine. La région la moins touchée a été l’Europe de l’Est, qui s’étend de la Pologne à la Turquie. D’autres zones très affectées sont l’Asie du Sud-Est, l’Afrique, la Polynésie et l’Inde.

Les chercheurs notent que Listeria provoque beaucoup moins de décès dans le monde que Salmonella Typhi (216 500 Les décès annuels) ou les Salmonella non typhiques (155 000), mais il ne provoque un taux de mortalité beaucoup plus élevé.

Les efforts visant à quantifier la fardeau mondial de Listeria permettra que la listériose soit une maladie inscrite dans les exercices de priorisations internationales de l’OMS. Mais parce que près de la moitié de la population mondiale habite dans des pays où Listeria n’est pas rapporté, il y a encore une grande incertitude sur le fardeau exact que la bactérie pose dans le monde entier.

En 2011, du melon cantaloup contaminé par Listeria a infecté au moins 147 personnes aux États-Unis et a tué au moins 33 personnes, ce qui en fait l’une des plus meurtrières éclosions de maladies d’origine alimentaire dans l’histoire des États-Unis. Une éclosion de listériose au Danemark cette année a tué au moins 15 personnes et a rendu malades 38 personnes.

Les sources communes de Listeria aux États-Unis comprennent des viandes prêtes à être consommés au déjeuner, des hot-dogs, des pâtés à tartiner, des produits laitiers non pasteurisés, des poissons fumés et des graines germes crues.

© Food Safety News

Une investigation sur l’augmentation de la listériose a révélé que deux usines de transformation de poissons avaient une contamination persistante de Listeria en Finlande en 2010

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeriaRésumé.

En 2010, une augmentation marquée de l’incidence de la listériose a été observée en Finlande. Le profil PFGE 96 de Listeria monocytogenes a été responsable d’un cinquième des cas signalés et des cas groupés par le profil PFGE 62 ont également été détectés. Les enquêtes ont révélé que deux usines de transformation de poissons avaient une contamination persistante de Listeria. Il semble probable que les usines étaient au moins en partie responsable de l’augmentation de la listériose. L’enquête épidémiologique a révélé que 57% (31/54) des cas, qui avaient un état immunosuppresseur sous-jacent ou prenaient un médicament immunosuppresseur, ont rapporté avoir consommé du poisson gravlax ou du poisson fumé à froid. Deux avis publics ont été publié par THL et Evira informant quels groupes étaient les plus à risque contre les effets de la listériose et qu’ils doivent donc faire preuve de prudence dans la consommation de certains produits. Des prélèvements systématiques d’aliments et des méthodes d’investigation épidémiologiques adéquates sont exigés afin d’identifier les sources d’infections par Listeria. Des mesures de maîtrise en continu dans les usines de transformation de poissons produisant des produits à risque sont essentielles.

U.-M. Nakari, L. Rantala, A. Pihlajasaari, S. Toikkanen, T. Johansson, C. Hellsten, S. M. Raulo, M. Kuusi, A. Siitonen and R. Rimhanen-Finne. Investigation of increased listeriosis revealed two fishery production plants with persistent Listeria contamination in Finland in 2010. Epidemiology and Infection / Volume 142 / Issue 11 / November 2014, pp 2261-2269.