Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Le modèle McDonald’s mis a mal au Japon mais aussi ailleurs

23
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments.

agb_mcdonalds_dm_120201_main« La crainte de la sécurité des aliments et la concurrence a touché durement McDonald’s au Japon », source article de Dave Bradley dans Australian Food safety News du 23 octobre 2014.

Mardi McDonald’s Holdings Co (Japon) Ltd a prévu une perte nette de quelque 17 milliards de yens (123 586 millions d’euros) pour 2014, sa première perte en 11 ans.

Un problème de sécurité sanitaire des aliments est principalement à mettre en avant ont dit les dirigeants, mais les ventes avait déjà été affaibli par une forte concurrence des superettes populaires.

McDonald’s Corp. détient 49,9% de McDonald’s Japon et cette annonce rend les perspectives pls sombres car les ventes à l’échelle mondiale sont généralement en baisse.

La dirigeante de McDonald’s Japon, Sarah Casanova, a dit au cours d’une conférence de presse que « Les clients ont exprimé un manque de confiance dans la qualité de nos aliments, et j’en prends la responsabilité. Nous avons l’intention d’essayer de retourner cela aussi vite que nous le pouvons. » Casanova a également révélé une perte d’exploitation de 9,4 milliards de yens pour l’exercice clos le 31 décembre 2013.

De nombreuses superettes au Japon, qui offrent une grande variété d’aliments sains et bio ainsi que des bonbons et des produits de restauration rapide (plus d’une connexion Wi-Fi et plus), étaient en concurrence avec McDonald’s pendant un certain temps avant qu’une alerte de sécurité des aliments largement médiatisée impliquant un important fournisseur chinois de viande de poulet qui avait violé les normes (d’hygiène –aa).

McDonald’s est à la recherche de dommages du fournisseur, et alors que la société a changé immédiatement son approvisionnement en poulet en provenance de Thaïlande et du Brésil, mais cette crainte a conduit à une intensification des inspections des fournisseurs de produits alimentaires, et cette mauvaise publicité et un manque de confiance du public ont été perçus comme facteurs contribuant aux pertes.

D’autres entreprises alimentaires mondiales, dont Yum! Brands Inc. ont également été touchées par cette crainte, mais McDonald’s Japon a été le plus durement touché, avec une baisse de 25% des ventes en août (la plus forte baisse depuis 2001), puis une autre de 16,6% en septembre.

Les actions japonaises de McDonald’s ont été dûment affectées et ont terminé avec une baisse de 2,5% à 2638 yens, annulant des gains antérieurs et un recul de 0,7% de l’indice Nikkei de référence. Les ventes mondiales de McDonald’s ont également diminué de 3,7% en août, un ralentissement qui a autant à voir avec les craintes liées à la sécurité des aliments comme ce qui s’est passé au Japon et la concurrence des magasins de proximité (et d’autres restaurants et fournisseurs de produits alimentaires) qu’avec l’évolution des goûts des consommateurs et, peut-être, l’évolution des mentalités vers une alimentation saine et un mouvement en vogue actuellement de la préparation des aliments à la maison.

Dix restaurants McDonald’s sont temporairement fermés en Russie !

22
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, E. coli, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresRIA Novosti du 22 octobre 2014 que « Dix restaurants McDonald’s sont temporairement fermés en Russie ».

Avec le troisième restaurant McDonald’s fermé à Volgograd, ville du sud de la Russie, le nombre total de restaurants de la chaîne de restauration rapide temporairement hors service dans le pays atteint dix, selon un communiqué du 22 octobre publié sur le site officiel de McDonald’s Russie.

« En conséquence des importantes inspections inopinées de Rospotrebnadzor [l’agence de la santé publique de Russie], le travail des 10 restaurants McDonald’s en Russie a été temporairement suspendu », a déclaré le communiqué de presse.

Selon le communiqué, trois restaurants McDonald’s à Volgograd, trois à Moscou, un à Serpukhov dans la région de Moscou, deux à Ekaterinbourg et un à Sotchi ont été temporairement fermés.

Le communiqué de presse de McDonald’s a ajouté que la société a l’intention de faire appel de la décision du tribunal sur la fermeture des restaurants. Nous sommes en désaccord avec la décision du tribunal et allons interjeter appel conformément à la loi devant un tribunal supérieur.

Plus tôt cette semaine McDonald’s a déclaré avoir perdu 0,92% du bénéfice dilué par action au troisième trimestre de 2014 en raison des fermetures temporaires des restaurants en Russie et en Ukraine.

McDonald‘s, qui est l’une des plus grandes chaînes de restauration rapide au monde, a 451 restaurants en Russie. Depuis août, les responsables de la protection des consommateurs de Russie ont effectué plus de 200 inspections inopinées de sécurité sanitaire dans les locaux des divers restaurants McDonald’s à travers le pays.

Rospotrebnadzor a dit que de nombreuses violations des règlements sanitaires avaient été trouvées dans les restaurants de la chaîne d’hamburgers. L’agence a également déclaré que les produits de McDonald’s contiennent plus de matières grasses, de protéines et de glucides que ce qui est autorisé en Russie. La fermeture la plus récente du restaurant McDonald’s de Volgograd est le résultat d’un échec concernant des normesrusses d’hygiène, dont des analyses de produits positives pour E. coli.

L’épidémiologie d’une intoxication alimentaire est un vrai puzzle, à propos d’une éclosion à E. coli O157:H7 associée avec de la laitue servie dans des chaînes de restauration rapide au Canada

16
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

L’épidémiologie d’une intoxication alimentaire est un vrai puzzle, à propos d’une éclosion à E. coli O157:H7 associée avec de la laitue servie dans des chaînes de restauration rapide au Canada.

Lettuce-mouthRésumé.

Contexte : La détection et le contrôle des éclosions multijuridictionnelles de maladies d’origine alimentaire peuvent être complexes en raison de leur nature multidisciplinaire et du nombre de partenaires d’enquête concernés.

Objectif : Décrire la réponse à une éclosion multijuridictionnelle d’infection à E. coli O157:H7 au Canada qui met en évidence l’importance de la communication précoce et de la collaboration ainsi que la valeur des entrevues centralisées.

Méthodes : Les chercheurs aux échelles locale, provinciale et fédérale, à l’aide d’un protocole national de réponse à une éclosion qui clarifie les rôles et les responsabilités et facilite la collaboration, ont mené une enquête rapide qui comprenait une nouvelle entrevue centralisée des cas, des méthodes descriptives, une probabilité binomiale et un retraçage des conclusions pour déterminer la source de l’éclosion.

Résultats : On compte 31 cas confirmés en laboratoire décelés au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et en Ontario. Treize cas (42 %) ont été hospitalisés, et un cas (3 %) a développé le syndrome hémolytique et urémique; aucun décès n’a été signalé. En raison de la communication précoce, une enquête coordonnée a été lancée avant l’obtention des résultats de sous-typage en laboratoire. Une nouvelle entrevue des cas a permis de déceler 10 cas qui n’avaient pas déclaré au départ une exposition à la source de l’éclosion. Moins d’une semaine après la formation du Comité de coordination d’enquête en cas d’éclosion, la consommation de laitue déchiquetée provenant d’une chaîne de restauration rapide a été déterminée comme étant la source probable de la maladie et l’entreprise d’importation/de transformation en cause a lancé un rappel préventif le jour même.

Conclusion : Cette enquête sur l’éclosion met en évidence l’importance de la communication précoce, d’une nouvelle entrevue rapide et de la collaboration pour déterminer rapidement la source d’une éclosion.

Une souris morte dans un café McDonald’s à Frédéricton, Canada

15
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

141015_9a66x_ron_morais_sn635Un client de la chaîne de restauration rapide McDonald’s affirme avoir fait une étrange découverte au fond de son café.

Ron Morais de Frédéricton, en route pour le travail lundi matin, soutient avoir trouvé une souris morte dans son breuvage acheté à la franchise de la rue Prospect.

« J’enlève toujours le couvercle pour avaler ma dernière gorgée de café. Lorsque je l’ai enlevé, il y avait une petite surprise. C’était une souris morte. »

M. Morais a ajouté que la souris avait également laissé « de petits cadeaux » au fond du verre. Il a ensuite montré sa découverte à ses collègues.

McDonald’s Canada a réagi promptement après l’incident. Jason Patuano, responsable des communications de l’entreprise dans l’est du pays, a assuré, par voie de communiqué, que la chaîne prenait la nouvelle « au sérieux ».

« En apprenant la situation, le restaurant a immédiatement lancé une enquête, ce qui implique une proche collaboration avec les autorités sanitaires locales qui sont venues inspecter (mardi matin), après qu’une plainte a été déposée. »

Pour d’autres histoires de souris dans des aliments, voir entre autres articles, 1 et 2.

Une cour de justice de Moscou condamne un restaurant Burger King pour des infractions à la sécurité des aliments

18
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Une cour de justice de Moscou condamne un restaurant Burger King pour des infractions à la sécurité des aliments », source Doug Powell du barfblog du 18 septembre 2014.

Chacun son tour, pourrait-on dire pour la restauration rapide en Russie …

193034122La cour d’arbitrage de Moscou, à l,a demande de l’agence de la santé publique de Russie, Rospotrebnadzor, a infligé une amende à Burger Rus LLC, opérateur et gestionnaire des restaurants Burger King en Russie, de 100.000 roubles (2 023 euros) pour le stockage d’objets non autorisés dans les réfrigérateurs à côté de denrées alimentaires, rapporte RIA Novosti selon une source de la cour.

La cour indique que le 11 juillet, lors d’une inspection d’un restaurant Burger King, l’agence de la santé a constaté des non-conformités à la réglementation technique de l’union douanière « sur la sécurité sanitaire de produits alimentaires. »

Une brosse d’une machine à milk-shake ainsi qu’une trancheuse utilisée pour couper les oignons et les tomates étaient stockées à côté des produits alimentaires. Les inspecteurs ont également « trouvé des mouches dans les zones de production et de stockage », selon l’enquête judiciaire.

Rospotrebnadzor affirme que les non-conformités représentent un danger pour la santé des clients.

La décision finale du tribunal est intervenue le 15 septembre, mais n’est pas encore entrée en vigueur. La décision peut faire l’objet d’un appel dans les 10 jours qui suivent.

Burger King, fondée aux Etats-Unis en 1954, est actuellement la deuxième plus grande chaîne d’hamburgers dans le monde. La marque est exploitée en franchise en Russie depuis 2010, lorsque le premier restaurant a ouvert à Moscou. Actuellement Burger King exploite environ 200 restaurants dans le pays.