Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Plus de 400 personnes ont été rendues malades au Danemark par de la laitue de France. Norovirus inside !

27
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

« Plus de 400 personnes ont été rendues malades par norovirus au Danemark par de la laitue de France », source Food Daily Quality News du 27 mai 2016.

Statens Serum Institut et DTU Fødevareinstituttet and Fødevarestyrelsen (SSI, l’Université technique du Danemark et l’Administration vétérinaire et alimentaire danoise) ont étudié plusieurs foyers de cas qui ont commencé en avril 2016.

Un total de 23 foyers a été étudié, comprenant 1497 personnes de diverses entreprises. Parmi ceux-ci 412 (28%) sont tombés malades avec des vomissements et/ou de la diarrhée.

lettuce7La salade a été vendue principalement pour les restaurants et les traiteurs et parce qu’elle a été utilisée dans des cuisines professionnelles, l’infection s’est propagée dans plusieurs entreprises et des clients dans un court laps de temps, a dit Fødevarestyrelsen. La cause de la contamination des laitues reste inconnue.

Des études de cohorte épidémiologique dans deux des entreprises concernées ont ciblé des plats qui comprenaient de la laitue Lollo Bionda. Cela a été soutenu par des investigations dans d’autres sociétés qui avaient reçu la même laitue, a dit le SSI.

La traçabilité de la laitue a démontré que le produit en question était une laitue Lollo Bionda d’origine française commercialisée par une seule entreprise.

Le produit a été vendu principalement aux restaurants et aux entreprises de restauration via un grossiste. A.P. Grønt (A. P. Vegetables) basée à Slangerup qui a retiré les salades début avril.

L’infection à norovirus a été confirmée sur la base de 28 prélèvements de patients dans lequel génogroupe I (GI) a été retrouvé.

Un typage supplémentaire du virus de 22 patients provenant de neuf entreprises différentes a démontré que tous avaient le même sous-type de norovirus (génotype GI.P2-GI.2), ce qui a soutenu l’hypothèse d’une source commune d’infections d’origine alimentaire.

Le DTU a trouve une correspondance de la laitue analysée avec plusieurs foyers, et dans une tête de laitue, il a été constaté un faible nombre de particules de norovirus du même génogroupe que celui retrouvé chez des patients.

Les chercheurs ont dit que c’est la première fois qu’une épidémie à norovirus au Danemark avait fourni si grand nombre de prélèvements humains de divers sous-types pendant l’investigation.

un-papier-toilette-en-fibres-recyclees-doux-et-ecologique-illustration_25878_w460« L’épidémie a démontré que la laitue contaminée vendue à des entreprises de restauration avait un potentiel considérable pour infecter d’un grand nombre de personnes dans un laps de temps très limité, ce qui souligne l’importance d’une investigation rapide, des prélèvements en temps opportun des patients et des aliments, et une volonté de retirer les produits de la part des entreprises en se fondant uniquement sur une suspicion vis-à-vis de la source de l’infection », a déclaré le SSI.

C’est la deuxième fois que la laitue Lollo Bionda de France a provoqué une série de foyers de cas d’infection, la première fois était en 2010. Plus de 250 personnes avaient été rendues malades dans 10 foyers différents, il y a six ans.

Une enquête de cohorte réalisée dans une entreprise où plusieurs types d’aliments ont été servis a ciblé des sandwiches contenant de la laitue comme la cause de la maladie. Norovirus est très contagieux et il est possible de tomber malade en mangeant des aliments contaminés avec seulement quelques particules virales.

NB : Merci à nos amis danois de nous informer sur des produits de France, parce qu’on ne peut pas compter sur nos administrations pour nous tenir informés. J’espère qu’en France, on ne serait pas posé la question usuelle, est-ce une gastro ou intoxication alimentaire ?

Food Safety Roundup ou Liste bibliographique en sécurité des aliments, 28

27
mai
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Virus.

Message de CIDRAP, Center for Infectious Disease Research & Policy de l’Université du Minnesota, du 26 mai 2016, relatif aux nouveaux documents ci-dessous sur les maladies infectieuses d’origine alimentaire qui ont été ajoutés au site depuis les dernières semaines.

Foodborne Disease

E. coli 

Listeria 

Norovirus 

Irlande : Le discours reste le même, faire bouillir au moins une minute les baies congelées importées afin d’éviter norovirus et le virus de l’hépatite A

20
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Virus.

En septembre 2013, la Food Safety Authority of Ireland (FSAI) avait réitéré sa recommandation aux consommateurs de faire bouillir toutes les baies surgelées importées pendant au moins une minute avant de les consommer.

La FSAI avait publié en mai 2015 des questions fréquemment posées à propos des baies et elle vient de mettre à jour en mai 2016 ses « Conseils de faire bouillir les baies congelées importées ».

Extraits de quelques questions et réponses :

frozen-berriesPourquoi le FSAI réitère son conseil de faire bouillir les baies congelées importées pendant une minute ?

À la suite de récentes éclosions à norovirus en Suède et du virus de l’hépatite A en Australie, les deux virus ont été liés à la consommation de baies congelées importées. La FSAI réitère ses conseils pour continuer de faire bouillir les baies congelées importées pendant une minute avant consommation. Ceci est particulièrement important au moment de servir ces aliments aux personnes vulnérables telles que les résidents des maisons de santé.

L’éclosion en Suède a eu lieu dans une maison de santé, début de mai, avec 70 personnes qui sont tombées malades à cause de norovirus. Trois décès auraient été potentiellement liés à cette éclosion. Contrairement aux conseils de sécurité des aliments en Suède, les framboises importées congelées ont été servies crues dans un dessert. L’analyse microbiologique a confirmé la présence de norovirus dans les baies congelées.

Les baies congelées importées contaminées pourraient-elles être vente en Irlande ?

Il n’y a aucune indication que les lots de fruits impliqués dans les récents foyers suédois et australiens aient été importés en Irlande. Ces foyers, cependant, démontrent un risque permanent dans la chaîne alimentaire mondiale des baies congelées importées.

Comment puis-je savoir si les baies congelées sont-elles importées ?

Si l’étiquetage ne précise pas le pays d’origine, vous devez supposer que les baies sont importées. Le magasin où vous les avez achetées peut être en mesure de fournir cette information.

Les distributeurs afficheront-ils des avis au sujet de la nécessité de faire bouillir les baies congelées importées ?

Les distributeurs qui vendent des baies congelées importées doivent veiller à ce que les baies qu’ils utilisent proviennent de fournisseurs réputés opérant avec un système efficace de management de la sécurité des aliments et un système complet de traçabilité. Comme la chaîne alimentaire peut être assez complexe, il est nécessaire pour les entreprises alimentaires à chaque étape de la chaîne alimentaire d’obtenir des garanties quant à l’efficacité des systèmes de management de la sécurité des aliments en place par leurs fournisseurs. Si de telles garanties ne sont pas disponibles, la FSAI recommande que le distributeur affiche un avis informant les clients que les baies congelées devraient être bouillies pendant une minute avant consommation.

NB : En septembre 2013, je posais la question, « Aura-t-on une recommandation de l’Anses (toujours sans directeur général depuis 5 mois) en France, à moins, bien entendu, que personne ne consomme des baies surgelées importées, sait-on jamais  ?

Par ailleurs après vérification auprès de quelques distributeurs, aucun ne mentionne sur l’emballage de faire bouillir des baies congelées importées.

Rien n’a été décelé dans les aliments, si ce n’est une trace de norovirus …

14
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirusDans « Epidémie de gastro-entérite ou Tiac ? Une édition dans un collège de l’Eure », j’avais évoqué la piste norovirus … mais voici que l’on nous parle désormais de trace de norovirus …

Selon France Bleu.fr du 13 mai 2016, « Tours : le mystère reste entier après l’intoxication au lycée St Grégoire ».

Le mercredi 27 avril, plusieurs dizaines d’élèves et de personnels de l’établissement étaient pris de nausées, de vomissement et de maux de tête. Point commun, les victimes avaient toutes déjeuné au self la veille.

Les résultats de la cinquantaine d’analyses réalisées par la société de restauration et la Préfecture (en l’occurrence la Direction Départementale de Protection des Populations) sont tombés hier.

Rien n’a été décelé si ce n’est une trace de Norovirus dans un plat de pâtes. Cependant selon le directeur de l’établissement, Jacques Salmon, il est difficile d’établir un lien de causalité entre les deux.

Bon nous voilà reparti sur des microbes présents dans les aliments à l’état de trace et cela a été le cas à plusieurs reprises pour Listeria, 1, 2, 3 et 4. Si quelqu’un sait ce que cela signifie, merci de vos éléments de réponse …

Les norovirus humain se lient aux antigènes des groupes sanguins de la laitue

3
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

Les éditeurs de la revue Applied and Environmental Microbiology de mai 2016 ont en avant l’article suivant : « Les norovirus humains se lient aux antigènes des groupes sanguins présents chez la laitue ». Cet article est disponible intégralement et gratuitement.

Les produits frais sont reconnus de façon croissante comme un véhicule pour la transmission de norovirus humains. Dans une étude précédente, il a été montré que les norovirus humains se liaient spécifiquement aux hydrates de carbone de la paroi cellulaire des laitues (M. A. Esseili, Q. Wang, and L. J. Saif, Appl. Environ. Microbiol. 78:786–794, 2012). Les antigènes des groupes sanguins sont des hydrates de carbone qui sont connus être des sites d’attachement des norovirus humains chez l’homme. Gao et al. ont montré que la laitue contient des antigènes des groupes sanguins like auxquels les norovirus humains se lient spécifiquement. Leur étude suggère que les norovirus humains qui sont liés spécifiquement ne peuvent pas être enlevés par un simple lavage, permettant une possible transmission virale vers les consommateurs.


Young-woman-with-mouth-stuffed-with-salad-lettuceRésumé
.

Les souches de norovirus humains du génogroupe II et du génotype 4 (GII.4) représentent environ 80% des éclosions de gastro-entérite aux États-Unis. Les aliments contaminés sont un véhicule de transmission majeur pour ce virus. Chez l’homme, le porc et les huîtres, les antigènes des groupes sanguins agissent comme des facteurs d’attachement pour les norovirus humains. Chez la laitue, bien que des particules de virus-like de norovirus humains GII.4 aient été retrouvées se lier à des hydrates de carbone de la paroi cellulaire, le site exact de liaison n’a pas été étudié jusqu’à présent. Ici, nous montrons la présence d’hydrates de carbone analogues aux antigènes des groupes sanguins dans la paroi cellulaire de la laitue. La digestion des feuilles de laitue par des enzymes de dégradation des parois cellulaires a montré que les sites de liaison avaient significativement augmenté au niveau de la liaison des particules de virus-like de norovirus humains GII.4. Des essais de compétition ont montré qu’à la fois des anticorps monoclonaux des antigènes des groupes sanguins reconnaissent à la fois l’antigène H et les lectines végétales, reconnaissant l’α-L-fucose de l’antigène H, qui inhibent efficacement la liaison des particules de virus-like aux tissus de la laitue. Les composants de la paroi cellulaire de la laitue ont été isolés et les caractéristiques de liaison des particules de virus-like de norovirus ont été analysées par des dosages immuno-enzymatiques. La liaison a été inhibée par un prétraitement du matériel de la paroi cellulaire de la laitue par une α-1,2-fucosidase. Collectivement, nos résultats indiquent que des hydrates de carbone de l’antigène H du groupe sanguin like existent dans les tissus de la laitue et que des particules de virus-like de norovirus humains GII.4 peuvent se lier à la portion active de fucose, probablement dans le composant d’hémicellulose de la paroi cellulaire.

Importance.

Les cultures de salades et de fruits sont de plus en plus reconnues comme des véhicules de la transmission de norovirus humains. Une étude récente a montré que les norovirus humains GII.4se lient spécifiquement aux hydrates de carbone de la paroi cellulaire de la laitue. Les antigènes des groupes sanguins sont des hydrates de carbone et sont connus comme étant un facteur d’attachement pour une infection à norovirus chez l’homme. Dans cette étude, nous montrons la présence d’hydrates de carbone des antigènes des groupes sanguins like dans la laitue, auxquels des norovirus humains se lient spécifiquement. Ces résultats suggèrent que les norovirus humains spécifiquement liés ne peuvent pas être enlevés par simple lavage, ce qui peut permettre la transmission du virus aux consommateurs. Nos résultats fournissent de nouvelles informations nécessaires pour le développement d’inhibiteurs potentiels afin de bloquer la liaison et de prévenir la contamination.