Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Autriche : Après une épidémie de listériose, des chercheurs étudient le génome des souches épidémiques de Listeria

31
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lait, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Des chercheurs étudient le génome des souches épidémiques de Listeria ». Source Food Safety Watch.

Une équipe de scientifiques de l'université de médecine vétérinaire de Vienne (Autriche) ont analysé la génétique de deux souches différentes de Listeria monocytogenes impliquées dans une épidémie dans plusieurs pays d’infections liées à un fromage acide blanc, le Quargel.

Quargel1_c_Rychli-small-300x225L'épidémie, en 2009 et 2010, a touché 34 personnes en Autriche, en Allemagne et en République tchèque, dont huit décès. Elle a été associée à la consommation de fromage acide blanc, Quargel, fabriqué dans une laiterie de la ville d’Hartberg en Autriche, qui a plus tard cessé ses activités. Deux souches distinctes de Listeria monocytogenes sérotype 1/2a ont été trouvées être impliquées dans l'épidémie, qui était composée de deux groupes distincts de cas d’infection, mais les deux souches étaient présentes dans le fromage contaminé.

Les génomes de deux souches ont été séquencés puis analysés et ont été jugés très similaires, mais ils ont aussi montré des différences importantes. La première souche s'est avérée contenir des gènes pour un certain nombre de facteurs de virulence, ce qui la rend très invasive pour les cellules épithéliales, tandis que la seconde était capable d'infecter des cellules immunitaires importantes appelées macrophages, et elle a été extrêmement virulente. Les deux souches ont été responsables de décès chez des personnes infectées. La première souche a également été retrouvée être plus résistante au stress acide, ce qui la rend plus susceptible de survivre après le passage dans l'estomac.

Les chercheurs concluent que les deux souches étaient distinctes et ne découlent pas d'un ancêtre commun, ce qui signifie qu'elles sont entrées probablement la chaîne alimentaire de manière indépendante. Ils soulignent que leurs résultats illustrent l'importance d'une bonne hygiène et de la propreté dans la production alimentaire.

L'étude est publiée en intégralité dans la revue PLOS ONE.

14 décès dans une éclosion de listériose liée à de la charcuterie en Suède

13
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

« 14 décès dans une éclosion de listériose liée à la charcuterie en Suède », source Doug Powell du barfblog.

L'Agence nationale de sécurité des aliments de Suéde (Livsmedelsverket) a identifié de la charcuterie comme étant la principale source d'une éclosion récente de listériose en Suède qui a entraîné le décès de 14 personnes depuis l'automne 2013.

listeria26L'agence prévoit de procéder sur site à une inspection intensive de quatre semaines dans toutes les usines de production de charcuterie en Suède ce mois-ci et le suivant afin d’évaluer les mesures que les entreprises prennent pour s'assurer que les zones de production soient Listeria free.

Plus de 80 cas de la bactérie mortelle ont été détectés en Suède depuis septembre 2013, et 27 de ces infections contractées ont été causées par la même souche bactérienne.

Dans le dernier développement, la chaîne suédoise de supermarchés Axfood a rappelé du jambon fumé et du salami à l’ail après que Listeria ait été retrouvé dans un établissement de la marque de viandes Garant, qui produit de la charcuterie pour les supermarchés et les épiceries fines. Le rappel inclut les 252 magasins appartenant à Axfood et les 820 magasins avec lesquels il coopère en vertu d'accords de partenariat.

Le communiqué d’Axfood du 3 mars 2014 précise que « Listeria n'a pas été détecté dans les produits, mais par mesure de précaution, les produits ont été rappelés. » Même écho de la part de Viktor Dahl, chef de l’unité épidémiologie, investigation et prévention à l’agence nationale de sécurité des aliments de Suède. Bon, si maintenant, on rappelle dès que Listeria se trouve dans l'environnement … je ne sais pas où cela va s'arrêter !

NB : Si quelqu'un sait comment faire pour avoir un environnement Listeria free, j'aimerais bien échanger …

Listeria et l’EFSA

23
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, HACCP, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

L’EFSA publie le 21 février une fiche sur Listeria, dans le cadre de la thématique L’EFSA listeria26explique les zoonoses.

Quatre sujets sont traités dans cette fiche :

1. Qu’est-ce que Listeria ?
2. Comment l'EFSA contribue à la lutte de l'UE contre Listeria
3. L’EFSA coopère avec les acteurs clés de l’UE pour réduire la listériose chez l’homme
4. Coopération de l’UE pour la protection de la santé publique

Le point 2 reste très vague et le point 3 ne m’a pas convaincu et pour cause puisque la listériose augmente … sans que l'on sache très bien pourquoi.

En fin de fiche se trouve la rubrique, « Le saviez-vous ? » :

  • Environ 1640 cas humains de listériose ont été signalés dans l'Union européenne en 2012, avec un taux de mortalité de 17,8 %.
  • Listeria monocytogenes était présent dans des échantillons prélevés dans des supermarchés et des magasins à travers l'UE à raison de 10,3 % pour les produits de la pêche, 2,1 % pour les produits à base de viande soumis à un traitement thermique et 0,5 % pour les fromages à pâte molle et semi-molle, conformément à l'analyse de l'EFSA portant sur une enquête de référence menée à l'échelle européenne entre janvier 2010 et janvier 2012.
  • La proportion d'échantillons d'aliments en fin de durée de conservation qui dépassent la limite réglementaire en matière de sécurité des aliments (100 bactéries par gramme) s'est révélée faible: 1,7% d'échantillons de poisson, 0,4 % d'échantillons de viande et 0,06 % d'échantillons de fromage. Une vigilance générale en ce qui concerne la présence possible de cette bactérie dans les aliments est toutefois de rigueur.
  • De bonnes pratiques de fabrication et d'hygiène ainsi qu’un contrôle efficace de la température tout au long de la chaîne de production, de distribution et d'entreposage – y compris à la maison – peuvent limiter la croissance de Listeria, au cas où elle serait présente dans des denrées alimentaires prêtes à consommer.
  • Les agences nationales de sécurité des aliments dans l'UE fournissent des conseils pratiques aux consommateurs en ce qui concerne l'hygiène alimentaire et l'hygiène en cuisine et elles recommandent généralement que les réfrigérateurs soient réglés entre 0 et 5°C, conformément aux conseils formulés par l'Organisation mondiale de la santé.

NB : J’aime bien la phrase « Une vigilance générale en ce qui concerne la présence possible de cette bactérie dans les aliments est toutefois de rigueur. » Oui effectivement, la rigueur ne peut pas nuire du tout et non pas toutefois …

La présence de Listeria dans un produit rappelé ne signifie pas listériose !

20
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

listeria26Le titre de l’article publié par Medisite, Devenez un acteur de votre sante, du 20 février 2014 est assez particulier, on a droit à « Listériose : rappel de tommes de Savoie ».

Suite à la mise en évidence de Listeria monocytogènes dans des tommes de Savoie, le fabricant rappelle ses produits distribués en France.

Amateurs de tommes, soyez vigilants ! L'entreprise de production de fromages Schmidhauser procède au retrait de l'ensemble de ces tommes au marc commercialisées depuis le 24 décembre 2013. En cause : la mise en évidence de listeria monocytogènes. Une bactérie pouvant être à l'origine de listériose chez le consommateur. Les fromages ont été essentiellement commercialisés dans les départements de Savoie et Haute-Savoie mais également dans d'autres magasins en France. Ceux-ci doivent avertir leur clientèle par la mise en place d'affichettes.

Le communiqué publié par le ministère de l’agriculture indique, « Suite à la mise en évidence de Listeria monocytogenes dans des tommes au marc, l’entreprise de production de fromages Schmidhauser procède au retrait de la vente de l’ensemble des tommes au marc commercialisées depuis le 24/12/2013, pour l’essentiel dans les départements de Savoie et Haute-Savoie. »

Il n’y a donc ps lieu de parler de listériose dès qu’un produit est contaminé par Listeria monocytogenes. Un produit rappelé pour cause de contamination par Listeria monocytogenes ne signifie pas qu’il y a des cas de listériose, comme le titre de l'article le laisse entendre.

A ce sujet, on lira Listeria or not Listeria (1 et 2)…et que la présence de Listeria ne signifie pas listériose ! Veut-on faire peur que l'on ne s'y prendrait pas autrement.

Des producteurs de melons cantaloups liés à une éclosion à Listeria ont eu de la probation, l’assignation à résidence et des amendes

29
jan
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Machines, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Des producteurs de melons cantaloups liés à une éclosion ont eu de la probation, l’assignation à résidence et des amendes, source James Andrews dans Food safety News du 28 janvier 2014.

Un juge fédéral a condamné mardi les deux propriétaires d’exploitation agricole de melons cantaloups liés à une éclosion de listériose mortelle en 2011 à cinq ans de probation, six mois de détention à domicile et 150,000 dollars chacun pour dommages aux victimes.

Jensenfarms_406x250Les frères Eric et Ryan Jensen, propriétaires de Jensen Farms dans le Colorado, où ils ont cultivé des melons cantaloups qui ont rendu malades au moins 147 personnes par Listeria et plus de 30 personnes sont décédées, ce qui en fait l'une des éclosions de maladies d'origine alimentaire les plus meurtrières de l'histoire des États-Unis.

L'affaire a été un point important dans l’histoire des contentieux des maladies d'origine alimentaire, devenant l'un des premiers cas où les producteurs d'aliments ont dû faire face à des accusations criminelles pour leurs aliments contaminés. Alors que certains pensaient que les frères Jensen devaient avoir une peine de prison pour le montant des dommages causés aux victimes et à leurs familles, d'autres dont le procureur ont vu la probation comme étant ce qui était le plus approprié étant donné qu'il n'y avait aucune intention malveillante derrière l'éclosion.

Les frères faisaient face à un maximum de six ans de prison et 1,5 million de dollars en amendes pour six chefs d'accusation concernant l'introduction d’aliments contaminés dans le commerce entre les Etats des Etats-Unis. Le procureur du gouvernement a suggéré plus tôt ce mois-ci une peine inférieure à cinq ans de probation.

Plusieurs membres de la famille des victimes étaient présents à l'audience du jugement à Denver.

« Certaines victimes ne veulent pas qu'ils aillent en prison, mais d'autres souhaite qu’ils fassent de la prison ferme », a déclaré Paul F. Schwarz, dont le père, Paul A. Schwarz, est décédé d'une listériose après avoir consommé des cantaloups contaminés. « Je n’aime pas ce jugement, mais je vais l'accepter », a ajouté Schwarz.

Schwarz a félicité les Jensens pour le dépôt d'une plainte contre la société d’auditeurs en sécurité des aliments, Primus Labs, qui a donné aux installations de transformation de Jensen Farms une note stellaire en sécurité des aliments quelques semaines avant que le déclenchement de l’éclosion n’ait eu lieu. Tout argent provenant de ce procès ira pour aider à payer le dédommagement des victimes et de leurs familles.

L’avocat en sécurité des aliments, Bill Marler, a dit que la probation serait une peine suffisante pour les Jensens, que les accusations criminelles ont déjà envoyé un message aux producteurs alimentaires qui seraient responsables éclosions mortelles de maladies d'origine alimentaire et que cela sera pris au sérieux par le procureur du gouvernement. Le cabinet d'avocats de Marler, Marler Clark, a représenté 24 familles de victimes décédées. Ce cabinet diffuse aussi Food Safety News.

Une peine de cinq ans de probation serait suffisante pour aider à dissuader les autres producteurs d'ignorer leurs responsabilités en matière de sécurité des aliments, a fait valoir le procureur, en disant que les producteurs d'aliments reconnaissent déjà que bafouer les normes de sécurité des aliments pourraient les exposer à une responsabilité pénale.

« Le jugement suite à une longue procédure de justice va amplifier le message de dissuasion à destination de l'industrie alimentaire », a déclaré le procureur.

Le procureur a également dit que la peine de probation va éviter la disparité entre la peine des Jensens et celle de prévenus dans des affaires similaires passées.

Le procureur a rendu responsable les Jensens de l'entretien du matériel qui lavait les melons cantaloups avec des solutions anti-bactériennes pour combattre la contamination. Selon les documents, cependant, les Jensens n’utilisaient pas d’un système de chloration par spray du convoyeur, qui aurait réduit la charge microbienne sur les melons cantaloups, car ils avaient opté pour laver les melons de l'eau potable de la ville avec un cycle de lavage plus long.

Malgré l'absence d'une solution de lavage adéquat, Primus Labs a donné à l'installation de traitement de Jensens Farms un score d’audit de 96 pour cent.

Les familles des victimes ont déjà reçu 3,8 millions de dollars de la police d'assurance des Jensens. Les avocats représentant les victimes cherchent à recevoir environ 30 millions de dollars de plus en dommages-intérêts de Primus Labs et des distributeurs qui ont vendu les melons cantaloups, comme Wal-Mart et Kroger.

Schwarz a dit que s’il a apprécié les efforts déployés par les Jensens pour qu’il y ait plus d'argent pour les victimes, s’ils avaient correctement nettoyé les melons, ils seraient encore en activité et Schwarz ne seraient pas sur le chemin de Washington D.C., pour parler aux membres du Congrès de son soutien la Loi de modernisation de la sécurité des aliments.

« J'espère juste que cela envoie un message », a dit Schwarz à Food Safety News « C'est une chance pour la Cour d'envoyer un message aux producteurs et aux autres de l'industrie alimentaire de ce qui ne peut pas être toléré. »

© Food Safety News.