Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


C’est l’histoire d’une intoxication alimentaire vue par les médias

12
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Souvent dans un compte-rendu dans la presse d’une intoxication alimentaire ou supposée telle, on a le droit à un festival de questions-réponses bien avant les conclusions d’une investigation par les services compétents, en voici ci-après un bel exemple tiré de Ouest-France du 10 juin 2016 :

gastroVingt-sept enfants et un enseignant, qui ont pris leur repas mardi midi dans une cantine à Saint-Brieuc, ont été malades. Depuis, tous ont repris le chemin de l’école.

Vingt-sept enfants et un enseignant ayant déjeuné mardi à la cantine de l’école élémentaire Berthelot à Saint-Brieuc ont été victimes d’une intoxication alimentaire.

La période d’incubation a été de quelques heures … « Dans la nuit de mardi à mercredi, des enfants ont été malades » explique Hector Aranda Gruau, médecin inspecteur de santé publique à l’ARS. « Depuis, il n’y a pas eu de nouveaux cas. Tous sont de retour à l’école » ajoute le médecin.

À ce stade des investigations, le médecin ne connaît pas la toxine à l’origine de la contamination. Il écarte la responsabilité de la cuisine centrale, dont le personnel était en grève vendredi. Et du coup n’avait pu livrer lundi les restaurants scolaires. « Elle est régulièrement contrôlée. Elle gère très bien. Il n’y a jamais eu de problème d’hygiène. »

La contamination se serait produite dans l’enceinte de l’école. « Cela s’est vraisemblablement produit lors d’une manipulation d’un agent au moment du service » poursuit Hector Aranda Gruau. Effectivement aucun autre élève n’a été contaminé dans les autres écoles servies par la cuisine centrale.

Quelques questions que l’on peut se poser à la lecture de cet article :

« Le médecin ne connaît pas la toxine », chouette, on sait déjà que c’est une toxine au lieu d’une bactérie ou un virus, pourquoi, comment, c’est le mystère des médias ?

« Il écarte la responsabilité de la cuisine centrale », car « Elle est régulièrement contrôlée. Elle gère très bien. Il n’y a jamais eu de problème d’hygiène. »

Pourtant, on nous dit, « Cela s’est vraisemblablement produit lors d’une manipulation d’un agent au moment du service » !

Cet agent ne fait-il pas partie de la cuisine centrale, dont on nous dit qu’« Elle est régulièrement contrôlée. Elle gère très bien. Il n’y a jamais eu de problème d’hygiène. »

Etrange …

Enfin, pour une fois, on ne nous dit qu’il s’agit d’une gastro, mais bien d’une intoxication alimentaire collective, ça change …

Pour l’instant, pas d’information au niveau de l’ARS Bretagne

Plus de 400 personnes ont été rendues malades au Danemark par de la laitue de France. Norovirus inside !

27
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

« Plus de 400 personnes ont été rendues malades par norovirus au Danemark par de la laitue de France », source Food Daily Quality News du 27 mai 2016.

Statens Serum Institut et DTU Fødevareinstituttet and Fødevarestyrelsen (SSI, l’Université technique du Danemark et l’Administration vétérinaire et alimentaire danoise) ont étudié plusieurs foyers de cas qui ont commencé en avril 2016.

Un total de 23 foyers a été étudié, comprenant 1497 personnes de diverses entreprises. Parmi ceux-ci 412 (28%) sont tombés malades avec des vomissements et/ou de la diarrhée.

lettuce7La salade a été vendue principalement pour les restaurants et les traiteurs et parce qu’elle a été utilisée dans des cuisines professionnelles, l’infection s’est propagée dans plusieurs entreprises et des clients dans un court laps de temps, a dit Fødevarestyrelsen. La cause de la contamination des laitues reste inconnue.

Des études de cohorte épidémiologique dans deux des entreprises concernées ont ciblé des plats qui comprenaient de la laitue Lollo Bionda. Cela a été soutenu par des investigations dans d’autres sociétés qui avaient reçu la même laitue, a dit le SSI.

La traçabilité de la laitue a démontré que le produit en question était une laitue Lollo Bionda d’origine française commercialisée par une seule entreprise.

Le produit a été vendu principalement aux restaurants et aux entreprises de restauration via un grossiste. A.P. Grønt (A. P. Vegetables) basée à Slangerup qui a retiré les salades début avril.

L’infection à norovirus a été confirmée sur la base de 28 prélèvements de patients dans lequel génogroupe I (GI) a été retrouvé.

Un typage supplémentaire du virus de 22 patients provenant de neuf entreprises différentes a démontré que tous avaient le même sous-type de norovirus (génotype GI.P2-GI.2), ce qui a soutenu l’hypothèse d’une source commune d’infections d’origine alimentaire.

Le DTU a trouve une correspondance de la laitue analysée avec plusieurs foyers, et dans une tête de laitue, il a été constaté un faible nombre de particules de norovirus du même génogroupe que celui retrouvé chez des patients.

Les chercheurs ont dit que c’est la première fois qu’une épidémie à norovirus au Danemark avait fourni si grand nombre de prélèvements humains de divers sous-types pendant l’investigation.

un-papier-toilette-en-fibres-recyclees-doux-et-ecologique-illustration_25878_w460« L’épidémie a démontré que la laitue contaminée vendue à des entreprises de restauration avait un potentiel considérable pour infecter d’un grand nombre de personnes dans un laps de temps très limité, ce qui souligne l’importance d’une investigation rapide, des prélèvements en temps opportun des patients et des aliments, et une volonté de retirer les produits de la part des entreprises en se fondant uniquement sur une suspicion vis-à-vis de la source de l’infection », a déclaré le SSI.

C’est la deuxième fois que la laitue Lollo Bionda de France a provoqué une série de foyers de cas d’infection, la première fois était en 2010. Plus de 250 personnes avaient été rendues malades dans 10 foyers différents, il y a six ans.

Une enquête de cohorte réalisée dans une entreprise où plusieurs types d’aliments ont été servis a ciblé des sandwiches contenant de la laitue comme la cause de la maladie. Norovirus est très contagieux et il est possible de tomber malade en mangeant des aliments contaminés avec seulement quelques particules virales.

NB : Merci à nos amis danois de nous informer sur des produits de France, parce qu’on ne peut pas compter sur nos administrations pour nous tenir informés. J’espère qu’en France, on ne serait pas posé la question usuelle, est-ce une gastro ou intoxication alimentaire ?

Rien n’a été décelé dans les aliments, si ce n’est une trace de norovirus …

14
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirusDans « Epidémie de gastro-entérite ou Tiac ? Une édition dans un collège de l’Eure », j’avais évoqué la piste norovirus … mais voici que l’on nous parle désormais de trace de norovirus …

Selon France Bleu.fr du 13 mai 2016, « Tours : le mystère reste entier après l’intoxication au lycée St Grégoire ».

Le mercredi 27 avril, plusieurs dizaines d’élèves et de personnels de l’établissement étaient pris de nausées, de vomissement et de maux de tête. Point commun, les victimes avaient toutes déjeuné au self la veille.

Les résultats de la cinquantaine d’analyses réalisées par la société de restauration et la Préfecture (en l’occurrence la Direction Départementale de Protection des Populations) sont tombés hier.

Rien n’a été décelé si ce n’est une trace de Norovirus dans un plat de pâtes. Cependant selon le directeur de l’établissement, Jacques Salmon, il est difficile d’établir un lien de causalité entre les deux.

Bon nous voilà reparti sur des microbes présents dans les aliments à l’état de trace et cela a été le cas à plusieurs reprises pour Listeria, 1, 2, 3 et 4. Si quelqu’un sait ce que cela signifie, merci de vos éléments de réponse …

Intoxication alimentaire ou gastro d’origine virale, une édition de Calais

9
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

gastroSelon La Voix du Nord du 8 mai 2016,

Mercredi, un groupe d’enfants (ils seraient onze) déguste un gâteau à la fraise, livré par le fournisseur habituel de produits frais et surgelés pour les professionnels. Quelques heures plus tard, neuf enfants tombent malades, se plaignant de douleurs au ventre, et certains souffrant de vomissements et de diarrhée. Vendredi, une fillette de 5 ans, victime de déshydratation, a dû être hospitalisée. « Elle est toujours sous perfusion mais elle va mieux », indique Frédéric Mathorez, directeur de Royal Kids, qui a pris de ses nouvelles. Elle en est sortie samedi. Un deuxième enfant aurait aussi été hospitalisé.

« Ça fait cinq ans que le parc est ouvert et je n’ai jamais eu de souci. Je travaille avec le même fournisseur depuis des années. Je suis très attentif au respect de la chaîne du froid », assure le responsable qui est « prêt à faire des contrôles sanitaires ».

Frédéric Mathorez est d’autant plus surpris « qu’un autre enfant et une animatrice de Royal Kids seraient tombés malades sans avoir mangé de gâteau à la fraise. » Et de tempérer : « On ne sait pas, pour l’heure, s’il s’agit d’une intoxication alimentaire ou d’une épidémie de gastro. »

L’affaire est entre les mains de l’agence régionale de santé (ARS). Des analyses sont en cours. Les résultats devraient être connus d’ici une semaine.

check_list

 Il est vrai que pour les statistiques, gastro virale ou intoxication alimentaire, ce ne sont pas les mêmes cases, même si la gastro-virale est liée un risque alimentaire … et si l’intoxication alimentaire se manifeste souvent par des symptômes gastriques …

Gastro-entérite aiguë ou intoxication alimentaire ? Une édition dans des écoles de Peyruis

3
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

9963Intoxication alimentaire ou gastro-entérite aiguë, le débat se poursuit sur le terrain avec ce nouveau cas dans des écoles de Peyruis

Selon La Haute Provence Info du 2 mai 2016, « Trois enfants ont dû être hospitalisés, la piste de l’épidémie virale est pour le moment privilégiée. »

Le maire de Peyruis, Patrick Vivos, nous a communiqué des éléments suite à l’intoxication alimentaire survenue à l’école.

« Entre vendredi 29 et samedi 30 avril, une trentaine d’enfants de l’école maternelle et élémentaire ont été malades avec des symptômes de vomissements, diarrhées, et de déshydratation. Trois enfants ont été hospitalisés. A présent, tous sont rentrés chez eux en bonne santé. Nous avons immédiatement averti l’Agence régionale de santé (ARS), qui à son tour a alerté la Préfecture qui a mis en place la procédure d’usage. Au niveau municipal, nous avons créé une cellule pour lister les enfants et s’informer de leur santé. Nous avons croisé les données en notre possession, et avons remarqué que des enfants n’ayant pas mangé à la cantine ont été touchés. De plus, des parents d’élèves avaient organisé une vente de gâteaux à l’école. Sur la liste des enfants touchés, certains en avaient mangé, et d’autres pas. »

Selon ce site :

Les résultats d’analyses seront connus dans les prochains jours. De l’eau en bouteille est distribuée aux élèves jusqu’à ce mercredi. Notez que la municipalité a procédé, dimanche 1er mai, à la désinfection des écoles et de la cantine scolaire. « Selon les premières constations, il s’agirait d’une épidémie virale. Je sais que le terme circule beaucoup, mais on ne parle pas d’intoxication alimentaire. Je tiens à rassurer tout le monde. »

NB : L’ARS indique ici de se laver les mains avec de l’eau courante et du savon. Rappelons que l’Anses avait indiqué très curieusement parmi dix mesures prioritaires de prévention :

Avant et pendant la préparation des repas, bien se laver les mains avec du savon, ou à défaut, avec une lingette, un gel ou une solution antibactérienne.

Comprenne qui pourra ?