Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Etats-Unis : L’étiquetage bio ou sans antibiotiques des poulets n’a pas d’incidence sur la présence de pathogènes entériques et de Escherichia coli résistants aux antibiotiques

19
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Microbiologie, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

05CHIC-tmagArticleRésumé.

Nous avons étudié les bienfaits implicites pour la santé de poitrines de poulet vendu chez les distributeurs étiquetés comme « bio » ou « sans antibiotiques » par rapport aux produits conventionnels basés sur la fréquence de la contamination par Salmonella spp., Campylobacter spp. et les coliformes résistants aux fluoroquinolones, aux céphalosporines à spectre étendu ou aux carbapénèmes. Nous avons acheté 231 poitrines de poulet préemballées de 99 magasins représentant 17 chaînes de vente dans l’Ohio, le Michigan et la Pennsylvanie de juin à septembre 2012. Quatre-vingt-six produits (41,5%) étaient étiquetés « sans antibiotiques » et 40 produits (17,3%) étaient étiquetés « bio », avec les 95 restants (41,1%) n’avaient aucune allégation sur l’étiquetage. Salmonella a été rétrouvé dans 56 produits (24,2%) et le taux de récupération n’a pas été différent entre les différents types de produits. Cinq pour cent des produits contenaient Salmonella hébergeant le gène blaCMY-2 de résistance aux céphalosporines à spectre étendu, représentant 21,4% des isolats de Salmonella. Campylobacter spp. a été retrouvé chez 10,8% des produits, avec des taux observés de récupération semblables pour les trois types de produits. En utilisant des milieux sélectifs, nous avons récupéré Escherichia coli hébergeant blaCMY-2 dans plus de la moitié des produits (53,7%) avec des taux de récupération semblables pour tous les types de produits. En outre, nous avons récupéré E. coli hébergeant blaCTX-M (gène de résistance aux beta-lactamines) de 6,9% des produits, et E. coli avec des mutations QRDR (pour Quinlone Resistance-Determining Region ou régions déterminant la résistance aux quinolones) dans 8,2% des produits. Les E. coli résistants aux fluoroquinolones obtenus en utilisant des milieux sélectifs ont été plus fréquents (p < 0,05) chez les produits conventionnel (18,9%) par rapport aux produits bio (0) et aux produits sans antibiotiques (2,1%). Nos résultats indiquent que, indépendamment du type de produit, les poitrines de poulet réfrigérées vendus en distribution sont souvent contaminées par des pathogènes entériques associés à des maladies d’origine alimentaire et des bactéries commensales hébergeant des gènes conférant une résistance aux antimicrobiens d’importance critique.

Mollenkopf Dixie F., Cenera Johana K., Bryant Erin M., King Christy A., Kashoma Isaac, Kumar Anand, Funk Julie A., Rajashekara Gireesh, and Wittum Thomas E. Organic or Antibiotic-Free Labeling Does Not Impact the Recovery of Enteric Pathogens and Antimicrobial-Resistant Escherichia coli from Fresh Retail Chicken. Foodborne Pathogens and Disease. ahead of print. doi:10.1089/fpd.2014.1808.

NB : On lira aussi Etats-Unis : Des bactéries résistantes aux antibiotiques retrouvées chez des poulets cashers, des poulets bio et des poulets élevés sans antibiotiques !, Des pathogènes résistants aux antibiotiques persistent chez le porc élevé sans antibiotiques et Le porc sans antibiotique, marketing ou sécurité des aliments ?

Inscrire les antibiotiques au patrimoine mondial de l’UNESCO

18
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Santé.

Antibiotic-pill-300x200Inscrire Les Antibiotiques Au Patrimoine Mondial De L’UNESCO, paru le lundi 17 novembre 2014 sur le site AC2BMR

La résistance aux antibiotiques augmente partout dans le monde, et représente une menace considérable pour la santé. Les antibiotiques sont un bien commun et universel, un trésor qu’il faut protéger de toute urgence. Ceci est du devoir de chacun. Nous avons l’intention de demander à l’UNESCO d’inscrire les antibiotiques sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Cela aurait un effet médiatique importante au niveau mondial, et aiderait à prendre conscience de l’urgence de s’attaquer à la résistance aux antibiotiques. Cette action de l’UNESCO permettrait de généraliser les mesures de bon usage des antibiotiques, en médecine humaine comme en médecine vétérinaire. Cela contribuerait à préserver l’efficacité des antibiotiques encore disponible au cours des prochaines années, en raison d’avancées scientifiques lentes, et en l’absence de nouveaux antibiotiques attendus dans un avenir proche.
Nous souhaitons, à travers ce document, motiver les politiciens de nombreux pays, dont la France, et exiger leur aide à convaincre l’UNESCO d’inclure les antibiotiques sur la liste du patrimoine mondial.
Pierre Dellamonica, Maladies infectieuses, Nice, France.
Jean Carlet, président de l’Alliance mondiale contre la résistance aux antibiotiques (WAAAR)

Lire aussi Résistance Aux Antibiotiques : Un Problème De Santé Publique Dramatique

Augmentation des gènes de résistance aux antibiotiques aux températures froides : Implications pour le stockage d’hiver des boues et des biosolides

15
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, HACCP, Santé, Sécurité des aliments.

sewbiobrochf12Résumé.

Des recherches antérieures suggèrent que des températures froides peuvent stimuler la prolifération de certains gènes de résistance aux antibiotiques (Antibiotic Restistance Genes ou ARGs) et des éléments de transfert des gènes au cours du stockage des biosolides. Cela pourrait avoir des implications importantes sur le stockage au froid des biosolides, comme cela est souvent nécessaire dans les climats du nord pendant un temps approprié pour l’épandage. Dans cette étude, les taux d’un gène associé à l’intégron (intI1) et d’un ARG (sul1) ont été surveillés dans des biosolides soumis à un stockage à 4, 10 et 20°C. Les deux gènes, intI1 et sul1, ont été observés pour augmenter lors d’un stockage pendant un temps court (< 2 mois), mais les concentrations sont revenues à un niveau basal en 4 mois. Les augmentations de concentrations ont été plus prononcées avec des températures plus basses que les températures ambiantes. Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que le stress au froid peut provoquer un transfert horizontal de gènes de résistance aux antibiotiques associés aux intégrons et que les conditions de stockage des biosolides doivent être considérées avant épandage.

Importance et l’impact de l’étude.

Les usines de traitement des eaux usées ont été identifiées comme des lieux particuliers permettant la prolifération et la dissémination de gènes de résistance aux antibiotiques et des bactéries résistantes aux antibiotiques dans l’environnement par le rejet des effluents traités dans les plans d’eau ainsi que l’épandage de biosolides dans la terre. L’identification des points critiques à maîtrise (critical control point ou CCP) dans le processus de traitement peut aider au développement de solutions pour la réduction des gènes de résistance aux antibiotiques et des bactéries résistantes aux antibiotiques et faire baisser la propagation de la résistance aux antibiotiques. Cette étude a révélé une augmentation des gènes de résistance aux antibiotiques pendant le stockage des biosolides et a identifié des changements dans les protocoles opérationnels qui pourraient contribuer à réduire la charge des gènes de résistance aux antibiotiques dans l’environnement lorsque les biosolides sont épandus dans la terre.

J.H. Miller, J.T. Novak, W.R. Knocke andA. Pruden. Elevation of antibiotic resistance genes at cold temperatures: implications for winter storage of sludge and biosolids. Letters in Applied Microbiology Volume 59, Issue 6, pages 587-593, December 2014.

Le séquençage du génome entier révèle des risques de propagation de Clostridium difficile entre l’homme et les animaux d’élevage aux Pays-Bas

14
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

Clostridium-difficile_456pxRécemment l’EFSA a indiqué qu’elle allait pouvoir fournir une subvention aux « organisations scientifiques éligibles » pour des « Approches moléculaires pour l’identification et la caractérisation d’agents pathogènes microbiens d’origine alimentaire, utilisant spécifiquement l’analyse du séquençage du génome entier (SGE) ».

Des laboratoires possèdent déjà l’analyse du séquençage du génome entier (SGE) comme témoigne cet article indiquant que « Le séquençage du génome entier révèle des risques de propagation de Clostridium difficile entre l’homme et les animaux d’élevage aux Pays-Bas, 2002-2011 ».

Résumé.

Les animaux de ferme sont un réservoir potentiel pour l’infection humaine à Clostridium difficile, en particulier le PCR-ribotype 078 qui se trouve fréquemment chez les animaux et les humains. Ici, l’analyse du génome entier par le polymorphisme nucléotidique simple (SNP pour single-nucleotide polymorphism) a été utilisée pour étudier la parenté évolutive de C. difficile 078 isolés d’humains et d’animaux dans des élevages de porcs néerlandais. Tous les génomes séquencés ont été suivis pour les déterminants potentiels de la résistance aux antimicrobiens et liés à un phénotype de résistance aux antimicrobiens. Nous avons séquencé la totalité du génome de 65 isolats de C. difficile 078 collectés entre 2002 et 2011 à partir de porcs (n = 19), des agriculteurs asymptomatiques (n = 15) et des patients hospitalisés (n = 31) aux Pays-Bas. La collection comprenait 12 paires d’isolats humains et de porcs isole à partir de 2011 recueillies dans 12 élevages de porcs différents. Un taux de mutation de 1,1 SNPs par génome et par an a été déterminé pour C. difficile 078. Surtout, nous démontrons que les agriculteurs et les porcs ont été colonisés par des clones de C. difficile identiques (pas de différences de SNP) et presque identiques (moins de deux différences de SNP). Les déterminants identiques de la résistance à la tétracycline et à la streptomycine identique étaient présents dans chez les isolats humains et animaux de C. difficile 078. Notre observation que des éleveurs et des porcs partagent des souches de C. difficile identiques suggère une transmission entre ces populations, bien que nous ne puissions pas exclure la possibilité d’une transmission d’une source commune de l’environnement.

Knetsch CW, Connor TR, Mutreja A, van Dorp SM, Sanders IM, Browne HP, Harris D, Lipman L, Keessen EC, Corver J, Kuijper EJ, Lawley TD. Whole genome sequencing reveals potential spread of Clostridium difficile between humans and farm animals in the Netherlands, 2002 to 2011. Euro Surveill. 2014;19(45):pii=20954.

Les bonnes et les moins bonnes nouvelles de la Journée européenne 2014 d’information sur les antibiotiques

13
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Union Européenne.

Antibiotic-pill-300x200Il y a peu je publiais « Le 18 novembre 2014 en France, journée de sensibilisation au bon usage des antibiotiques ou Journée de toujours plus d’antibiotiques tant en ville qu’à l’hôpital ».

Voici que l’EFSA publie le 13 novembre 2014 un communiqué sur la « Journée européenne 2014 d’information sur les antibiotiques ».

La journée européenne d’information sur les antibiotiques a lieu chaque année le 18 novembre pour sensibiliser les citoyens au bon usage des antibiotiques et à la menace pour la santé publique associée à la résistance aux antibiotiques. La journée 2014 met l’accent sur l’automédication avec des antibiotiques.

Les données les plus récentes confirment que, partout en Europe, le nombre de patients infectés par des bactéries résistantes est en augmentation et que la résistance aux antibiotiques constitue une menace sérieuse pour la santé publique.

Pour lutter contre ce phénomène en Europe, l’EFSA coopère étroitement avec le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Agence européenne des médicaments, plus particulièrement en ce qui concerne les infections qui peuvent se transmettre à l’homme par l’intermédiaire des animaux et des aliments.

Logo_journee_europeenne_information_antibiotiques-2D’accord mais l’EFSA passe sous silence l’augmentation de la consommation, par exemple, en France, selon un récent rapport de l’Ansm, « Les principaux constats issus de ce nouveau rapport sur la consommation d’antibiotiques : Une consommation globale d’antibiotiques qui a diminué de 10,7% entre 2000 et 2013. Cependant, une augmentation de 5,9% est observée depuis 2010. »

La bonne nouvelle viendrait du côté de l’Anses qui indique que pour les « Antibiotiques à usage vétérinaire : une diminution des usages et des résistances aux antibiotiques se confirme, mais des efforts sont à poursuivre ».

Enfin cette journée risque d’être en partie gâchée par des informations en provenance du Danemark

L’utilisation d’antimicrobiens chez les animaux au Danemark a continué d’augmenter en 2013 – principalement en raison d’une utilisation accrue chez les porcs. Cependant, l’utilisation d’antimicrobiens chez les porcs est encore inférieure de 12% en 2009. En général, le bétail a reçu très peu des antimicrobiens d’importance critique, qui sont utilisés pour traiter l’homme. Ces conclusions figurent dans le rapport annuel du DANMAP du Statens Serum Institut et de l’Institut national de l’alimentation, de l’Université technique du Danemark. DANMAP est le programme intégré danois de surveillance et de recherche de la résistance aux antimicrobiens programme.

La consommation totale d’antibiotiques chez les animaux de ferme et de compagnie au Danemark en 2013 est de 4% de plus que l’année précédente, exprimée en kilogrammes d’antibiotiques. L’augmentation de la consommation est principalement due à une augmentation de 6% de la consommation d’antibiotiques dans la production de porc, qui représente environ 84% de la production de viande au Danemark. Mais la consommation de volaille et les animaux domestiques a aussi augmenté.

Selon les espèces, les porcs représente environ 78% de l’utilisation des antimicrobiens en 2013, les bovins 10%, l’aquaculture 3%, la volaille 1%, les animaux à fourrure 4% et les animaux de compagnie, les chevaux et autres animaux de compagnie 3% restants.