Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Il était une fois consommatrice qui fait une découverte peu commune dans sa salade

13
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Le Royaume-Uni est souvent plein d’histoires extraordinaires de consommateurs, en voici une pour commencer l’année narrée par le Telegraph du 12 janvier 2015. Extraits.

weas_3547163b

Une femme découvre un bébé belette dans sa salade Asda. Le directeur du supermarché indique que l’animal à fourrure doit avoir été ramassé dans un champ pendant la récolte et est passé par l’usine sans être repéré.

Une infirmière a été horrifiée quand elle a commencé à manger sa salade Asda et a découvert un bébé belette. Rifat Asghar, 42 ans, était en train de manger sa salade carotte et au maïs doux achetée au supermarché pour le déjeuner quand un collègue a repéré un « intrus à fourrure ».

L’infirmière expérimentée a inspecté ce qui avait une fourrure de cinq centimètres de long et elle a été dégoûtée de découvrir une jambe et une queue, ainsi que ce qui ressemblait à un œil.

Elle a acheté la salade au magasin de Bradford, West Yorkshire, où elle prétend qu’on lui a offert un bon de réduction de 5 livres sterling. Une enquête a révélé plus tard le « corps étranger » était un bébé belette et la direction a offert à Mme Asghar 100 livres en bons d’achat, ce qu’elle a refusé.

NB : On retrouvera ici un florilège d’articles sur les animaux retrouvés dans de la salade. Et on ne rappellera jamais assez qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour

Rendre obligatoire l’affichage de la note en hygiène des aliments : Le cas des restaurants de la ville de Birmingham au Royaume-Uni

5
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Revoilà des nouvelles d’une conseillère de la ville de Birmingham au Royaume-Uni qui veut rendre obligatoire l’affichage de la note obtenue en hygiène des aliments à la suite d’une inspection. Vous vous rappelez sans doute, j’en avais parlé dans Rendre ou ne pas rendre public les résultats des inspections en hygiène des aliments, le cas de Birmingham au Royaume-Uni.

FSA-food-Hygiene-ratings-BirminghamTous les restaurants, les magasins de vente à emporter, les pubs et les cafés devraient être contraints par la loi d’afficher leurs notes en hygiène des aliments selon le chef des licences de Birmingham.

Actuellement les magasins d’alimentation peuvent choisir ou non d’afficher leurs notes à la clientèle et généralement seulement ceux qui quatre ou cinq étoiles le font.

Mais Barbara Dring, chairman du conseil des licences et du comité de la protection du public exhorte le gouvernement de le rendre obligatoire pour les vendeurs d’aliments afin qu’ils affichent leur note.

Elle croit que forcer l’affichage des notes encouragera la minorité qui n’est pas sûre à élever leur note.

Les notes de chaque établissement servant des plats préparés peuvent être trouvés sur le site de la Food standards Agency et l’automne dernier, il a révélé que 127 lieux avaient été notés zéro – le score le plus faible disponible, ce qui signifie qu’ils sont souvent sales et ont des infestations de nuisibles ou des aliments dangereux.

Ces lieux sont souvent fermées et ne peuvent rouvrir qu’après une visite des inspecteurs du conseil. Les récidivistes sont poursuivis.

La conseillère Dring a dit : « Il y a plus de 7500 entreprises alimentaires à Birmingham et nous les voulons non seulement conformes à la législation alimentaire, mais nous voulons les encourager à être meilleures. »

« Une façon de faire ceci serait que cela devienne une obligation légale d’afficher la note sur la porte d’entrée comme cela se fait au Pays de Galles.

« Actuellement, l’affichage des notes de la Food Standards Agency sur les portes est volontaire – il n’y a aucune incitation ou contrainte pour les établissements notés 0 ou 1 d’afficher leur dernière note, donc je veux que le gouvernement rende cette obligation légale pour toutes les entreprises alimentaires. »

« Ce serait donné aux consommateurs plus de connaissances sur les établissements alimentaires et cela leur permettra de prendre des décisions plus éclairées sur l’endroit où aller pour un repas ou prendre un repas à emporter – ce qui à son tour, va encourager les entreprises à être plus conformes. »

Les responsables du Conseil soulignent que plus de 98% des entreprises sont exploitées de façon sûre et elles se sont déjà plaintes que les établissements notés zéro peuvent nuire à la réputation de la ville.

En novembre, la conseillère Dring avait critiqué le Mail pour n’avoir publié que la liste des établissements notés zéro, mais les lecteurs ont dit qu’il était juste de mettre en évidence les entreprises faiblement performantes.

Aussi de nombreux lieux qui ont reçu une note de zéro sont nettoyés et ont rouvert un jour ou deux plus tard – mais ils sont notés zéro jusqu’à la prochaine inspection de routine qui aura lieu plusieurs mois plus tard.

Une ferme condamnée à cause de E. coli à une amende record de 120 000 £ doit faire face à de nouvelles demandes d’indemnisation

11
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

48790888.jpg-pwrt3.jpg-pwrt3« Une ferme condamnée à cause de E. coli à une amende record de 120 000 £ doit faire face à de nouvelles demandes d’indemnisation », source Lancashire Telegraph du 11 décembre 2015.

Une ferme d’attraction condamnée à payer 120 000 £ (166 100 euros) après une éclosion à E. coli doit désormais face faire à une demande au civile de la part de familles dont les enfants ont été gravement malade.

Basée à Londres, l’avocate Jill Greenfield intervient au nom collectif des familles dont les enfants ont été hospitalisés suite à une maladie potentiellement mortelle.

Huntley’s Country Stores à Samlesbury a plaidé coupable lundi pour trois infractions aux règles de santé et de sécurité sanitaire après que de nombreuses personnes ont été soupçonnées d’avoir contracter E. coli pendant un événement qui a duré trois semaines ‘Lambing Live’ (fête de l’agnelage –aa) à Pâques 2014.

Vingt-deux enfants sont tombés malades avec 15 cas confirmés à E. coli.

Une mère, Juliette Martin de Clitheroe, qui a assisté à l’événement a déclaré que cela lui avait ‘laissé une cicatrice permanente sur l’ensemble de la famille que nous n’oublierons jamais’.

Screen shot 2010-10-18 at 13.53.51_contentMme Greenfield a gagné plus de 1 million £ quand elle a représenté dix enfants atteints par une éclosion à E. coli dans une mini-ferme dans le Surrey en 2009.

Elle est particulièrement préoccupée par les complications possibles de la fonction rénale des victimes, mais a dit qu’elle ne pouvait pas mettre un chiffre sur l’indemnisation totale probable contre l’entreprise.

Huntley’s Country Stores Ltd a déclaré dans un communiqué : « Tout le monde chez Huntley’s regrette profondément que l’événement de l’agnelage de 2014 ait abouti à une grave maladie chez des enfants et chez un employé. »

« A l’heure actuelle, suite aux rapports sur l’éclosion, la société a coopéré avec le South Ribble Council et a accepté sa responsabilité en justice pour manquements dans l’évaluation des risques. »

« Les assureurs de Huntley font tout ce qu’ils peuvent pour travailler avec les demandes des avocats. »

Irlande : Beaucoup oxymores dans ce rappel de soupe d’écrevisses ‘Deluxe’ avec du safran

10
déc
2 commentaires
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

image001(5)« Beaucoup oxymores dans ce rappel : soupe d’écrevisses ‘Deluxe’ avec du safran » nous dit Doug Powell du barfblog.

Lidl rappelle tous les lots et toutes les dates limites de consommation de sa soupe aux écrevisses ‘Deluxe’ avec du safran des magasins d’Irlande du Nord comme mesure de précaution en raison de la présence possible d’espèces de Clostridium. La sécurité sanitaire du produit ne peut pas être démontrée.

Si vous avez acheté l’un des produits ci-dessus, ne pas le consommer. Le retourner au magasin où il a été acheté pour un remboursement complet.

S’il y a un problème avec un produit alimentaire cela signifie qu’il ne devrait pas être vendu, alors il pourrait être ‘retiré’ (retiré des rayons) ou ‘rappelé’ (lorsque les clients sont priés de retourner le produit).

Le produit a été rappelé en Irlande le 8 décembre et la Food Standards Agency du Royaume-Uni a publié un communiqué de rappel le 9 décembre en raison de la présence du produit dans des magasins d’Irlande du Nord. A noter que le produit vient des Pays-Bas. Pour l’instant, pas d’information au niveau du RASFF.

Ce type de rappel est intéressant car il concerne le distributeur Lidl, et en France, ce distributeur ne diffuse pas par Internet de communiqué de rappel sur son site. Il en est ainsi différemment en Irlande et au Royaume-Uni comme quoi quand on veut … Autre curiosité qui n’existe pas en France lorsqu’il s’agit de rappels, Lidl Suède publie le communiqué de rappel !

Suite à une information communiqué par un internaute en commentaires, un rappel a été réalisé aussi en Belgique d’après ce communiqué diffusé sur le site de l’AFSCA le 10 décembre 2015 : Communiqué de Solina Netherlands B.V. Rappel Bisque d’écrevisse Delicieux, 570ml. Problématique :  possible contamination microbienneLe fournisseur ne peut exclure tout risque pour la santé et demande aux clients de Lidl Belgique de ne pas consommer les articles achetés, mais de les ramener au magasin Lidl de leur choix.

Par ailleurs, une alerte a été notifiée au RASFF par la Suède concernant cette soupe d’écrevisses avec du safran, référence 2015.1565, pour cause de présence de Clostridium. Parmi les pays concernés figurent la Suède et l’Irlande, mais pas le Royaume-Uni et la Belgique. La traçabilité, ça a l’air de ne pas très bien fonctionner  …

Mise à jour du15 décembre 2015. Voici un nouveau pays de l’UE qui est concerné, le Luxembourg. Le communiqué de presse du 9 décembre 2015 des autorités du Luxembourg très différent de celui de Lidl est ici.

Les autorités en charge de la sécurité alimentaire au Luxembourg ont été informées par Lidl Belgium d’un retrait de la vente du produit : Bisque d’écrevisse Délicieux, 570ml. Pour plus d’informations, veuillez consulter :

Selon les propres contrôles du fournisseur, des anomalies microbiologiques ont été constatées. Le fournisseur ne peut exclure tout risque pour la santé et demande aux clients de Lidl Belgique de ne pas consommer les articles achetés, mais de les ramener au magasin Lidl de leur choix.

Au niveau du RASFF, ce n’est toujours pas à jour avec cependant le Royaume-Uni qui réintègre les pays concernés, mais toujours pas la Belgique et encore moins le Luxembourg.

Royaume-Uni : Fermeture de laboratoires publics d’analyses des aliments, économie ou risque pour la santé ?

21
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Officiellement fermer un laboratoire public en France, ça ne se fait pas, donc on ne les ferme pas, mais on les regroupe … et pour cause, ils sont beaucoup trop nombreux aujourd’hui pour des finances publiques en berne des conseils généraux et des conseils régionaux, des agglomérations, etc.

Mais au Royaume-Uni, on dit les choses …

courstiachelppasteur« La fermeture de laboratoires publics d’analyses des aliments va mettre la sécurité sanitaire du public en danger », source The Independant du 21 novembre 2015.

Des informateurs du Public Health England préviennent des conséquences du projet de fermeture des sites de Birmingham et de Preston.

La sécurité sanitaire publique sera en danger avec la fermeture prévue de deux des cinq Food, Water and Environment laboratories du pays, qui protègent les gens des menaces pour la santé, selon des informateurs du Public Health England (PHE).

Les sites de Birmingham et de Preston de l’agence pourraient être fermés dans les prochaines semaines avec environ 40 pertes d’emploi, dans le but d’économiser 1 million de livres sterling (1,430 millions d’euros) en raison de coupes budgétaires.

Leurs responsabilités seront transférées à York. Les autres laboratoires sont à Londres et à Porton Down près de Salisbury, Wiltshire. (…)

Un informateur a déclaré à The Independent, que « York se situe au nord de la région des Midlands et cela se traduira inévitablement par un grand nombre de retards dans l’obtention des résultats avec une charge de travail qui va augmenter. Tout cela semble un peu irréaliste. »

« Les fabricants et les établissements alimentaires ne sont plus réglementés correctement par les agents de la santé environnementale, car leur effectifs ont été réduits [par les conseils municipaux], alors cela ne fera qu’empirer les choses. »

La source se demandé si la somme sera effectivement économisée, étant donné les coûts supplémentaires pour le convoyage des échantillons et le surcroît de travail pour le laboratoire de York.

Bacteria« Je ne serais pas surpris s’ils commencent à utiliser des laboratoires privés pour combler le manque de ressources ».

L’utilisation de laboratoires privés pour les analyses alimentaires a suscité la controverse il y a plusieurs années lorsque Cadbury* a reçu une amende de 1 million de livres sterling pour des infractions alimentaires et d’hygiène après que Salmonella ait été retrouvé dans plusieurs de ses produits. L’incident est survenu en 2006 lors d’analyses de routine de la compagnie, mais la Food Standards Agency n’avait pas été informé pendant cinq mois. La Health Protection Agency, précurseur de la PHE, a découvert une augmentation énigmatique des cas de salmonellose et est remontée de nouveau vers Cadbury via son laboratoire privé qui avait testé les échantillons, et seulement après que le laboratoire privé ait d’abord refusé de révéler la source.

« Si nous allons sur la voie de l’utilisation de laboratoires privés pour des analyses publiques alors nous pourrions nous retrouver dans des situations similaires », a déclaré la source du PHE**.

Dorothy Fogg, la responsable régionale de Public Health England, a déclaré à The Independent que les fermetures prévues des laboratoires mettraient la sécurité sanitaire du public en danger.

Elle a dit : « Ceci est une autre évolution inquiétante, plus de coupures en personnel dans les services. La perte potentielle de 40 emplois qualifiés est également fortement déplorée. Tout retard à cause de ces deux fermetures dans l’analyse des résultats pourrait poser un problème pour la santé publique.

« Il y a trois ans, il y avait environ 19 laboratoires dans tout le pays. Ceux-ci ont été réduits à cinq, et avec le projet de fermeture de deux autres cela signifie beaucoup de transport. Ceci est un coup majeur pour les aliments, l’eau et l’hygiène de l’environnement. »

Un porte-parole du PHE a déclaré: « Nous consultons notre personnel et nos partenaires sur des propositions visant à accroître la résilience du modèle actuel de service et afin de réduire les coûts pour le contribuable en opérant à partir de trois laboratoires spécialisés plutôt que les cinq laboratoires actuels. Les décisions finales seront prises suite à la consultation qui se terminera en décembre. »

* En juin 2006, Cadbury a rappelé plusieurs de ses produits au chocolat fabriqués au Royaume-Uni en raison de la présence d’une contamination possible par Salmonella. La société a informé la Food Standards Agency (du Royaume-Uni) qu’elle avait détecté Salmonella dans les produits de son usine de production de Herefordshire en janvier 2006, mais elle a tout de même continué la fabrication et l’expédition des produits au chocolat. Le chocolat contaminé a été responsable d’une éclosion à Salmonella Montevideo qui a rendu malades 45 personnes – plus de la moitié d’entre eux était âgé de moins de quatre ans.

** Les laboratoires d’analyses alimentaires publics ou privés sont soumis aux mêmes règles de confidentialité par rapport à leurs clients industriels. Cela étant, il faut aussi rappeler que faire appel à un laboratoire privé coût généralement moins cher et le résultat obtenu est souvent plus rapide.