Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Les huîtres hébergent et transmettent norovirus à l’homme

28
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

« Les huîtres hébergent et transmettent norovirus à l’homme : évitez de les consommer crus », source ASM News du 28 août 2015.

norovirusLes huîtres non seulement transmettent norovirus chez l’homme, mais elles servent aussi de réservoir majeur pour ces agents pathogènes, selon une étude publiée le 28 août dans Applied and Environmental Microbiology, une revue de l’American Society for Microbiology. « Plus de 80% des génotypes de norovirus humains ont été détectés dans des prélèvements d’huîtres ou lors d’éclosions liées aux huîtres », a déclaré l’auteur correspondant Wang Yongjie.

« Les résultats mettent en évidence le rôle important des huîtres dans la persistance de norovirus dans l’environnement et de sa transmission à l’homme, et ils démontrent la nécessité d’une surveillance des norovirus humains dans les prélèvements d’huîtres », a dit Wang, professeur au College of Food Science and Technology, Shangha Ocean University, Shanghai, Chine.

Dans l’étude, les investigateurs ont téléchargé toutes les séquences de norovirus liées aux huîtres déposés de 1983 à 2014 au GenBank database du National Center for Biotechnology, et dans la base de données épidémiologiques Noronet. Ils ont effectué des génotypages et des analyses phylogénétiques et cartographié la diversité génétique de norovirus et la répartition géographique au fil du temps.

Dans des recherches antérieures, les chercheurs ont constaté que 90% des séquences de norovirus humains en Chine provenaient de régions côtières. La recherche actuelle a montré que la même chose était vraie partout dans le monde, sauf dans les régions tropicales, où les séquences sont absentes.

Le statut des huîtres comme réservoir et vecteur de transmission de norovirus à l’homme est probablement encouragé par leur présence dans les eaux côtières, qui sont souvent contaminées par des déchets humains, a déclaré Wang. Des recherches antérieures suggèrent que norovirus peut persister pendant des semaines dans les tissus des huîtres et l’épuration commerciale ne parvient pas à les enlever.

Norovirus provoque des douleurs d’estomac, de la diarrhée, des nausées et des vomissements. Il est extrêmement contagieux et infecte plus de 6% de la population des États-Unis, chaque année, entraînant environ 20 millions de cas, dont 56 000-71 000 hospitalisations et 570-800 décès, selon les Centers for Disease Control and Prevention. Toucher une surface contaminée peut entraîner une infection.

Wang a indiqué que les personnes qui consomment des huîtres et d’autres coquillages doivent les consommer bien cuits et jamais crus. Il a également plaidé pour le développement d’une méthode fiable pour détecter norovirus dans les huîtres, et un réseau de surveillance des éclosions à norovirus dans le monde entier liées aux huîtres.

NB : Je pense que le conseil « évitez de les consommer crus » doit pris avec plus que des pincettes en France. Cela étant, les huîtres ne doivent pas être consommées chez les populations à risque.

Comme le rapporte avec humour Doug Powell du barfblog dans son article, Microbiologistes, évitez des huîtres crues.

Le jus de citron et les norovirus humains

26
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

« Le jus de citron et les norovirus humains », source communiqué du German Cancer Research Center (Deutsches Krebsforschungszentrum, DKFZ) du 25 août 2015.

L’acide citrique peut prévenir les norovirus hautement contagieux d’infecter l’homme, selon des scientifiques du German Cancer Research Center. Par conséquent, le jus de citron pourrait être potentiellement un désinfectant sûr et pratique contre le pathogène le plus fréquent des infections gastro-intestinales graves.

imagesLes norovirus sont la principale cause d’épidémies de gastro-entérite dans les milieux communautaires tels que les hôpitaux, les navires de croisière et les écoles. Le virus est extrêmement contagieux et se transmet principalement par « voie fécale-orale », à savoir, par l’intermédiaire des mains contaminées ou des aliments contaminés. Les symptômes comprennent l’apparition violente et soudaine de diarrhée, vomissements et nausées.

« Il est donc important de fournir un désinfectant sûr et sans danger contre les norovirus humains », explique Grant Hansman, chef du groupe de recherche junior du CHS au German Cancer Research Centre sur norovirus et à l’Université de Heidelberg. Le groupe est financé par la Fondation CHS. Quelques observations plus anciennes ont constaté que des extraits de fruits, comme le jus d’orange ou de grenade, pouvaient réduire l’infectiosité de substituts de norovirus.

Cette étude était la continuation d’un projet antérieur mené au National Institutes of Health des États-Unis, où ils ont découvert que le citrate d’une société commerciale pouvait se lier aux protéines de la capside de norovirus. « Cependant, ce ne fut que par hasard que cette découverte a été faite, comme beaucoup dans la recherche scientifique, mais elle se révèle être très intéressante », explique le Dr Hansman.

Les norovirus humains ne se cultivent pas en culture cellulaire, de sorte qu’ils sont testés sur les effets de l’augmentation de concentrations en tampon citrique sur les pseudo-particules virales de norovirus, qui ont les mêmes caractéristiques de surface que les véritables virus. Le Dr Hansman et son équipe montrent que les particules de virus changent de forme après la liaison au citrate. La structure cristalline aux rayons X a révélé que le citrate, du jus de citron ou d’un désinfectant à base de citrate, interagit précisément avec la poche de liaison sur la particule qui est impliquée dans la fixation aux ligands hôtes, les antigènes d’histo-compatibilité.

Ces nouveaux résultats pourraient expliquer pourquoi le citrate réduit l’infectiosité de norovirus. « Peut-être que quelques gouttes de jus de citron sur des aliments ou des surfaces contaminées peuvent empêcher la transmission de ces virus », spécule Hansman. Avec son équipe, il envisage maintenant d’étudier si l’acide citrique pourrait réduire les symptômes chez les personnes déjà infectées par norovirus.

Référence. Anna D. Koromyslova, Peter White, and Grant S. Hansman: Citrate alters norovirus particle morphology. Virology Volume 485, November 2015, Pages 199-204.

Des vomissements peuvent produire des aérosols de norovirus, selon une étude

21
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Non classé, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

« Une étude montre que des vomissements peuvent produire des aérosols de norovirus », source CIDRAP News du 20 août 2015.

Les vomissements peuvent s’aérosoliser en particules virales semblables à celles de norovirus chez des personnes infectées, selon une étude publiée dans PLoS One qui a impliqué un dispositif simulant les vomissements.

vomitmachine_406x250Des chercheurs de la North Carolina State University (NCSU) et la Wake Forest University ont construit un dispositif à l’échelle un quart afin de simuler des vomissements humains. Ils ont ensuite inoculé du faux vomi avec des bactériophages MS2, qui est couramment utilisé car proche de norovirus et ils ne nuisent pas à l’homme, afin de déterminer si des virus deviendraient des particules aéroportées lors de vomissements simulés. Ils ont utilisé un préleveur d’air de type biosampler pour capturer les particules.

Ils ont constaté qu’un petit pourcentage de bactériophages était présent sous forme d’aérosols, mais suffisamment pour provoquer une infection si c’étaient des particules de norovirus, qui nécessitent seulement une dose infime pour être infectieuse.

« Tout au plus, seuls 0,02% des virus totaux dans le vomi ont été diffusé sous forme d’aérosols », a dit Lee-Ann Jaykus de la NCSU dans un communiqué de presse de l’université. « Mais cela peut encore atteindre des milliers de particules de virus et c’est plus que suffisant pour infecter d’autres personnes. »

Une vidéo est aussi proposée sur YouTube.

Eclosion à norovirus liée à la consommation d’huîtres dans une maison de retraite en France en 2012

19
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirus-cheerRésumé.

La présence de norovirus dans les coquillages est un problème de santé publique en Europe. Ici, nous rapportons les résultats d’une investigation sur une éclosion de gastroentérites à norovirus après un déjeuner de fête qui a affecté 84 (57%) résidents et membres du personnel d’une maison de retraite en janvier 2012 en France. Les personnes qui avaient consommé des huîtres avaient un risque significativement plus élevé de développer des symptômes dans les 2,5 jours suivants que celles qui n’en avaient pas consommé, le risque augmentant avec la quantité consommée [risque relatif 2,2 (1,0-4,6) et 3,3 (1,6-6,6) avec 3 à 4 huîtres et avec 5 à 12 huîtres respectivement]. Chez des individus sains au cours des jours qui ont suivi, 29 (32%) sont par la suite devenus malades, dont la plupart étaient des membres du personnel exerçant des activités en contact étroit avec les résidents. Norovirus génogroupe II a été détecté dans des prélèvements fécaux, dans un échantillon d’huîtres non consommées et des huîtres de la zone de production. Identifier une dose infectieuse de norovirus peut faciliter le management lié à la salubrité des coquillages contaminés.

Référence. P. Loury, F. S. Le Guyader, J. C. Le Saux, K. Ambert-Balay, P. Parrot and B. Hubert. A norovirus oyster-related outbreak in a nursing home in France, January 2012. Epidemiology and Infection / Volume 143 / Issue 12 / September 2015, pp 2486-2493.

Mise à jour du 20 août 2015. Plutôt que de voir ce que représente une dose infectieuse, il aurait sans fallu se demander, comme le rapporte Doug Powell du barfblog, si c’est une bonne idée que de servir des huîtres dans une maison de retraite (Bad idea: Raw oysters in nursing homes).

Pas de poignée de main sur les navires de Crystal Cruises pour limiter norovirus

5
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

IMG_4895« Pas de poignée de main sur les navires de Crystal Cruises pour limiter norovirus », source Ben Chapman du barfblog du 5 août 2015.

En signe de salutation du capitaine sur Crystal Cruises, la règle est de saluer avec le poing ou avec deux doigts sur le front. La ligne de luxe est, selon ABC News, a mis au point une règle sur l’absence de poignée de main afin d’éviter la présence de norovirus sur le navire.

Crystal Cruises a une règle de non poignée de main pour le capitaine, en plus d’autres « mesures préventives » quand il s’agit de la santé et à la sécurité sanitaire à bord de ses navires.

 « La sécurité sanitaire et la santé de nos invités et de l’équipage est primordiale pour Crystal Cruises. Nous avons des règles d’hygiène exemplaires et cela facilite les mesures préventives conformément aux recommandations du Centers for Disease Control, comprenant la désinfection complète des lieux publics et les surfaces touchées comme les rampes, les poignées de porte et des boutons d’ascenseur », a dit la compagnie de croisières un communiqué à ABC News.

« D’autres mesures portent sur l’incitation des invités à utiliser des lingettes anti-bactériennes gratuites avant de monter sur le navire. Et alors que le capitaine est très heureux de répondre à tous nos clients, il se garde bien de serrer la main comme mesure préventive supplémentaire ».

« Je veux voir les données sur l’efficacité des lingettes antibactériennes contre les norovirus humains avant de les employer en tant que mesure de maîtrise », conclut Ben Chapman. Eh oui, ces lingettes désinfectantes si sympathiques ne semblent hélas pas efficaces sur ce type de virus humains …