Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Rappel de framboises brisées surgelées de marque PICARD, norovirus inside !

4
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Virus.

framboises_briseesAlors que l’on peut trouver des framboises brisées surgelées sur le site de Picard, voici que la DGCCRF annonce le 4 février 2016 un « Avis de rappel de framboises brisées surgelées de marque PICARD ». C’est sans doute encore un mystère des rappels en France … à vous de voir …

  • Nom du produit : Framboises brisées 1 kg
  • Marque : PICARD
  • Désignation ou modèle :
  • Code article : 02235
  • Date de surgélation : 28/01/2015
  • Anomalie : Contamination microbienne (présence de norovirus)
  • Mesure prise par le professionnel qui demande de cesser d’utiliser le produit :
    • RETRAIT de la vente
    • RAPPEL en vue du retour en magasin et d’une réparation sur place : rappel par voie d’affichage en magasins et via une communication sur le site internet www.picard.fr

Sur le site de Picard, on apprend :

Ces brisures sont issues de framboises entières cueillies au Chili à pleine maturité. Elles sont ensuite rapidement triées, nettoyées et surgelées. Très savoureuses, elles permettent de réaliser de délicieux desserts : coulis, mousses ou encore sorbets ! »

Origine du produit : Cultivé au Chili.

NB : Je ne voudrais pas contredire la DGCCRF, mais elle est où la communication de Picard sur son site Internet à propos de ce rappel ?

Notons que la Belgique via l’AFSCA et les autorités du Luxembourg ont aussi procédé à ce rappel le 3 février 2016. Pour l’instant, pas encore de notification au RASFF, étonnant, non ? (J’apprends que c’est désormais chose faite, voir ici.)

On apprend ainsi selon l’information parue sur le site de l’AFSCA :

norovirus peut provoquer une gastro-entérite chez l’homme. La période d’incubation est de 6 à 48 heures. Les principaux symptômes sont : vomissements, diarrhée, crampes abdominales, nausées, ainsi que des symptômes moins spécifiques comme fièvre, maux de tête et une fatigue générale. Les personnes ayant consommé le produit et présentant ces symptômes sont invitées à consulter leur médecin.

L’information publiée en France et en Belgique n’est donc pas la même, à quand un communiqué de rappel vraiment complet de la part de la DGCCRF indiquant également les symptômes possibles …

Enfin, rappelons que le 15 mai 2015, la DGCCRF publiait un communiqué de rappel de BLUEBERRIES (myrtilles) de marque PICARD pour causse de norovirus. Ce produit a été aussi rappelé au Luxembourg et en Belgique.

Food Safety Roundup ou Liste bibliographique en sécurité des aliments, 26

29
jan
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

Message de CIDRAP, Center for Infectious Disease Research & Policy de l’Université du Minnesota, du 28 janvier 2016, relatif aux nouveaux documents ci-dessous sur les maladies infectieuses d’origine alimentaire qui ont été ajoutés au site depuis les dernières semaines.

Foodborne Disease

E. coli 

Campylobacter 

Norovirus 

Salmonella 

Citation à comparaître pour Chipotle devant un grand jury dans le cadre de l’éclosion à norovirus en Californie

6
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

« Citation à comparaître pour Chipotle devant un grand jury dans le cadre de l’éclosion à norovirus en Californie », source Ben Chapman du barfblog du 6 janvier, 2016.

Chipotle-Mexican-Grill-signCes choses font désordre pour Chipotle.

Selon Reuters, une enquête pénale liée à une éclosion à norovirus en août a débuté aujourd’hui. C’est bizarre que ça commence par une éclosion à norovirus, se demande Ben Chapman.

Chipotle Mexican Grill Inc. a déclaré qu’il a reçu une citation à comparaître devant un grand jury dans le cadre d’une enquête criminelle liée à une contamination à norovirus dans l’un de ses restaurants en Californie en août.

La citation à comparaître, publié en décembre 2015, est venue d’un grand jury de l’US District Court pour le District Central de Californie, selon un document de Chipotle déposé auprès de la Securities and Exchange Commission le 6 janvier 2016.

La société a déclaré que la citation à comparaître exige que l’entreprise produise un large éventail de documents liés à l’incident à norovirus dans son restaurant de Simi Valley en Californie, qui a touché près de 100 personnes.

L’enquête pénale est menée par le bureau du procureur des États-Unis pour le District Central de la Californie et l’Office of Criminal Investigations de la FDA, a indiqué la compagnie mercredi.

L’excrétion de norovirus semble plus prolongée après une infection

6
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirus« L’excrétion de norovirus semble plus prolongée après une infection », source JWatch du 5 janvier 2016.

Les données de l’Oregon, principalement sur les éclosions à norovirus de type GII.4, suggèrent que l’excrétion peut durer trois semaines et que le statut de non secréteur n’est pas protecteur.

Les norovirus, principale cause de gastro-entérite grave à travers le monde, ont 6 génogroupes et 38 génotypes ; la souche GII.4 est la souche est la plus fréquemment associée à des flambées (NEJM JW Infect Dis mars 2013 et MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2013; 62:55). Des antigènes tissulaires des groupes sanguins (HBGA) peuvent agir comme facteurs de fixation des norovirus : les personnes ayant un gène FUT2 fonctionnel (sécréteurs) exprimes des HBGAs sur l’épithélium muqueux ; les non-sécréteurs, qui ont une mutation du gène FUT2, guanine au lieu d’adénine au niveau du codon 428, sont présumés être protégés contre l’infection à norovirus.

Le Oregon Department of Public Health et les US Centers for Disease Control and Prevention ont analysé 10 épidémies à norovirus sélectionnées (9 liées à la souche GII.4) à partir de novembre 2009 à janvier 2013. Ils ont étudié 62 cas, 34 témoins exposés et 18 sujets non exposés. La durée de la maladie était significativement plus longue chez les personnes de 70 ans ou plus que chez les patients plus jeunes. Norovirus a été détecté dans les selles dans 42 cas (68%). L’excrétion de norovirus dans les selles, qui ont eu lieu pendant au moins 21 jours dans 16 des 35 cas (47%), était significativement plus probable si le prélèvement de selles initiale avait > 1010 copies de virus par gramme que si il avait moins de copies par gramme. Pour les virus de type GII.4, les chercheurs n’ont pas trouvé d’association entre le statut de sécréteur ou le type de sang et une infection symptomatique.

Commentaire. Selon ces observations, l’excrétion de norovirus peut durer 3 semaines après une infection aiguë. La politique actuelle qui permet aux travailleurs de la santé touchés et aux autres de retourner travailler 48 heures après la résolution de la diarrhée peut avoir besoin d’être changée.

Référence. Costantini VP et al. Epidemiologic, virologic, and host genetic factors of norovirus outbreaks in long-term care facilities. Clin Infect Dis 2016 Jan 1; 62:1.

France : Gasto-entérite aiguë et norovirus inside

2
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

L’InVS publie le bulletin hebdomadaire sur le point sur la gastro-entérite aiguë au 30/12/2015.

L’Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans les domaines de la santé publique, analyse les données de surveillance des gastro-entérites aiguës (GEA) issues de son réseau de partenaires et publie les indicateurs résultant de l’analyse de ces données dans ce bulletin mis en ligne chaque semaine sur son site internet.

  • Activité de consultations pour GEA en médecine générale modérée
  • Activité des services d’urgences hospitaliers pour GEA en augmentation
  • Majorité de norovirus GGII4 dans les établissements hébergeant des personnes âgées

Chiffres clés

  • Taux d’incidence national : 124 cas/100 000 habitants
  • 67 % des épisodes de cas groupés sont positifs à Norovirus

Et pour commencer cette nouvelle année par un sourire, voici « La gastro-entérite » vue par Goguettes en trio (mais à quatre) …