Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Etats-Unis : Un distributeur poursuit une société d’audit en sécurité des aliments dans l’affaire des melons cantaloups contaminés par Listeria

6
juin
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Coral Beach de The Packer a écrit qu’une demande reconventionnelle a été  déposée le 2 juin auprès d’un tribunal de l’État du Colorado, entre Primus et Frontera Produce Ltd en tant que défendeurs dans le décès d’un homme du Colorado qui a contracté une infection à Listeria monocytogenes après avoir consommé un melon cantaloup à Holly dans le Colorado.

Kroger_Primus_cantaloupe« Primus a déformé les conditions et les pratiques chez Jensen Farms et dans la unité d’emballage en lui donnant une note supérieure et un score élevé malgré l’existence de conditions et de pratiques qui auraient causé une défaillance de l’installation », selon la demande de Kroger.

Primus a 30 jours pour répondre, mais la société d’audit en sécurité des aliments a maintenu son absence de responsabilité dans les dizaines de plaintes déposées par les victimes et leurs familles et, dans une plainte au niveau fédéral déposée par les frères Eric et Ryan Jensen, propriétaires de l’exploitation de melons cantaloups en faillite.

L’éclosion de Listeria monocytogenes 2011 est remontée jusqu’aux melons cantaloups des Jensens qui ont entraîné 33 décès et 147 autres cas de maladies dans 28 États, selon le Centers for Disease Control and Prevention.

« Il est temps de changer de registre et d’approche de la sécurité des aliments. Il n’y a pas de temps à perdre avec la religion : les audits et les inspections ne sont jamais assez » dit Doug Powell du barfblog.

  • les audits et les inspections en sécurité des aliments sont un élément clé du système de sécurité des aliments du pays et leur utilisation doit se développer dans l’avenir, à la fois pour les produits alimentaires locaux et importés. Mais de récents échecs peuvent être émotionnellement, physiquement et financièrement être dévastateurs pour les victimes et les entreprises concernées ;
  • de nombreuses éclosions impliquent des entreprises qui ont eu un système de production alimentaires vérifié et qui reçoivent un score acceptable d’auditeurs en sécurité des aliments ou des inspecteurs du gouvernement ;
  • alors que les inspecteurs et les auditeurs jouent un rôle actif dans la surveillance de la conformité, le fardeau de la sécurité des aliments incombe principalement aux producteurs de denrées alimentaires ;
  • il y a beaucoup de limites avec les audits et les inspections, tout comme avec les inspections des restaurants, mais avec une estimation de 48 millions de personnes malades chaque année aux États-Unis, la question devrait être, quelle la meilleure façon d’améliorer la sécurité des aliments ?
  • les rapports d’audit ne sont utiles que si l’acheteur ou le producteur examine les résultats, comprend les risques visés par les normes et prend des décisions de réduction des risques fondées sur les résultats ;
  • il semble y avoir un décalage entre ce que les auditeurs fournissent (un instantané) et ce que les acheteurs croient qu’ils font (une vérification complète ou une certification du produit et du processus) ;
  • les audits par tierce partie ne sont qu’un indicateur de la performance et doivent être complétés par des analyses microbiologiques, des audits de seconde partie des fournisseurs et la capacité interne à évaluer de façon significative les résultats des audits et des inspections ;
  • les entreprises qui accusent les auditeurs ou un inspecteur des foyers de cas de maladies d’origine alimentaire devraient également se critiquer ;
  • l’évaluation des pratiques de manipulation des aliments par le personnel grâce à des observations internes, des évaluations externes menées et les résultats des audits et des inspections peuvent fournir des indicateurs d’une culture de la sécurité des aliments ; et,
  • l’utilisation des audits pour aider à créer, à améliorer et à maintenir une culture de la sécurité des aliments authentique est plus prometteuse dans la prévention des maladies d’origine alimentaire et la sauvegarde de la santé publique.

D.A. Powell, S. Erdozain, C. Dodd, R. Costa, K. Morley, B.J. Chapman. Audits and inspections are never enough: A critique to enhance food safety. Food Control Volume 30, Issue 2, April 2013, Pages 686-691.

Le restaurant étoilé Marco Pierre White Steakhouse de Birmingham a reçu la note de zéro en hygiène des aliments

19
mai
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Le Daily Mail du 18 mai 2014 rapporte que « le restaurant 4 étoiles Marco Pierre White Steakhouse au Royaume-Uni a reçu un score de zéro en sécurité des aliments ».

Le restaurant phare de Marco Pierre White à Birmingham a reçu un zéro en hygiène des aliments attribué par des inspecteurs de la santé environnementale.

Le Marco Pierre White Steakhouse, quatre étoiles (je pense que cela doit être au Michelin –aa), qui est au 25ème étage du Cube, a révélé maintenant ils ont échoué une inspection de la Food Standards Agency en mars.

score_hygineLa note catastrophique concerne soit de mauvaises  règles d’hygiène, la confiance dans le management ou une combinaison de ces facteurs et maintenant cela signifie qu’une amélioration urgente est nécessaire.

Le restaurant offre une vue imprenable sur Birmingham et le repas coûte environ 50 livres sterling par personne.

La porte-parole du Birmingham City Council a déclaré : « Marco Pierre White a été informé par la FSA que leur score allait baisser et cela a été publié sur le site de la FSA.

« Un certificat et un autocollant à apposer sur une vitre visible à l’entrée du restaurant confirmant leur score de zéro a été envoyé au restaurant le 25 mars 2014 ».

Malgré la mauvaise inspection, un porte-parole de Marco Pierre White a dit qu’ils ont pris en compte ce qu’il leur était reproché et ils vont continuer à travailler en étroite collaboration avec le Council.

Le porte-parole du restaurant a déclaré : « Nous pouvons confirmer que nous avons reçu la visite de ‘Environmental Health Department du Birmingham City Council plus tôt cette année.

Le score (ou la note) de zéro restera valide jusqu’à la date de la prochaine inspection, qui pourrait être réalisée entre six et 18 mois.

Le Marco Pierre White Steakhouse a rejoint ainsi une liste de 140 restaurants de Birmingham avec une note de zéro en hygiène des aliments.

NB : L’image est issue du site Internet « Scores on the Doors » concernant le restaurant Marco Pierre White Steakhouse. Sur ce sujet, on lira aussi Les aventures de Jamie Oliver et l’hygiène des aliments en sus des liens proposés ci-dessous.

Le Grand Manchester et ses 87 restaurants qui ont obtenu zéro étoile en hygiène des aliments

11
mai
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

food-hygiene-rating-0On me dit que Manchester est la ville la plus rock de Grande-Bretagne, je n’en doute pas un seul instant, mais au niveau de l’hygiène des restaurants, cela est un peu différent !

En effet, en lisant le Manchester Evening News du 9 mai 2014, on sait où sont « Les restaurants et les lieux de vente à emporter les plus sales du Grand Manchester qui ont eu un score de « zéro » en hygiène des aliments. » Source Doug Powell du barfblog.

Bullet-With-Butterfly-Wings-smashing-pumpkins-4349111-990-756-640x488-300x228Près de 90 restaurants du Grand Manchester ont eu zéro sur cinq étoiles, un système de note développé par la Food Standards Agency, comprenant des restaurants près de Piccadilly et le Trafford Centre.

Swadesh, un restaurant indien chic sur Portland Street et Rice Flame and Grill dans le Trafford Centre ont été parmi les 87 entreprises ayant reçu le score le plus bas possible.

La ville du Grand Manchester avec le plus grand nombre de restaurants ayant eu zéro étoiles a été Bolton, avec 26 établissements ayant eu le plus faible score en hygiène des aliments tandis que Salford est arrivé deuxième avec 13 restaurants qui n’ont reçu aucune étoile pour l’hygiène des aliments.

De quoi faire un guide …

Les piscines vont-elles avoir comme les restaurants des notes en matière de sécurité sanitaire ? Toronto le pense

20
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Les piscines vont-elles avoir comme les restaurants des notes en matière de sécurité sanitaire ? Toronto le pense. » Source Doug Powell du barfblog du 20 avril 2014.

Bien entendu, cet article ne s’adresse pas à la France où les scores ou notes des restaurants en matière d’hygiène n’existent pas (encore ?). Quant aux piscines, si l’on prend le cas de Paris ou de l’Ile de France, il y a en a toujours un certain nombre de fermées pour causes diverses, mais le plus souvent pour des raisons sanitaires, voir Piscines et condition sanitaires. A signaler, par ailleurs, qu’il n’y a pas eu, à ma connaissance, de rapport 2012 du contrôle sanitaire des eaux de loisirs à Paris, mais bon, revenons à Toronto …

caddyshack.pool_.poop-1-300x198Les exploitants des piscines, spas, bains à remous et autres pataugeoires de Toronto pourraient bientôt être tenus de publier les avis des inspections sur site afin que le public sache si des non-conformités de santé et de sécurité sanitaire ont eu lieu.

En 2011, le Star révélait que les exploitants de piscine se sont exposés à de multiples infractions pour plusieurs aspects, eau sale et équipements défectueux ou équipements de sécurité manquants, mais ces résultats d'inspection n’ont pas été révélés au public.(comme en France –aa).

Ces nouvelles qui ont fait que des nageurs, des utilisateurs de spas et des étudiants ont été mis dans des situations de risque de maladies et de blessures a incité le conseiller John Filion, président du conseil de santé de Toronto, de demander un affichage bien en vue de ces éléments afin  de savoir si les installations répondent aux normes de la ville.

Le 28 avril, le conseil examinera une nouvelle proposition du médecin-hygiéniste de la santé afin de déterminer si la ville doit élaborer un projet de règlement pour convaincre les exploitants de piscines, spas publics (bains à remous) et pataugeoires à afficher une information ou un document montrant les résultats de l'inspection. Le médecin doit présenter un rapport à l'avocat de la ville sur le contenu du projet de règlement.

Si le conseil vote ce texte, la proposition sera prise en compte par le conseil municipal le 6 mai. Le conseil prendra la décision finale. Le règlement proposé s'appliquerait à plus de 1 600 installations.

New-York : Les notes des restaurants suite à une inspection en hygiène des aliments sont-elles une honte ?

14
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Le sujet des notes des restaurants et de la publication en ligne des résultats est très chaud pour les professionnels de la restauration, mais l’on peut voir ici et là des expériences qui tendent à montrer que cela fonctionne malgré des grains de sable, voir Fini les promesses, bientôt les enquêtes relatives à l’hygiène de l’AFSCA en ligne dès 2015 ! et La sécurité des aliments dans les restaurants au Canada ou pourquoi les résultats des inspections des restaurants peuvent être difficiles à trouver ?

nyc_scoreABien entendu, trouver un lien entre amélioration de l’hygiène des restaurants et mise en place d’un système d’inspection par note ou score (information publiée en ligne) est une chose, mais que dire de la relation entre amélioration de l’hygiène des aliments dans les lieux de restauration et diminution des intoxications alimentaires, à vous de voir …

Le système d'inspection de la ville de New York avec des notes, il en a été beaucoup question sur ce blog, mais voici une information selon laquelle « Les scores sur les portes des restaurants de la ville suite à une inspection en hygiène des aliments sont une honte, selon un expert. » Source article de Gary Buiso dans le New York Post du 13 avril 2014.

C'est une A-bomination ! (en référence bien entendu à la lettre ‘A’, qui est le score ou la note la plus élevée en hygiène des aliments de la ville de New-York -aa).

La plupart des restaurants se sont pas améliorés depuis que la ville a institué son système d'inspection en hygiène des aliments avec une lettre comme score ou note – une imposture qui a engraissé les coffres de la ville, mais qui n'a pas produit les améliorations en santé publique vantées par la ville, selon un analyste du conseil municipal.

« Nous avons une agence du gouvernement qui est prêt à mentir ouvertement au public », a déclaré Artyom Matusov au Post. « Si nous ne pouvons pas faire confiance à la département de la santé pour fournir des données scientifiques réelles . . . alors nous ne pouvons pas faire confiance à aucune agence. »

Matusov a dit que certaines conditions sanitaires dans les restaurants de la ville ont empiré au lieu de s'améliorer, depuis que le nouveau système a commencé en 2010.

Il a trouvé que les performances de six catégories d'infractions ont chuté : insectes volants, aliments pas assez chauds ou froids, équipement insalubres, stockage des aliments incorrect et protection des surfaces en contact avec les aliments incorrecte.

Et concernant les plaintes pour intoxications alimentaires reçues sur la hot line du 311 pour les restaurants, bars et delicatessen, elles ont bondi de 2066 en 2009 à 2305 en 2013.

Matusov a trouvé une stagnation dans le système avec environ 30% des restaurants qui obtenu un ‘A’ avant et après que le nouveau système ait commencé.

La suite est ici, si vous souhaitez comprendre ce qui marche ou plutôt ce qui semble ne pas marcher, selon cet ‘expert’, dans le système de notes ou de scores en hygiène des aliments à la suite d’une inspection dans la bonne ville de New York !