Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Communiqué des autorités au sujet du rappel de milkshake (restaurant Quick) : Rien ne sert de courir, il faut partir à point !

21
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Lait, Listeria, Machines, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Le ministère de l’agriculture publie un communiqué le 21 juillet 2014, « Information des consommateurs – Rappel de produit : Milkshake (Restaurant Quick) ».

communique_agriculture

J’avais évoqué le sujet dans « Des questions à propos de milkshakes et de traces de Listeria dans un fast-food ».

Et je n’ai pas changé d’avis et il me semble les autorités sont intervenues un peu tard dans leur communication, jugez par vous-même … sur la réalité des faits !

y a t il un pilote dans l'avion ?Le 20 juin 2014, la France notifiait une alerte au RASFF,référence 2014.0848, concernant la présence de Listeria monocytogenes (entre 1 100 et 12 000 ufc/g) dans des milkshakes produits avec du lait stérilisé  de France avec des matières premières de Belgique. Le RASFF indique qu’il y a eu une distribution restreinte dans le pays qui a fait la notification. A noter que la date du prélèvement a été le 5 juin et le résultat de l’analyse, le 20 juin.

On a appris le 19 juillet, une « Alerte à listéria dans un restaurant Quick de Toulouse ». Maintenant, le 21 juillet, on a un communiqué d’informations des consommateurs par le ministère de l’agriculture, de qui se moque-t-on ?

La liste des délais, des retards d’information des consommateurs s’allonge et s’apparente au syndrome du nez qui s’allonge …

Des questions sur la sécurité sanitaire de la viande et de la volaille dans des chaînes de restauration rapide en Chine

21
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Films vidéo, HACCP, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

Le site de French China.org du 21 juillet 2014 rapporte qu’à « Shanghai, les opérations d’un fournisseur de viande pour McDonald et KFC suspendues pour des raisons de sécurité ».

L’agence des produits alimentaires et pharmaceutiques de Shanghai a suspendu les opérations d’une entreprise soupçonnée d’avoir fourni de la viande périmée à des restaurants McDonald et KFC.

langueL’agence a ordonné dimanche à ce que l’ensemble des produits à base de viande fournis par la Shanghai Husi Food Co., Ltd soient retirés de la circulation pour des raisons de sécurité.

Selon des médias locaux, l’entreprise aurait retraité des produits à base de viande ayant dépassé leur date de péremption avant de les vendre à des chaînes transnationales de fast-food comme McDonald, KFC ou Pizza Hut.

Les journalistes qui ont réussi à s’introduire dans les locaux de Husi déclarent avoir vu des preuves montrant clairement que du bœuf et du poulet périmés étaient reconditionnés après avoir été transformés afin de repousser d’un an leur date de péremption.

Les enquêteurs envoyés par l’agence des produits alimentaires et pharmaceutiques sont arrivés vers 19h30 devant les locaux de l’entreprise, dans un bourg industriel de l’arrondissement de Jiading, mais ont été bloqués à l’entrée par les gardes de sécurité.

Les deux parties se sont querellées pendant plus d’une heure, jusqu’à ce que les enquêteurs appellent la police.

La Shanghai Husi Food Co., Ltd, membre d’OSI Group (Etats-Unis), est une entreprise à capitaux exclusivement étrangers possédant un capital social de 50,47 millions de yuans.

Dans un « engagement à la clientèle » affiché dans son usine de Shanghai, Husi assure employer un système d’« analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise » (HACCP, hazard analysis and critical control points), une approche préventive systématique concernant la sécurité des aliments, et déclare procéder à des tests de routine sur des échantillons portant sur la présence de micro-organismes.

Yang Liqun, directeur général des processus de traitement à OSI China, a déclaré que la compagnie possédait un système rigoureux de contrôle de la qualité et coopérerait avec les enquêteurs.

NB : Plus d’informations ainsi qu’une vidéo sur le lien du South China Morning Post du 21 juillet 2014.

Vous sentirez-vous plus en sécurité avec un robot derrière le comptoir d’un fast-food ?

12
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Vous sentirez-vous plus en sécurité avec un robot derrière le comptoir d’un fast-food ? » Source Doug Powell du barfblog du 12 juin 2014.

Dans un blog du Huffington Post Canada, Steven Burton (le créateur d’Iclide, allez faire un tour, c’est utile -aa) écrit que les employés de la restauration rapide essaient de se syndiquer pour avoir un salaire à 15 dollars (10,20 euros) l’heure, des employeurs pensent à moins quand il s’agit du coût global en personnel et le plan est d’automatiser complètement la restauration rapide. Cela semble impossible à éviter dans un proche avenir, mais avec toutes les éclosions de maladies d’origine alimentaire liées à la restauration rapide au cours de ces dernières années, ces innovations seront plus sûres que des aliments préparés par l’homme ou bien risquerons-nous notre santé plus que nous ne le faisons déjà ?

woody.allen_.robot_.sleepers-213x300Le fast-food du futur prendra en charge le client entrant dans l’ordre d’arrivée dans une interface avec un écran tactile virtuel (c’est déjà en partie le cas en France –aa). Les prix pourraient être un peu plus bas car certaines économies pourraient être faites par le client (Je ne mettrais ma main à couper à ce sujet).

Une fois l’ordre saisi et le paiement reçu, des machines robotisées dans la cuisine passeront à l’action : cuisson des aliments et assemblage de la commande, mise en boîte et livraison de la commande chaude dans vos mains affamées.

La technologie existe déjà. Des robots pour hamburgers, les Momentum Machines ont la capacité de couper les tomates, la laitue, les cornichons et les oignons juste avant qu’ils ne soient déposés sur le hamburger de sorte qu’ils sont plus croquants et plus savoureux. Les hamburgers sont également fraîchement hachés. Les robots les enveloppent dans un emballage et les envoient au client par un convoyeur vers l’avant.

Contrairement à leurs homologues humains, votre commande sera prise correctement à chaque fois. Elle sera  honorée rapidement car ces robots fonctionnent à la vitesse de l’éclair et parce que ce processus n’implique pas de contact humain avec les aliments, il sera moins susceptible d’être contaminé. Après tout, les machines n’ont pas de cheveux qui peuvent tomber dans les aliments ou de bactéries sur leur peau comme Staphylococcus qui peut infecter les aliments. La meilleur est que le robot faisant votre nourriture n’aura pas froid, n’éternuera sur votre sandwich, puis l’enveloppera et vous le remettra ; comme cela s’est produit avec moi à plus d’une occasion.

Un problème potentiel de sécurité des aliments peut venir de l’incapacité des robots de se nettoyer. Les employés humains devront être vigilants quant à leur nettoyage afin de s’assurer qu’ils soient exempts de particules alimentaires qui peuvent permettre le développement de pathogènes.

Comme le dit Doug Powell, « Que la tomate soit être tranchée fraîchement, c’est possible mais d’où vient-elle, et est-ce que contamination a eté limitée à la ferme ? » A suivre …

Des nuggets de poulet de chez McDonald’s ont laissé un drôle de goût à un petit garçon australien âgé de cinq ans

2
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Des nuggets de poulet de chez McDonald’s ont laissé un drôle de goût à un petit garçon australien âgé de cinq ans », source Doug Powell du barfblog du 2 juin 2014.

Un petit garçon de cinq ans, a écarté ses nuggets de poulet après avoir eu  un sachet de six nuggets presque crus au Drive Thru de chez McDonald’s sur la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud, mercredi soir.

art-nuggets2-620x349Le dîner de Riley Luc du restaurant Woonona avait l’air normal au début, mais c’est devenu étrangement « soft » quand il a mordu dedans.

Il a alerté deux de ses frères, qui ont également goûté de la volaille rose.

Ensemble, ils ont consommé environ la moitié un nugget avant que leur mère, Tracy Luc, écoutant leurs appels, leur a dit : « Ne mangez pas cela ».

La mère de quatre enfants a dit que le manager du magasin Woonona lui a dit, « Oh, désolé … nous avons eu une autre plainte à ce sujet » quand elle est revenue plus tard ce soir-là et qu’elle a demandé un remboursement.

Elle a dit qu’elle a été contactée plus tard par un responsable de la zone, qui lui a dit que l’erreur réside sans doute chez « un jeune enfant » travaillant au restaurant et lui a demandé de retirer la photo de l’aliment cru qu’elle avait mise sur la page Facebook appelée Name, Shame and Praise (Nom, Honte et Eloge) à Illawarra. (Région où vit la famille -aa)

Elle a refusé.

« Je suis furieuse. Mon fils est épileptique, il aurait pu peut-être mourir de cela », a déclaré Madame Luke.

J’ai dit que je ne vais pas [supprimer la photo] jusqu’à ce que quelque chose soit fait.

« Je ne veux pas que cela arrive à quelqu’un d’autre. »

Ni Riley, ni ses frères n’ont été malades les jours suivants.

Madame Luke a depuis porté plainte contre McDonald’s.

Un porte-parole de McDonald’s a dit selon l’Illawarra Mercury que l’entreprise enquêtait.

Lydia Buchtmann, porte-parole du Food Safety Information Council, a déclaré que le poulet devait être cuit à cœur jusqu’à la température de 75°C au centre, pour tuer les bactéries. « Les gens ne devraient pas consommer du poulet s’il semble pas assez cuit », a-t-elle dit.

KFC suspend une employée de Cardiff qui a prétendu avoir contaminé un repas avec des poils pubiens dans un post sur Facebook

29
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« C’est au Pays de Galles : KFC suspend un membre du personnel de Cardiff qui a prétendu avoir contaminé un repas avec des poils pubiens dans un post sur Facebook. » Article publié le 29 mai 2014 par Doug Powell du barfblog.

Un message sur la page Facebook « Spotted Cardiff » (que l’on peut traduire par « Vu à Cardiff » -aa) a prétendu qu’une employée a saboté le repas d’un client pour se venger de sa grossièreté, rapporte Walesonline.

kfcSpotted Cardiff est une page Facebook pour des utilisateurs (anonymes) qui « souhaitent dire ce qu’ils ont sur le cœur ? »

Le post anonyme semble cibler un groupe de femmes qui avait menacé une membre du personnel féminin du drive sur Cardiff Excelsior Road au Royaume-Uni, car elle « devait plus sourire ».

Le post disait : « Après avoir entendu la façon dont vous avez parlé à mon employée au sujet de son visage, vous aurez des poils pubiens dans vos dents pendant une semaine. »

Un porte-parole de KFC a dit Walesonline : « Nous avons étudié cet incident et bien qu’il y ait eu une altercation dans le drive entre des clients et un membre de notre équipe, nous ne croyons pas que les aliments ait été contaminé en aucune façon. »

« Nous avons les normes les plus élevées en matière d’hygiène alimentaire et nous ne tolérons pas même la suggestion de ce type de comportement, et donc l’employé a été suspendu dès que l’affaire a été connue. »