Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Listeria : Augmentation du risque d’infection bactérienne si l’aliment est exposé à la lumière

3
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Non classé, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Augmentation du risque d’infection bactérienne si l’aliment est exposé à la lumière », source communiqué de Umeå University.

listeria-bacteria-photoListeria, bactérie retrouvée dans les aliments, qui peut infecter les personnes et causer un malaise gastro-intestinal temporaire, pose un risque grave pour la santé pour des femmes enceintes et des personnes dont le système immunitaire est affaibli. Selon une thèse soutenue à l’Université d’Umeå (Suède), la bactérie, qui provoque parfois  une maladie mortelle, la listériose, réagit à la lumière en activant des mécanismes de défense.

Listeria monocytogenes, dénommé d’après le chirurgien britannique Joseph Lister, est omniprésent dans la nature, mais peut parfois se propager aux aliments, en particulier dans les produits laitiers non pasteurisés et la charcuterie. Listeria peut se développer dans les aliments stockés au réfrigérateur, et si l’aliment contaminé est consommé sans être correctement cuit, la bactérie peut causer une infection.

Des chercheurs ont désormais découvert une nouvelle propriété de Listeria, à savoir que la bactérie active des mécanismes de protection lorsqu’elle est exposée à la lumière. Cette découverte peut, à l’avenir, être utilisée par l’industrie alimentaire pour prévenir la propagation de Listeria.

Dans la thèse de doctorant, Christopher Andersson décrit également la découverte de deux nouvelles molécules qui combattent la pathogénicité de Listeria. Les chercheurs ont également étudié la façon dont les molécules peuvent être utilisées pour empêcher la bactérie de causer une maladie.

Pour les personnes en bonne santé, Listeria ne provoque généralement pas de problème extrême à part quelques jours de problèmes gastriques. Pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli ou pour les femmes enceintes, cependant, la bactérie peut être très dangereuse. Si une infection bactérienne se propage vers le cerveau, elle peut évoluer vers « la listériose », qui a un taux de mortalité de 20 à 30%. Si une femme enceinte est infectée, les bactéries peuvent se propager chez le fœtus et provoquer une fausse couche.

« Nous espérons que ces nouvelles connaissances sur la façon dont la lumière et ces petites molécules affectent la bactérie, pourront, à l’avenir, être utilisées pour prévenir la propagation de Listeria et aider à traiter la listériose », dit Christopher Andersson, doctorant au Département de biologie moléculaire de l’Université d’Umeå et auteur de la thèse.

60 personnes malades dont 6 décès dans une éclosion de listériose d’origine inconnue en Allemagne depuis 2012

18
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeria26Résumé.

Des isolats de patients atteints de listériose en Allemagne avaient un nouveau profil identique par électrophorèse en champ pulsé (PFGE) depuis 2012 (n = 66).

Presque tous les isolats (Listeria monocytogenes sérotype 1/2a) appartenaient à des cas vivants en Allemagne du Sud, indiquant ainsi une éclosion d’origine jusqu’ici inconnue. Le nombre de cas en 2015 est élevé (n = 28). Aucun cas d’éclosion en dehors de l’Allemagne n’a été signalé. Le séquençage de prochaine génération a révélé un cluster unique, CT1248 et a confirmé l’investigation de l’éclosion sur l’origine est en cours.

Depuis novembre 2012, un profil non observé par électrophorèse en champ pulsé dans des isolats humains de L. monocytogenes sérotype 1/2a invasif a été détecté en Allemagne avec une fréquence croissante. Au total, 66 cas  ont été enregistrés, avec 28 cas en 2015. Quatre cas ont été associés à une grossesse et six cas sont décédés au cours de la maladie. Nous fournissons des détails sur l’éclosion en cours dans l’article.

Référence. Ruppitsch W, Prager R, Halbedel S, Hyden P, Pietzka A, Huhulescu S, Lohr D, Schönberger K, Aichinger E, Hauri A, Stark K, Vygen S, Tietze E, Allerberger F, Wilking H. Ongoing outbreak of invasive listeriosis, Germany, 2012 to 2015. Euro Surveill. 2015;20(50):pii=30094.

Le marketing de la sécurité des aliments et le comportement des consommateurs, à propos du retour en magasin des crèmes glacées Blue Bell

15
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Un professeur déconcerté par le soutien du public suite au retour des crèmes glacées Blue Bell au Texas », source Doug Powell du barfblog du 15 décembre 2015.

Alors que les crèmes glacées Blue Bell reviennent au Texas, Mindy Brashears, un professeur en sécurité des aliments et santé publique au Texas Tech a déclaré au Lubbock Avalanche Journal qu’elle était déconcertée par la réponse du public suite au retour de Blue Bell, ajoutant qu’elle pense une société vendant des produits de viande, comme du bœuf, aurait out du marché dans les mêmes circonstances.

wtf-300x206Blue Bell a été accueilli par quelques fans fidèles lundi dès 4 heures du matin, qui attendaient le retour du produit après que la société basée à Brenham ait rappelé tous ses produits quand elle a été impliquée dans 10 cas de listériose qui ont abouti à trois décès.

Une fan qui n’a pas attendu le retour du produit à bras ouverts est Mindy Brashears, directrice du International Center for Food Industry Excellence et professeur et chercheur au Texas Tech. Elle enseigne actuellement aux Bahamas, mais a parlé avec le journal par courriel.

Elle dit qu’il n’y a aucune explication logique qui pourrait expliquer pourquoi les consommateurs étaient si anxieux et accueillant pour le retour du produit.

« La réponse des consommateurs à Blue Bell me déconcerte », dit-elle. « Tout d’abord, si cela avait été un produit de la viande bovine, le tollé public et l’interdiction auraient probablement mis la société en dépôt de bilan. Il y a beaucoup d’histoires sur ce phénomène. Cela se produit même si aucun cas de maladie n’est rapporté et il y a eu tout simplement un rappel du produit. »

Blue Bell a fait face à des difficultés économiques après le rappel et la fermeture temporaire de son entreprise.

Mais ce que Brashears trouve le plus troublant est ce qu’elle a appelé l’absence de réponse de Blue Bell pour résoudre le problème plus tôt. Selon l’investigation du Centers for Disease Control and Prevention, l’éclosion a débuté en 2010. Brashears a dit que ce est qu’une fois que l’éclosion ait été connue du public que la société a décidé d’agir.

blue.bell_.jul_.15-300x225Parmi les sujet de grande préoccupation est le fait qu’ils savaient que le produit allait dans des hôpitaux et dees écoles, atteignant ainsi les populations les plus à risque et donc, ils auraient dû être particulièrement attentifs afin d’aborder les questions qui ont commencé en janvier 2010 au lieu d’attendre le problème ne cesse de croître », a-t-elle dit.

Brashears a dit que Listeria monocytogenes ou Listeria, est une bactérie qui provoque des douleurs musculaires, des maux de tête et de la fièvre. Ce pathogène peut causer une septicémie et la méningite et même la mort, dit-elle.

Listeria est particulièrement préoccupante quand il est présent dans un produit prêt à consommer en l’état comme des fromages et de la crème glacée, et le CDC estime à 1 600 cas et 260 décès chaque année aux États-Unis à cause de cela.

Commentaires. On ne m’empêchera pas de penser que ce type d’action consistant à « réveiller » des fans à l’arrivée d’un produit procède d’une démarche marketing et c’est même la définition du buzz …

Cela étant pour savoir ce qu’est l’histoire de Blue Bell, on lira sur ce blog les articles suivants : 1, 2, 3 et 4.

Listeria peut croître sur des pommes au caramel non réfrigérées

13
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Il avait déjà question de ce sujet dans un article sur ce blog, IAFP 2015 : Comment des pommes au caramel ont causé une éclosion à Listeria aux Etats-Unis ? Eléments de réponse !

Voici que l’étude dont il était question vient d’être publiée.

« Listeria peut croître sur des pommes au caramel non réfrigérées », source ASM News du 13 octobre 2015.

Caramel apples

Pommes au caramel

Des pommes au caramel avec un bâtonnet de trempage et laissées sans réfrigération pendant quelques semaines peuvent héberger une bactérie appelée Listeria monocytogenes, selon une étude publiée cette semaine dans mBio®, une revue en ligne et en libre accès de l’American Society for Microbiology.

Etudiant la croissance de Listeria sur un groupe de pommes Granny Smith trempées dans du caramel et conservées à une température ambiante ou au réfrigérateur, des chercheurs du Food Research Institute de l’University of Wisconsin-Madison ont trouvé que la population moyenne de L. monocytogenes avait augmenté de 1000 fois sur des pommes au caramel avec un bâtonnet stockées à température ambiante pendant trois jours. En revanche, la croissance de Listeria a été retardée sur des pommes au caramel sans bâtons stockées à température ambiante.

La croissance de Listeria était sensiblement moindre sur des pommes entreposées au réfrigérateur : celles avec un bâtonnet n’avait pas de croissance de Listeria pendant une semaine, mais une certaine croissance au cours des trois semaines suivantes. Les pommes sans bâtonnet n’avaient pas de croissance de Listeria au cours des quatre semaines de stockage.

Ni le caramel, en raison de sa faible quantité d’eau, ni les pommes, du fait de leur acidité, sont des produits de reproduction normales pour Listeria, a déclaré le co-auteur principal de l’étude Kathleen Glass, directeur associé à l’institut. Mais l’insertion d’un bâtonnet dans la pomme fait qu’un peu de jus migre vers la surface, a-t-elle dit, et que l’humidité, emprisonné sous une couche de caramel, « crée un micro-environnement qui facilite la croissance de toutes les cellules de L. monocytogenes déjà présentes à la surface de la pomme. » « Le transfert d’humidité et la croissance microbienne sont accélérées à température ambiante par rapport à la réfrigération », a-t-elle dit.

Pour être sûres, les consommateurs devraient chercher des pommes au caramel réfrigérées ou les consommer réfrigérées.

L’étude a été motivée par une éclosion de listériose fin 2014, dans laquelle 35 personnes dans 12 États ont été infectées et sept personnes sont décédées, a dit Glass. Vingt-huit (90%) des 31 personnes malades interrogées ont déclaré avoir mangé des produits commerciaux, des pommes au caramel préemballées avant de tomber malade, ce qui a incité à un rappel volontaire de pommes au caramel préemballées par trois fabricants.

Les symptômes de la listériose comprennent la fièvre, des maux de tête, une raideur de la nuque et une maladie gastro-intestinale et peuvent ne pas apparaître jusqu’à trois à quatre semaines après avoir mangé des aliments contaminés.

Pour l’étude, Glass et ses collègues ont préparé un cocktail de quatre souches de L. monocytogenes associées à l’éclosion et les ont frotté sur la peau, la tige et les régions du calice d’un groupe de pommes Granny Smith. Ils ont inséré des bâtonnets en bois à travers le pédoncule de la moitié des pommes. Ils ont plongé toutes les pommes dans du caramel chaud en utilisant soit des bâtonnets ou des pinces, puis ils les ont laissées se refroidir. Les pommes ont ensuite été stockés soit à 25°C ou 7°C pendant un maximum de quatre semaines.

Le trempage des pommes dans le caramel chaud a tué un grand nombre de bactéries à la surface, a dit Glass. « Mais celles qui survivaient encore étaient celles qui étaient en mesure de croître. Si quelqu’un avait mangé ces pommes réfrigérées, il ne serait probablement pas tombé malade. Mais parce que les pommes trempées dans du caramel sont généralement laissées à température ambiante pendant plusieurs jours, peut-être jusqu’à deux semaines, cela laisse assez de temps aux bactéries pour se développer. »

Les fabricants de pommes au caramel peuvent souhaiter désinfecter soigneusement les pommes avant de les tremper dans du caramel, ajouter des inhibiteurs de croissance au nappage de caramel ou de la cire à la surface des pommes, ou mieux maîtriser le couple temps-température pour inhiber la croissance de L. monocytogenes, a-t-elle dit.

L’étude a été financée par le Food Research Institute de l’University of Wisconsin-Madison.

Facteurs de risque de la listériose sporadique aux Pays-Bas, 2008 à 2013

7
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresRésumé.

Bien que le fardeau de la listériose au niveau de la population soit faible, au niveau individuel, l’impact est élevé, principalement en raison de la gravité de la maladie et un taux de létalité élevé. L’identification des facteurs de risque permet et précise les mesures de santé publique nécessaires pour la prévention. Nous avons effectué une étude cas-témoins pour déterminer les facteurs de risque liés à l’hôte et aux aliments dans le cadre de la listériose non périnatale aux Pays-Bas. Les patients atteints de listériose non périnatale déclarés entre juillet 2008 et décembre 2013 ont été comparés aux témoins d’une enquête de contrôle périodique qui avaient rempli un questionnaire pendant la même période. Un âge plus élevé, de sexe masculin, une maladie sous-jacente, en particulier le cancer et une maladie du rein et l’utilisation d’immunosuppresseurs étaient les forts facteurs de risque pour contracter une listériose non périnatale. L’analyse de la consommation alimentaire dans le groupe de cas et les témoins atteints de maladies sous-jacentes n’a pas révélé de produits alimentaires à haut risque. L’information et les recommandations devraient continuer à être données aux personnes à risque de listériose grave. L’analyse univariée indique que les patients utilisant des inhibiteurs de la sécrétion d’acide gastrique sont à risque. Il convient d’ajouter ces patients au groupe de personnes sensibles.

Dans leur conclusion, les auteurs notent :

En raison de l’ubiquité du micro-organisme dans l’environnement et la nature psychrotrophe de la bactérie, une grande variété de produits alimentaires peuvent être contaminés par L. monocytogenes et, quand ils sont préparés sans chauffer juste avant consommation, ils peuvent infecter une personne sensible. Des mesures pour minimiser les risques de contamination au moment de la consommation sont l’utilisation d’ingrédients de haute qualité, des pratiques hygiéniques de fabrication, une indication appropriée de la durée de conservation, le stockage réfrigéré correct, l’éducation des manipulateurs d’aliments et des managers de la restauration et la surveillance de l’industrie alimentaire, de la restauration et de la vente en distribution. Cependant, la contamination par L. monocytogenes ne peut pas être entièrement évitée. Ainsi, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies et/ou qui prennent des médicaments affaiblissant le système immunitaire doivent recevoir des informations sur la présence de L. monocytogenes et des conseils sur les produits alimentaires potentiels à haut risque et sur la façon de manipuler les aliments en toute sécurité. En raison de la relativement forte utilisation d’inhibiteurs de la sécrétion d’acide gastrique et de la plausibilité biologique de l’effet sur le système gastro-intestinal, ajouter le groupe d’utilisateurs d’inhibiteurs de la sécrétion d’acide gastrique parmi les groupes à haut risque doit être envisagé.

Référence. Friesema IH, Kuiling S, van der Ende A, Heck ME, Spanjaard L, van Pelt W. Risk factors for sporadic listeriosis in the Netherlands, 2008 to 2013. Euro Surveill. 2015;20(31):pii=21199.