Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Communication à propos des risques : Que valent les plans de surveillance avec des taux de conformité élevés au Canada et en France ?

13
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Il y a une semaine, l’Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) rapportait que « Plus de 99% des échantillons de cantaloups entiers sont exempts de salmonelles », très exactement « 99,8% des cantaloups entiers échantillonnés n'étaient pas contaminés par la bactérie Salmonella. »

Cela étant l’ACIA n’a pas testé Listeria, un oubli sans doute ?

imgresMaintenant, l’ACIA nous informe, source Doug Powell du barfblog, que, « plus de 99,9 % des échantillons de légumes-feuilles analysés n'avaient aucune concentration détectable de bactéries pathogènes et pouvaient être consommés sans danger.

Dans le cadre d'un plan d'échantillonnage microbiologique quinquennal qui a débuté en 2008-2009, l'ACIA a analysé un total de 4 250 échantillons de légumes-feuilles frais entiers et coupés, importés et d'origine canadienne, vendus sur le marché canadien, pour la présence de Salmonella, d'E. coli O157:H7, d'E. coli O157:NM et d'E. coli générique. Les échantillons de légumes-feuilles frais coupés ont aussi été analysés pour la présence de Listeria monocytogenes.

L'étude de 2009-2010 a révélé 12 échantillons « insatisfaisants » en raison de la présence de Salmonella ou de Listeria monocytogenes, ou de niveaux élevés d'E. coli générique. Aucun des échantillons n'a donné des résultats positifs pour la présence d'E. coli O157:H7 ou d'E. coli O157:NM*. »

Doug Powell indique que « Jouer avec le jeu des 99 pour cent est une terrible communication à propos des risques : cela n'a aucune importance si le pourcentage d'échantillons positifs est très faible, si vous étiez l'une des 23 personnes qui est décédée de Listeria avec des produits de charcuterie de chez Maple Leaf en 2008.

Les données et l'échantillonnage sont un mal nécessaire et je suis heureux que l'ACIA rendent les résultats publics. Mais l’analyse présente des limites et est sujette à caution. C'est cher, et l'industrie a beaucoup de données, alors pourquoi ne pas les rendre publiques dans le cadre d'une approche globale de la sécurité des aliments d'un aliment spécifique. »

Bien entendu, les mêmes observations peuvent être faites en France avec une étude comme celle proposée par la DGCCRF le 17 mars 2014 sur la contamination des aliments à la distribution par Listeria monocytogenes : taux de conformité de 99,5% pour les fromages, 98,33% pour les produits de charcuterie et 95,7% pour les produits à base de poisson / produits de la mer. Voir à ce sujet DGCCRF : Nouveau bilan globalement positif de la surveillance de la contamination par Listeria monocytogenes.

*A propos de E. coli O157:NM, selon ce site, E. coli O157:NM diffère de E. coli O157:H7 en ce sens qu’il ne possède pas l’antigène flagellaire H, rendant ainsi E. coli non mobile (NM).

Etats-unis : Les 8 aliments crus qui présentent le plus de risques

5
avr
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Lait, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

webst11167Après Le top 8 des lieux de notre vie quotidienne les plus exposés aux microbes ! aux Etats-Unis, voici un top 8 des aliments crus qui présentent le plus de risques et qui peuvent vous rendre malades, selon cet article du Washington Post du 4 avril 2014, à vous de voir …

Le « mouvement n faveur des ealiments crus » est une préoccupation majeure en matière de sécurité des aliments pour le Centers for Disease Control et plusieurs scientifiques de premier plan en santé publique. Cette tendance populaire entraîne que les consommateurs boudent les aliments qui ont été traditionnellement transformés par la chaleur ou cuits pour détruire les pathogènes. Voici huit aliments dont les experts disent qu’ils présentent quelques-uns des plus grands risques lorsqu'ils sont consommés crus ou insuffisamment cuits.

Source Foodborne Outbreak Online Database utilisant des données de 1998 à 2011.

  • Lait : E. coli O157:H7, Campylobacter, Salmonella et Listeria, 102 foyers d’intoxications alimentaires (1606 personnes malades, 92 hospitalisations).
  • Fromage blanc au lait cru (queso blanco ou queso fresco) : Listeria, 15 foyers d’intoxications alimentaires (191 personnes malades, 48 hospitalisations, 2 décès).
  • Œufs : Salmonella, 110 foyers d’intoxications alimentaires (4246 personnes malades, 190 hospitalisations, 1 décès).
  • Viande hachée : E. coli O157:H7 et Salmonella, 320 foyers d’intoxications alimentaires (au moins 3585 personnes malades, 457 hospitalisations et 8 décès)
  • Huîtres : Vibrio vulnificus et Vibrio parahamolyticus, 124 foyers d’intoxications alimentaires (1401 personnes malades, 40 hospitalisations).
  • Fruits à coques : Salmonella, E. coli O157:H7, 14 foyers d’intoxications alimentaires (1700 personnes malades, 314 hospitalisations, 10 décès).
  • Épinards : E. coli O157:H7 5 (302 personnes malades, 113 hospitalisations, 6 décès).
  • Graines germées : E. coli O157:H7, 43 foyers d’intoxications alimentaires (1384 personnes malades, 135 hospitalisations, 1 décès).

Les personnes qui consomment de grandes quantités de boissons énergisantes ignorent les risques associés

11
fév
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Santé, Sécurité des aliments.

energy_drink-730x365« Les personnes qui consomment de grandes quantités de boissons énergisantes ignorent les risques associés », source BfR 05 /2014, 29/01/2014.

Une étude du BfR a examiné les habitudes de boissons lors de festivals, d’événements sportifs, des LAN parties (compétition de jeu en réseau) et dans les discothèques.

Certains visiteurs de discothèques, d’évènements musicaux et sportifs et de LAN parties boivent des quantités considérables de boissons dites énergisantes utilisées comme remontant. En moyenne, les personnes interrogées ont consommé environ 1 litre de boisson énergisante mélangée à des boissons alcoolisées tout en dansant dans les clubs. « Avec 5 litres, ils sont ivres en 24 heures dans certains cas », a déclaré le président du BfR, le professeur. Dr. Andreas Hensel. « Les effets indésirables sur la santé des boissons énergisantes sont possibles surtout si les personnes en consomment de très grandes quantités, les mélangent avec de l'alcool et n’ont que peu de sommeil ou ne se dépensent pas physiquement. » Ces risques sont particulièrement considérables pour les personnes qui sont sensibles à la caféine, comme les personnes atteintes de certains troubles cardiovasculaires. L’étiquetage des fabricants sur l'emballage n’est souvent pas pris en compte. Tel est le résultat de l'étude menée par l'Institut fédéral pour l'évaluation des risques (BfR), « Enquête lors d’événements chez des gros consommateurs de boissons énergisantes » (en allemand seulement). Les dernières données sur le comportement des gros consommateurs fournissent des informations supplémentaires importantes pour l'évaluation des risques des boissons énergisantes.

La restauration collective, des contraintes sanitaires au plaisir de la table

4
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité, Sécurité des aliments.

ed6075L’OST (observatoire social territoriale) vient de publier sa dixième étude intitulée« La restauration collective, des contraintes sanitaires au plaisir de la table ».

Réalisée par le cabinet Axe Image, cette étude identifie les risques et pathologies liés aux métiers de la restauration collective territoriale. Afin de les diminuer, elle propose plusieurs pistes :

- Renforcer la culture de la sécurité et de la prévention
- Mieux lutter contre les précarités et accompagner les agents
- Valoriser le collectif de travail et les réponses managériales.

Cette étude souligne également le rôle social de ce secteur et l’évolution de ces métiers, majoritairement féminins.

?NB : En cliquant sur l'image, vous avez accès au dossier de l'INRS sur La restauration collective. Aide au repérage des risques professionnels.

Le ministère de la santé et la DGCCRF très attentistes face à des compléments alimentaires ‘brûleur de graisses’

3
fév
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Réglementation, Santé.

J’apprends par un communiqué de l’ARS PACA du 24 janvier 2014 de la « Mise en garde contre la consommation de compléments alimentaires OxyElite Pro ».

Produit concerné :
7ffd1def78Les produits de marque OxyElite Pro et Versa-1 sont présentés comme des compléments alimentaires favorisant la perte de poids ou le renforcement musculaire. Cinq produits ont été répertoriés :
  • OxyELITE Pro Super Thermo capsules
  • OxyELITE Pro Super Thermo Genic capsules
  • OxyELITE Pro Ultra-Intense Thermo capsules
  • OxyELITE Pro Super Thermo powder
  • Versa-1
Symptômes et recommandations :
La Direction générale de la santé et la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, recommandent aux consommateurs de ne pas acheter ni consommer les produits OxyElite Pro et Versa-1.
En cas d'apparition de symptômes dans les jours suivant la prise de compléments alimentaires de type OxyElite Pro ou Versa-1, consulter rapidement un médecin.

Rappelons que cette mise en garde, pour ne pas dire interdiction, est déjà intervenue dans plusieurs pays européens et aux Etats-Unis …

On mesurera l’ampleur de la lenteur de nos autorités quand on sait l’information sur ces produits date de novembre 2013, voir à ce sujet Vers l’interdiction d’un complément alimentaire « brûleur de graisses » ? et La DGCCRF, l’autorisation de compléments alimentaires et le ‘brûleur de graisses’.

Au sujet des symptômes, on  rappellera également ce communiqué du 6 novembre 2013 du Luxembourg, « Les autorités de sécurité alimentaire luxembourgeoises viennent d’être informées via le système d’alerte rapide de l’Organisation mondiale de la santé « Infosan » que certains compléments alimentaires de la marque « OxyElite Pro » et « Versa-1 » pourraient être associés à une épidémie d’hépatites aigues non virales aux USA.
La FDA (Food and Drug administration) a répertorié 56 cas d’hépatite aigue aux USA, dont 22 ont été hospitalisés, 2 ont subi une transplantation du foie et 1 personne est décédée. »

Bon alors, mise en garde ou interdiction …