Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


La DGCCRF et les plaintes en restauration commerciale

20
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

La DGCCRF publie (DGCCRF-éco n°28 – juin 2014) un rapport de Nicolas Roux sur « Le secteur da la restauration commerciale : données économique, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur ».

Cette étude propose une analyse des plaintes de consommateurs enregistrées par la DGCCRF et relatives au secteur de la restauration.

En résumé, « Concernant les plaintes relatives au secteur, on note entre 2009 et 2013 une diminution d’environ 20% de leur nombre. Toutefois, il faut remarquer que le nombre de plaintes a augmenté sur un an en 2011 (+5,4%) et en 2012 (+14,5%). »

Dans le détail, « Le baromètre des réclamations de la DGCCRF permet d’analyser les évolutions des plaintes de consommateurs enregistrées par les agents de cette administration, tant dans les services déconcentrés (directions départementales de la protection des populations et directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations selon les départements) qu’au centre national d’appels « info consommateurs » 3939 de Montpellier.

Les données recueillies sont classées par produits et services et par pratiques dénoncées dans le baromètre des réclamations depuis 2008. Depuis le 1er juillet 2013, la classification du baromètre des réclamations a évolué pour gagner en finesse et clarté, afin d’adapter celle-ci à la recommandation européenne du 12 mai 2010 et aux évolutions réglementaires et technologiques. »

Entre 2009 et 2013, le nombre de réclamations relatives au secteur de la restauration est passé de 1915 à 1543, soit une diminution de 19,4%. Entre 2009 et 2010, il avait connu une chute de 24,9%, avant de connaître deux années d’augmentation, en 2011 (+5,4%) et en 2012 (+14,5%).

Sur la période 2009-2013, la part des plaintes relatives au secteur de la restauration dans le total des plaintes varie de 1,6 à 2,0%.

Différence entre restauration traditionnelle et restauration rapide.

Depuis le 1er juillet 2013, le baromètre des réclamations permet notamment de distinguer restauration traditionnelle et restauration rapide.

Au vu de ces statistiques, on constate que les réclamations relatives à la restauration traditionnelle sont plus nombreuses que celles relatives à la restauration rapide : elles représentent selon les mois entre 2,4 et 6,4 fois le nombre de plaintes du secteur de la restauration rapide.

De juillet 2013 à mai 2014, le nombre moyen de réclamation est de 24 par mois pour la restauration rapide et de 92 par mois pour la restauration traditionnelle.

tab5

Classement des cinq premières pratiques dénoncées par les consommateurs, concernant le secteur de la restauration, 2009-2014

Depuis 2009, les pratiques dénoncées par les consommateurs relatives au secteur de la restauration concernent principalement les règles générales d’hygiène des denrées, les règles générales d’hygiène des établissements, la tromperie à l’égard du consommateur, le refus de vente aux consommateurs et le respect des dates limites de consommation (DLC) et des dates limites d’utilisation optimale (DLUO).

Commentaires : Le rapport ne dit pas pour combien de plaintes adressées au point info consommateur de la DGCCRF, combien de plaintes ne sont pas adressées par les consommateurs, autrement dit quelle est la sous-évaluation des plaintes recensées dans ce baromètre. Par ailleurs aucune liaison des données de ce baromètre avec les opérations alimentation vacances et fêtes de fin d’année. Il ne manquerait plus que la DGAL et la DGCCRF coopèrent … mais ça, c’est une autre histoire !

Irlande et la litanie mensuelle des fermetures d’établissements alimentaires

6
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

fsai-logoL’Irlande est un pays qui n’a pas d’opération alimentation vacances comme chez nous, mais cela ne l’empêche pas de procéder régulièrement à des fermetures de restaurants.

Ainsi nous en étions restés au mois de mai 2014, avec l’article La fermeture de restaurants, un jour sans fin, un spécial Irlande !, avec 6 fermetures …

Au mois de juin, il y a eu 9 fermetures d’établissements alimentaires et au mois de juillet, 7 fermetures !

A chaque fois, le directeur général fait un commentaire de plus en plus désabusé sur cette situation qui semble se répéter inlassablement tous les mois …

« Chaque ordre de fermeture mine la confiance des consommateurs dans la sécurité des aliments qui affecte non seulement le secteur alimentaire en cause, mais l’industrie alimentaire dans son ensemble », déclare le professeur Reilly, directeur général de la Food Safety Authority of Ireland (FSAI). « Alors que la plupart des entreprises du secteur alimentaire se sont engagés dans des règles élevées pour la santé de leurs clients, ce n’est pas toujours le cas. Nous exhortons les entreprises alimentaires de s’assurer qu’elles disposent d’un système de management de la sécurité des aliments en place et qu’il est consulté régulièrement et mis à jour, le cas échéant, et s’assurer que les problèmes de non-conformités et les infractions à la législation sur la sécurité alimentaire ne se produisent pas. »

Il faut croire qu’il y a des établissements qui ne veulent rien comprendre …

Un restaurant thaï en Nouvelle-Zélande fait appel aux internautes en ligne pour lutter contre un vandale

5
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Réglementation, Sécurité.

« Un restaurant thaï en Nouvelle-Zélande fait appel aux internautes en ligne pour lutter contre un vandale », source Doug Powell du barfblog du 5 août 2014.

Quand un vandale est intervenu chez Thaï Container à Christchurch, le propriétaire n’a pas contacté la police, mais est allé sur les médias sociaux.

Trente minutes après avoir posté la vidéo de sécurité sur sa page Facebook, le propriétaire, Ren Bell, avait le nom de l’auteur présumé et des excuses.

La vidéo montre un jeune homme bien habillé circulant à pied sur le site un samedi. Il regarde la caméra de sécurité puis disparaît de l’écran. Environ 30 secondes plus tard, l’appareil est détruit.

thai-container-300x223L’inventaire des dommages comprend deux caméras de sécurité, une conduite de gaz, un paquet de serviettes placé près d’un lavabo et des robinets mis en route, une porte et du stock, totalisant environ 2000 dollars (1 271 euros).

C’était la quatrième fois que Thaï Container a été pris pour cible par des vandales depuis que Bell et son épouse sont arrivés là en mai 2011. Ils avaient perdu leur restaurant au centre de la ville, suite au tremblement de terre.

Bell a signalé trois incidents antérieurs à la police, en leur donnant les images de sécurité, mais il n’a pas été entendu.

Cette fois, il a décidé de faire son travail de détective et a dit qu’il le ferait sans hésiter une seconde.

Bell a offert une récompense de 500 dollars (318 euros) pour quiconque « pourrait livrer ce type », en téléchargeant la vidéo de sécurité sur a page Facebook du restaurant.

En une demi-heure, l’homme « s’est livré » en envoyant à Bell un message privé.

Le jeune homme, alerté par un ami qui a vu la vidéo, a dit qu’il était désolé et a accepté de le rencontrer au restaurant de hamburgers de Bell et de régler les réparations et voir avec lui cela en privé.

Bell a dit qu’il a attendu une heure la nuit dernière, mais le jeune homme ne s’est pas présenté.

Donc, Bell a remis le film, le nom de l’homme et les détails à la police aujourd’hui, en leur disant, « le travail est fait, nous nous verrons au tribunal », a-t-il dit.

« Maintenant, je comprends vraiment la puissance des médias sociaux », dit-il.

Le sergent-détective Darren Folau a dit que les médias sociaux étaient une plate-forme que la police utilisait également.

Tableau de chasse de l’opération alimentation vacances dans les Landes

1
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Vacances d'eteTrois fermetures en Charentes Maritime depuis le 1er juin 2014, mais voici que le département des Landes fait mieux avec quatre fermetures, qu’on se le dise …

Bien entendu il s’agit du dernier tableau de chasse, à ma connaissance, de l’opération alimentation vacances !

« Quatre fermetures administratives de restaurants dans les Landes depuis le début de l’été pour raison d’hygiène », selon France Bleu.

Le directeur des Services de protection de la population dans les Landes parle d’un petit relâchement chez les professionnels, même si la grande majorité respecte la réglementation en matière d’hygiène. Dans ces quatre restaurants de Mont-de-Marsan, Castets, Capbreton et Aire-sur-l’Adour, les inspecteurs ont retrouvé des cuisines sales, des légumes entreposés près de produits toxiques, etc.

Une cinquantaine d’inspecteurs de la direction de la protection de la population des Landes sont mobilisés cet été dans le département pour effectuer des contrôles de tous ordres en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire, de lutte contre les fraudes, de sécurité dans les campings, les centres de loisirs etc. Ils ont déjà procédé à près de 400 contrôles depuis mi-juin, il a fallu sanctionner ou rappeler la réglementation dans 30% des cas.

Parmi les faits les plus marquants : quatre fermetures administratives de restaurants pour des problèmes d’hygiène à Mont-de-Marsan, Aire-sur-l’Adour, Castets et Capbreton. Ils ont par exemple retrouvé des légumes entreposés à côté de produits détergents, des cuisines sales : bacs de friture où l’huile ressemblait plus à du pétrole, planchas non nettoyées, traces noires sur les interrupteurs et sur les murs, visiblement la marque des mains des cuisiniers. Des cuisiniers portant aussi des tenues pas lavées.

Les inspecteurs« ont fait détruire 79 kilos de nourriture pendant les férias car les forains n’avaient pas respecté la chaine du froid. Quelque 1.300 contrôles sont prévus en tout d’ici la mi-septembre. »

La culture de la sécurité des aliments est-elle un long fleuve tranquille chez Walmart ?

16
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Shigella, TIAC.

Screen-Shot-2014-06-26-at-5.13.27-PM-300x175Le restaurant Salsarita dans le Walmart Home Office Cafe rouvrira mercredi suite à d’une éclosion à Shigella qui a rendu malade plus d’une centaine de personnes.

Walmart a envoyé un courriel aux employés la semaine dernière les alertant que plusieurs changements seront apportés en cuisine.

Le courriel mentionnait qu’Eurest, la société tierce partie en charge de la gestion de la cuisine, va embaucher un manager en assurance de qualité et va recycler le personnel au sujet des protocoles de sécurité sanitaire de l’entreprise.

40/29 News a appris que le courriel a été envoyé le même jour qu’une inspection de suivi sanitaire qui a été réalisée par le service de santé du comté de Benton (Arkansas). Source Doug Powell du barfblog.