Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Californie : Une usine de sauce piquante sriracha a été déclarée nuisance publique

14
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Santé.

Sriracha1Quiconque a été mangé dans un restaurant asiatique connait cette sauce piquante qui est présente sur la table souvent depuis un certain temps, voire un temps certain, mais voici que « L’usine de sauce piquante sriracha vient d'être déclarée nuisance publique », source BBC News du 10 avril 2014.

Une ville de Californie a déclaré une usine qui produit une sauce piquante asiatique populaire à base de piments d’être une nuisance publique, après que des habitants de la région qui se sont plaints de l'odeur.

La ville d’Irwindale mercredi soir a donné  90 jours au fabricant de la sauce sriracha, Huy Fong Foods, de limiter les odeurs.

La déclaration permet aux autorités de la ville d’ordonner des changements pour que de telles odeurs ne soient pas présentes après la date limite.

L'usine utilise 45,4 tonnes de piments par an.

La ville d'environ 1 400 personnes a poursuivi le fabricant de sauce en octobre demandant au juge d'arrêter la production après que des habitants se sont plaints de fumées provenant de la production, d’avoir les yeux piqués et de causer des quintes de toux et des maux de tête.

Un juge a ordonné à l'entreprise de réduire l'odeur en novembre, mais la saison annuelle de broyage d’août à octobre était déjà terminée.

La société aurait travaillé avec des experts en qualité de l'air afin de trouver une solution d'ici le 1er juin.

John Tate, l’avocat de Huy Fong Foods, a déclaré que la ville a « mobilisé toutes ses forces et se sont mis le doigt l’œil avec Huy Fong ».

Huy Fong Foods, emploie plus de 200 salariés et aurait gagné 85 millions de dollars (61,4 millions d’euros) l'an dernier.

New-York : Les notes des restaurants suite à une inspection en hygiène des aliments sont-elles une honte ?

14
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Le sujet des notes des restaurants et de la publication en ligne des résultats est très chaud pour les professionnels de la restauration, mais l’on peut voir ici et là des expériences qui tendent à montrer que cela fonctionne malgré des grains de sable, voir Fini les promesses, bientôt les enquêtes relatives à l’hygiène de l’AFSCA en ligne dès 2015 ! et La sécurité des aliments dans les restaurants au Canada ou pourquoi les résultats des inspections des restaurants peuvent être difficiles à trouver ?

nyc_scoreABien entendu, trouver un lien entre amélioration de l’hygiène des restaurants et mise en place d’un système d’inspection par note ou score (information publiée en ligne) est une chose, mais que dire de la relation entre amélioration de l’hygiène des aliments dans les lieux de restauration et diminution des intoxications alimentaires, à vous de voir …

Le système d'inspection de la ville de New York avec des notes, il en a été beaucoup question sur ce blog, mais voici une information selon laquelle « Les scores sur les portes des restaurants de la ville suite à une inspection en hygiène des aliments sont une honte, selon un expert. » Source article de Gary Buiso dans le New York Post du 13 avril 2014.

C'est une A-bomination ! (en référence bien entendu à la lettre ‘A’, qui est le score ou la note la plus élevée en hygiène des aliments de la ville de New-York -aa).

La plupart des restaurants se sont pas améliorés depuis que la ville a institué son système d'inspection en hygiène des aliments avec une lettre comme score ou note – une imposture qui a engraissé les coffres de la ville, mais qui n'a pas produit les améliorations en santé publique vantées par la ville, selon un analyste du conseil municipal.

« Nous avons une agence du gouvernement qui est prêt à mentir ouvertement au public », a déclaré Artyom Matusov au Post. « Si nous ne pouvons pas faire confiance à la département de la santé pour fournir des données scientifiques réelles . . . alors nous ne pouvons pas faire confiance à aucune agence. »

Matusov a dit que certaines conditions sanitaires dans les restaurants de la ville ont empiré au lieu de s'améliorer, depuis que le nouveau système a commencé en 2010.

Il a trouvé que les performances de six catégories d'infractions ont chuté : insectes volants, aliments pas assez chauds ou froids, équipement insalubres, stockage des aliments incorrect et protection des surfaces en contact avec les aliments incorrecte.

Et concernant les plaintes pour intoxications alimentaires reçues sur la hot line du 311 pour les restaurants, bars et delicatessen, elles ont bondi de 2066 en 2009 à 2305 en 2013.

Matusov a trouvé une stagnation dans le système avec environ 30% des restaurants qui obtenu un ‘A’ avant et après que le nouveau système ait commencé.

La suite est ici, si vous souhaitez comprendre ce qui marche ou plutôt ce qui semble ne pas marcher, selon cet ‘expert’, dans le système de notes ou de scores en hygiène des aliments à la suite d’une inspection dans la bonne ville de New York !

La sécurité des aliments dans les restaurants au Canada ou pourquoi les résultats des inspections des restaurants peuvent être difficiles à trouver ?

11
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

webst11167Au Québec, on apprend que « Chaque jour, huit personnes sont intoxiquées dans un restaurant ou une épicerie au Québec. Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) surveille de très près les restaurateurs récalcitrants. »

Et ailleurs au Canada, selon CBC news, on se demande « pourquoi les résultats des inspections des restaurants peuvent être difficiles à trouver ? » Malgré des réussites locales, l'industrie s'oppose système de notation des restaurants.

Les Canadiens aiment dîner à l'extérieur, mais l'information sur la façon dont les restaurants sont notés dans les rapports d'inspection de la santé n'est pas toujours facile à trouver, selon une enquête de CBC Marketplace.

Les ménages canadiens dépensent en moyenne environ 2000 dollars canadiens (1 313 euros) chaque année pour manger au restaurant et près de deux millions d'entre nous contractent des maladies d'origine alimentaire en mangeant dehors, selon Santé Canada.

La difficulté pour les clients du restaurant est que le Canada a un patchwork de règles et de règlements sur la façon dont les rapports d'inspection sont rendus publics.

Certaines provinces ou villes canadiennes publient les résultats d'inspection, mais ils ne sont pas affichés dans les restaurants où les gens peuvent les voir avant de commander un repas. D'autres, comme le Manitoba ne publie pas de rapports, mais après une enquête de Marketplace, la province a décidé de rendre les informations disponibles pour CBC.

Toronto a lancé un système public de notation des restaurants. Il y a plus de dix ans que les résultats sont mis en ligne et les clients peuvent les voir, un changement dit la ville qui a contribué à un spectaculaire bond dans les taux de conformité et une baisse significative des maladies d'origine alimentaire. Mais un groupe de l'industrie s'est opposé à des tentatives d'introduire des systèmes similaires ailleurs, et seules quelques juridictions ont adopté l'approche de la ville de Toronto.

« La sécurité des aliments est une question très grave », dit Jim Chan, un inspecteur de la santé publique à la retraite qui a passé 36 années avec la Toronto Public Health. « Tout ce qui peut affecter ma décision de ne pas m'exposer à un danger pour la santé, tout Canadien dans le pays devrait avoir le droit à cette information. En tant que citoyen, je devrais avoir cette information pour être en mesure de prendre une décision éclairée ».

Environ la moitié des maladies d'origine alimentaire au Canada arrivent en mangeant au restaurant, selon Santé Canada.

Un rapport de 2012 du Conference Board of Canada sur l'amélioration de la sécurité des aliments au Canada a révélé que les restaurants sont une source importante de maladies d'origine alimentaire mais les inspections par elles-mêmes ne vont pas assez loin pour protéger les Canadiens de tomber malade.

Irlande et la sécurité des aliments : C’est évitable, mais il y a encore des fermetures d’établissements alimentaires

4
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Comme je l’indiquais le 18 mars 2014, l’Irlande est, semble-t-il, repartie en 2014 sur les mêmes bases qu’en 2013 au niveau de la fermeture d’entreprises alimentaires en raison de problèmes d’hygiène et de sécurité des aliments, voir Augmentation de 12,5% des plaintes liées aux aliments en Irlande, La sécurité des aliments en Irlande va mal : 30% d’augmentation de mesures prises à l’encontre d’entreprises et L’Irlande est-il le pays de la sécurité des aliments ?

fsai-logoCe rituel s’accompagne en mars de 8 huit fermetures d’établissements alimentaires contre 14 en février

Qu’a dit le directeur général de la Food Safety Authority of Ireland, en commentant ces mauvais résultats, un peu comme chez nous le ‘ministre du travail’ à propos du chômage,

« Le professeur Alan Reilly, a déclaré qu'il n'y a absolument aucune excuse pour les entreprises alimentaires de mettre la santé des consommateurs en danger par des pratiques négligentes. Il a dit : « Alors que la plupart des entreprises du secteur alimentaire respectent les règles élevées et sont conformes à la législation de la sécurité des aliments, nous continuons à rencontrer des cas où la santé des consommateurs est compromise par un défaut de se conformer aux exigences de sécurité et d'hygiène des aliments. Ces infractions sont évitables. »

« Nous exhortons les entreprises alimentaires de s'assurer qu'elles disposent d'un système de management de la sécurité des aliments en place et qu'il est consulté de façon  régulière et à jour, et le cas échéant, de s'assurer que des non-conformités et les violations à la législation sur la sécurité des alimentaire ne produisent pas. »

NB : Cela étant, en France, on n'a pas de données précises ou pas de données à jour sur les fermetures …

Les mésaventures d’un restaurant Mc Donald’s aux Etats-Unis : « Pourquoi devons-nous nous laver les mains ? Nous portons des gants ! »

29
mar
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Lavage des mains, Réglementation, Sécurité des aliments.

Si chaque fois qu’un poste de lavage des mains n‘est pas opérationnel en cuisine en France, on devrait fermer le restaurant (rapide ou non), il y en aurait certainement des centaines. Mais je m’avance peut-être …

En tout cas, aux Etats-Unis, voici ce qui est arrivé à ce restaurant très rapide …

handwash_south_park2-300x225« Pourquoi devons-nous nous laver les mains ? Nous portons des gants. Mais voici l'inspection oblige un restaurant McDonald’s dans le Wisconsin à fermer et le restaurant a dû  proposer un remboursement. » Source Doug Powell du barfblog du 28 mars 2014.

Un restaurant McDonald’s au 3131 Mayfair Road à Wauwatosa a été, selon le Journal Sentinel, brièvement fermé, il y a deux semaines en raison d’un problème avec le lavage des mains, et le restaurant a été contraint de proposer aux clients un remboursement, c’est ce qui ressort de documents publics que la ville a montrés.

Le restaurant a fermé le 12 mars pendant plusieurs heures car un lavabo était en réparation. Il n’y avait personne qui travaillait en cuisine qui se lavait les mains ou dans le reste du restaurant, sauf dans les toilettes. Les restaurants du Wisconsin sont tenus d'avoir des lave-mains conçus exclusivement pour se laver les mains.

L'inspection a montré deux non-conformités critiques, dont des ustensiles sales, des accumulations de débris alimentaires et de la graisse, des chiffons d'essuyage dans des seaux de désinfectant qui ne contenaient pas de désinfectant et un manque de connaissances de base sur la sécurité des aliments.

Selon le rapport d'inspection , un employé a dit : « Pourquoi devons nous laver les mains ? Nous portons des gants. »

L'inspecteur a également demandé au personnel de jeter les aliments sans date du réfrigérateur.

La propriétaire Deborah Allen, a déclaré dans un communiqué, « Rien n'est plus important pour moi que l'exploitation d'un restaurant propre et sécuritaire. Nous suivons des règles rigoureuses en matière de sécurité des aliments et de qualité, et nous sommes très fiers des aliments et des boissons que nous servons à nos clients tous les jours. Nous prenons ces questions très au sérieux et nous avons pris des mesures immédiates pour faire les corrections appropriées. »

Le rapport d'inspection est disponible sur la page inspection des restaurants du Journal Sentinel, qui héberge les données des inspections des restaurants des quatre comtés de la région de Milwaukee et elle est mise à jour mensuellement. Wauwatosa n'est pas inclus avec d'autres villes et cités dans la base de données des quatre comtés car la ville a dit qu'elle n'est pas en mesure de publier base de données. Au lieu de cela, la ville fournit les rapports d'inspection hebdomadaire.

Jon_Stewart