Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Rien n’a été décelé dans les aliments, si ce n’est une trace de norovirus …

14
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirusDans « Epidémie de gastro-entérite ou Tiac ? Une édition dans un collège de l’Eure », j’avais évoqué la piste norovirus … mais voici que l’on nous parle désormais de trace de norovirus …

Selon France Bleu.fr du 13 mai 2016, « Tours : le mystère reste entier après l’intoxication au lycée St Grégoire ».

Le mercredi 27 avril, plusieurs dizaines d’élèves et de personnels de l’établissement étaient pris de nausées, de vomissement et de maux de tête. Point commun, les victimes avaient toutes déjeuné au self la veille.

Les résultats de la cinquantaine d’analyses réalisées par la société de restauration et la Préfecture (en l’occurrence la Direction Départementale de Protection des Populations) sont tombés hier.

Rien n’a été décelé si ce n’est une trace de Norovirus dans un plat de pâtes. Cependant selon le directeur de l’établissement, Jacques Salmon, il est difficile d’établir un lien de causalité entre les deux.

Bon nous voilà reparti sur des microbes présents dans les aliments à l’état de trace et cela a été le cas à plusieurs reprises pour Listeria, 1, 2, 3 et 4. Si quelqu’un sait ce que cela signifie, merci de vos éléments de réponse …

Intoxication alimentaire ou gastro d’origine virale, une édition de Calais

9
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

gastroSelon La Voix du Nord du 8 mai 2016,

Mercredi, un groupe d’enfants (ils seraient onze) déguste un gâteau à la fraise, livré par le fournisseur habituel de produits frais et surgelés pour les professionnels. Quelques heures plus tard, neuf enfants tombent malades, se plaignant de douleurs au ventre, et certains souffrant de vomissements et de diarrhée. Vendredi, une fillette de 5 ans, victime de déshydratation, a dû être hospitalisée. « Elle est toujours sous perfusion mais elle va mieux », indique Frédéric Mathorez, directeur de Royal Kids, qui a pris de ses nouvelles. Elle en est sortie samedi. Un deuxième enfant aurait aussi été hospitalisé.

« Ça fait cinq ans que le parc est ouvert et je n’ai jamais eu de souci. Je travaille avec le même fournisseur depuis des années. Je suis très attentif au respect de la chaîne du froid », assure le responsable qui est « prêt à faire des contrôles sanitaires ».

Frédéric Mathorez est d’autant plus surpris « qu’un autre enfant et une animatrice de Royal Kids seraient tombés malades sans avoir mangé de gâteau à la fraise. » Et de tempérer : « On ne sait pas, pour l’heure, s’il s’agit d’une intoxication alimentaire ou d’une épidémie de gastro. »

L’affaire est entre les mains de l’agence régionale de santé (ARS). Des analyses sont en cours. Les résultats devraient être connus d’ici une semaine.

check_list

 Il est vrai que pour les statistiques, gastro virale ou intoxication alimentaire, ce ne sont pas les mêmes cases, même si la gastro-virale est liée un risque alimentaire … et si l’intoxication alimentaire se manifeste souvent par des symptômes gastriques …

Gastro-entérite aiguë ou intoxication alimentaire ? Une édition dans des écoles de Peyruis

3
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

9963Intoxication alimentaire ou gastro-entérite aiguë, le débat se poursuit sur le terrain avec ce nouveau cas dans des écoles de Peyruis

Selon La Haute Provence Info du 2 mai 2016, « Trois enfants ont dû être hospitalisés, la piste de l’épidémie virale est pour le moment privilégiée. »

Le maire de Peyruis, Patrick Vivos, nous a communiqué des éléments suite à l’intoxication alimentaire survenue à l’école.

« Entre vendredi 29 et samedi 30 avril, une trentaine d’enfants de l’école maternelle et élémentaire ont été malades avec des symptômes de vomissements, diarrhées, et de déshydratation. Trois enfants ont été hospitalisés. A présent, tous sont rentrés chez eux en bonne santé. Nous avons immédiatement averti l’Agence régionale de santé (ARS), qui à son tour a alerté la Préfecture qui a mis en place la procédure d’usage. Au niveau municipal, nous avons créé une cellule pour lister les enfants et s’informer de leur santé. Nous avons croisé les données en notre possession, et avons remarqué que des enfants n’ayant pas mangé à la cantine ont été touchés. De plus, des parents d’élèves avaient organisé une vente de gâteaux à l’école. Sur la liste des enfants touchés, certains en avaient mangé, et d’autres pas. »

Selon ce site :

Les résultats d’analyses seront connus dans les prochains jours. De l’eau en bouteille est distribuée aux élèves jusqu’à ce mercredi. Notez que la municipalité a procédé, dimanche 1er mai, à la désinfection des écoles et de la cantine scolaire. « Selon les premières constations, il s’agirait d’une épidémie virale. Je sais que le terme circule beaucoup, mais on ne parle pas d’intoxication alimentaire. Je tiens à rassurer tout le monde. »

NB : L’ARS indique ici de se laver les mains avec de l’eau courante et du savon. Rappelons que l’Anses avait indiqué très curieusement parmi dix mesures prioritaires de prévention :

Avant et pendant la préparation des repas, bien se laver les mains avec du savon, ou à défaut, avec une lingette, un gel ou une solution antibactérienne.

Comprenne qui pourra ?

Epidémie de gastro-entérite ou Tiac ? Une édition dans un collège de l’Eure

30
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

C’est curieux de voir comment le vocabulaire est manipulé, s’agit-il d’une gestro ou d’une toxi-infection alimentaire collective, la frontière est mince quand ‘il s’agit de virus …

Ainsi on peut lire dans ce journal, « Cinquante élèves du collège de Routot dans l’Eure sont tombés subitement malades en milieu de semaine. La faute à un repas improvisé à la cantine mardi midi qui a permis la propagation de la gastro-entérite. »

gastroQuelle serait la cause ?

La propagation du virus a été accélérée par le repas de mardi midi. « Il y a eu un problème à la cantine [avec un équipement permettant de préparer le repas, N.D.L.R.] donc ils ont organisé une sorte de pique-nique », raconte le parent d’élève. Sur 350 collégiens, 306 fréquentent la cantine. « Les enfants devaient se préparer leur sandwich avec du jambon et se partageaient les chips disposées dans des assiettes. »

On apprend aussi :

Pourtant, l’Agence régionale de santé, par la voix de Benoît Cottrelle, responsable du pôle Veille et sécurité sanitaire, confirme que la « modalité de distribution des repas aurait favorisé la propagation ». À savoir : « La préparation des sandwichs par les élèves eux-mêmes et le contact avec les chips. » Une mégarde qui aura donc permis de propager à grande échelle les deux ou trois cas de gastro-entérite détectés en début de semaine au collège.

Alors épidémie de gastro ou toxi-infection alimentaire collective d’origine virale, tout cela est important à différencier pour les statistiques …

Rappelons que selon l’InVS, « les toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) se définissent par l’apparition d’au moins 2 cas similaires d’une symptomatologie en général gastro-intestinale, dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire. » Par ailleurs, selon l’InVS, les gastro-entérites virales font partie des risques infectieux d’origine alimentaire.

La suite au prochain épisode …

Mise à jour du 1er mai 2016. Nouvel épisode donc avec ce que rapporte La Nouvelle République du 30 avril 2016 :

Parce qu’ils ne se sentent pas parfaitement rétablis, quelques élèves – et un professeur – sont restés chez eux hier. La veille – donc jeudi –, plusieurs dizaines d’entre eux avaient souffert de maux de ventre, nausées et même vomissements. Dénominateur commun : ils ont tous mangé à la cantine mardi. De là à parler d’intoxication alimentaire, il y a un pas que le chef d’établissement ne franchit pas, préférant parler de suspicion d’intoxication :« Pour l’instant, il n’y a rien du tout d’avéré. Les analyses sont en cours », précise Jacques Salmon. L’ARS (Agence régionale de santé), la DDPP (Direction départementale de protection des populations), le service médecine du rectorat… tout le monde est sur le pont dans cette « affaire ».
« Je prends les choses avec grand sérieux, indique-t-il. Pas question de passer à côté de quoi que ce soit. »
Mais à ce stade, rien ne permet de dire d’où vient le malaise et la nourriture n’est peut-être pas la cause de tous les maux. « Et si c’était l’eau, ou un rotavirus (Les rotavirus sont la principale cause de gastro-entérite infantile) ? »
« S’il y a intoxication alimentaire, on le dira, si c’est autre chose, on le dira aussi », assure Jacques Salmon. Mais pas avant de savoir.

Je signale que même si l’on ne trouve pas de germe à la suite des analyses, l’intoxication alimentaire peut être présente. Rotavirus peut être une cause de gastro-enétrites aiguës, mais vraisemblablement, norovirus peut aussi être à l’origine des de maux de ventre, nausées et même vomissements.

Des salariés de Biocodex à Beauvais victimes d’une intoxication alimentaire

23
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

gastroBiocodex annonce sur son site Internet, « La mission de BIOCODEX est de fournir des services et produits de haute qualité à nos partenaires dans le monde entier et, à travers eux, aux patients. Nous restons humbles et responsables, nous assurant que tous les aspects de notre activité sont conduits avec intégrité. »

Bon, je ne sais pas si les personnels du service de restauration collective « restent humbles et responsables, nous assurant que tous les aspects de notre activité sont conduits avec intégrité. », mais toujours est-il que selon Le Parisien du 22 avril 2016, « Beauvais : 40 salariés de Biocodex victimes d’une intoxication alimentaire ».

Quarante employés de la société Biocodex, basée à Beauvais, ont été victimes ce vendredi matin d’une intoxication alimentaire. Elles souffraient de maux de ventre et de diarrhées. Le Samu, ainsi que les sapeurs-pompiers se sont rendus dans l’enceinte du laboratoire pharmaceutique, avenue Blaise-Pascal, jusqu’en début d’après-midi.

Cinq salariés ont été hospitalisés à Beauvais, et les 35 autres ont été consultés sur place. Il semblerait qu’un repas pris la veille soit à l’origine de l’intoxication. Les produits vont être analysés. L’Agence régionale de santé (ARS) a été informée de la situation.

A suivre … mais peut-être norovirus inside …