Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


A propos de la baisse du nombre d’inspections sanitaires en France, 2012 versus 2013

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

En parcourant le Panorama des industries agroalimentaires 2014 du ministère de l’agriculture, je suis arrivé aux enjeux et en particulier au volet consacré à la sécurité sanitaire des aliments.

Il est dit notamment, « Dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, 82 729 inspections d’établissements ont été réalisées en 2013 par les agents du MAAF. Ces inspections ont généré 13 585 suites dont 945 procès-verbaux, 3 933 mises en demeure et 607 fermetures partielles ou totales. » Ces chiffres proviennent de la DGAL, Rapport d’activité. Faits marquants de 2013.

Mais qu’en est-il de 2012 ?

Il a suffi d’aller sur le rapport d’activité de 2012 de la DGAL afin de pouvoir comparer les résultats des inspections d’une année sur l’autre …

La comparaison n’est pas aisée, car en 2012, les suites données à une inspection sont notées en pourcentage. Sur la figure ci-dessous, j’ai fait les calculs que pour les fermetures partielle ou totale de 2012.

Que constate-t-on ?

  • Plus le nombre d’inspection est élevé, plus il y a de fermetures partielle ou totales d’établissements. Logique ?
  • La baisse totale du nombre d’inspection entre 2012 et 2013 est au total de 3 510 inspections. Cette baisse est encore plus importante si l’on prend en compte que les secteurs de la restauration commerciale et de la restauration collective avec 4 144 inspections en moins sur l’année 2013 par rapport à 2012 !
  • Etc.

Pour 2015, il a été annoncé la création de 60 emplois destinés à renforcer les contrôles sanitaires notamment déployés dans les abattoirs de volailles, à suivre …

Inspection_2012_2013

Bilan de l’Opération Interministérielle Vacances 2014 vue par la DGCCRF

7
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Bilan de l’Opération Interministérielle Vacances 2014 », source portail des Direccte et des Dieccte du 6 octobre 2014.

Extraits.

Cette année, l’Opération Interministérielle Vacances 2014 (OIV 2014), pilotée par les agents de la DGCCRF, s’est prioritairement exercée dans quatre domaines : les marchés forains, les activités de loisirs et d’équipements sportifs, l’hébergement de vacances et le tourisme historique.

Au niveau national, plus de 101 000 actions de contrôle ont été réalisées lors de 35 000 visites dans 31 000 établissements donnant lieu à 2 100 procès-verbaux, 2 400 mesures administratives et 17 500 avertissements. Voir le bilan national de presqu’une page !

Vacances d'eteEn Lorraine, 692 établissements ont été visités, pour moitié dans le domaine alimentaire et pour l’autre moitié dans les domaines des produits industriels et prestations de services.

Ces contrôles ont donné lieu à l’envoi de 228 avertissements aux professionnels en infraction. Lorsque la situation l’exigeait, 19 injonctions ont été adressées aux opérateurs, qui devaient se remettre en conformité.

Enfin, dans les cas d’infraction les plus graves, 17 procès-verbaux ont été dressés à l’encontre des responsables.

Dans l’ensemble, on observe un taux infractionnel approchant les 40%.

Parmi les faits marquants de cette campagne estivale en Lorraine, on retiendra :

En Meuse, la saisie de 233 kg de denrées décongelées dans une pizzeria.

Dans les Vosges, la destruction de 136 kg de produits carnés périmés et congelés sans aucune traçabilité.

A croire que cette Opération Interministérielle Vacances 2014 s’est déroulée sans les agents du ministère de l’agriculture ! La guéguerre continue donc de plus belle !

J’avais écris que L’Opération Alimentation Vacances 2014 semble être un cru comparable à celui de 2013, je crois que je me suis trompé, c’est un meilleur cru !

Pour tenter de comprendre le bilan 2014, lire Le tableau de chasse de l’Opération Alimentation Vacances 2013.

Tableau de chasse de l’opération alimentation vacances en Charente Maritime, bis

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Vacances d'eteEn juillet 2014, il y avait eu le « Tableau de chasse de l’opération alimentation vacances en Charente Maritime ». Voici, pour ce département, un nouveau tableau de chasse … selon Sud-Ouest du 1er octobre 2014.

Cet été, trois restaurants (un dans l’île de Ré, deux à La Rochelle), un boucher installé en Aunis et un étal installé sur un marché de la Communauté de l’agglomération de La Rochelle ont fait l’objet de fermetures administratives.

De graves manquements à la réglementation, qui concernent principalement l’hygiène alimentaire, sont à l’origine de ces sanctions. Les fermetures ont été effectives jusqu’à ce que les commerçants, qui écopent aussi de procès-verbaux, mettent leur affaire en accord avec la réglementation.

Le nombre de fermetures administratives de restaurants ou commerces de bouche a été multiplié par cinq par rapport à l’été passé. C’est ce qu’ont indiqué ce mercredi, la préfète et les directeurs départementaux de quatre services de l’Etat, qui ont procédé au bilan de l’opération interministérielle vacances. Cette opération s’est déroulée entre le 1er juin et le 16 juin et le 15 septembre.

NB : Je n’ai pas retrouvé de communiqué de la préfecture, si un lecteur l’a, je suis preneur …

Mise à jour du 5 octobre 2014. On lira sur l’Actu de Royan, Sécurité alimentaire et protection animale posent question en Charente-Maritime.

L’Opération Alimentation Vacances 2014 semble être un cru comparable à celui de 2013

23
sept
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Vacances d'eteLe Midi Libre du 23 septembre 2013 rapporte différentes informations sur l‘Opération Alimentation Vacances tant au niveau local que national.

A la question « L’édition 2014 est-elle un bon cru ? »

La secrétaire d’Etat au commerce répond,

« Ces contrôles sont plutôt rassurants. Les résultats de l’été 2014 sont sensiblement identiques à ceux de 2013, notamment en termes de PV. Plus de 31 000 établissements situés dans des zones touristiques ont été contrôlés, donnant lieu à 2 100 PV, 2 400 mesures administratives (travaux d’urgence ou fermeture) et 17 400 rappels de réglementation. Au chapitre des bonnes surprises, campings, chambres chez l’habitant ou hôtellerie se tiennent bien. Le nouveau classement dans l’hôtellerie a été bien respecté. Il reste toutefois des progrès à faire en matière d’information du consommateur : étiquetage, informations sur les prix et conditions de vente. Les professionnels doivent être attentifs à la maintenance des équipements de loisirs et sportifs. Cette année, la vigilance des services s’est prioritairement axée sur quatre domaines : marchés forains, activités de loisirs et équipements sportifs, l’hébergement et le tourisme historique lié aux commémorations de la guerre de 14-18. »

L’hygiène se dégrade-t-elle dans les restaurants ?

Il n’y a pas plus de problème d’hygiène que les autres années. En fait, les médias s’en saisissent davantage et, parallèlement, les consommateurs, très bien informés, y sont plus sensibles. À ce sujet, toutes les plaintes des consommateurs sont examinées et vérifiées.

Fin juillet, le blog avait publié un article sur « Opération Alimentation Vacances : Un ministre dresse un premier bilan du tableau de chasse ».

Mise à jour du 25 septembre 2014. La secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie Sociale et Solidaire présente dans un communiqué les résultats de l’Opération Interministérielle Vacances 2014.

Des smileys dans les restaurants : une mesure illusoire ou une fausse bonne idée

12
sept
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Selon Wikipédia, « Le syndicat Solidaires CCRF & SCL (concurrence, consommation, répression des fraudes et service commun des laboratoires) est un syndicat français des personnels de la DGCCRF et du SCL (service commun des laboratoires, regroupant depuis 2006 les capacités analytiques de la Douane et de la DGCCRF), membre de l’Union syndicale Solidaires. »

Ce syndicat a publié un communiqué le 10 septembre 2014, « La fausse bonne idée Smiley ! » et je suggère au lecteur intéressé de lire le communiqué en intégralité qui montrera si besoin en était que la rivalité en la DGAL et la DGCCRF est toujours bien vivante …

smiley_411x490Voici donc ci-après quelques extraits :

La Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) a annoncé le 8 septembre par la voie d’un communiqué de presse envisager de faire apposer à l’entrée des restaurants des Smileys Vert ou Rouge en fonction de la qualité de l’établissement suite aux contrôles effectués.

Pourquoi à ce stade c’est une fausse bonne idée ?

- Apposer un smiley Vert c’est donc laisser entendre aux consommateurs « allez-y » !
Or, si l’hygiène peut être irréprochable (ou correcte) le jour du contrôle, il peut ne pas en être de même de l’affichage des prix, et de ce qui vous est réellement servi (bio, tromperie sur le produit…) ! Quant à la situation 3 mois après l’inspection, là non plus, rien ne dit qu’elle correspondra au smiley vert !
Dommage pour les consommateurs… Il ne fallait pas se fier au smiley !

- Bien plus problématique encore, la DGAL reconnaît clairement qu’en l’état actuel de ces effectifs, elle ne sera pas en mesure de contrôler l’ensemble des établissements de restauration et qu’elle envisage donc de déléguer à des sociétés privées le contrôle de l’hygiène. (et sera dans l’incapacité d’aller contrôler les établissements qui auront eu un « smiley rouge » !).

- Enfin, on peut facilement imaginer dans la réalité que les gérants de restaurant n’afficheront jamais les « smiley rouges » : quel consommateur connaissant sa signification, entrerait dans ce type d’établissement ! C’est presque équivalent à une fermeture définitive.

Les smileys, comme on le voit, ont au moins un mérite, celui de faire réagir, et au final, le syndicat Solidaires CCRF & SCL et le quotidien, Le Figaro, sont au moins d’accord sur cette éventuelle nouvelle mesure.

Ainsi, Le Figaro.fr du 9 septembre 2014, sous le titre, « Les smileys dans les restaurants : une mesure illusoire ? »

En conclusion de l’article, il est rapporté, « Si ces sigles venaient à être confirmés, on peut s’interroger sur l’efficacité de leur nature accusatrice et humiliante. Contrairement aux différents labels imaginés jusqu’alors pour vanter l’excellence des adresses- dont le très récent « fait maison » qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre chez les restaurateurs -, ces smileys ne peuvent servir qu’à dissuader les clients de passer la porte. Qui s’assiérait encore à une table signalée orange ? Si les normes sanitaires ne sont pas respectées, l’établissement doit tout simplement être fermé. Dans un monde idéal, cette mesure à caractère vertueux serait sans doute efficace. Dans un monde idéal… »