Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Un restaurateur britannique condamné à 6 ans de prison après le décès d’un client pour cause d’allergie à l’arachide

24
mai
1 commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Un restaurateur britannique condamné à 6 ans de prison après le décès d’un client pour cause d’allergie à l’arachide », source Doug Powell du barfblog.

Le propriétaire d’un takeaway indien dans le nord du Yorkshire a été reconnu coupable d’homicide involontaire après qu’un client ayant une allergie aux noix a eu un repas contenant de l’arachide moulue.

food.allergens-300x168Le jugement a dit que Mohammed Zaman avait rogné les coûts en changeant un agent épaississant à base d’amande en poudre pour de la poudre moins chère qui contenait de l’arachide.

Bien que la grande majorité des restaurants soient sûrs, un certain nombre, chaque année, violent les lois et des lignes directrices.

Depuis décembre 2014, il est exigé des takeaway et des restaurants de par la loi de permettre aux clients de savoir si l’un des 14 allergènes les plus dangereux sont parmi les composants de leur aliment.

Cela comprend l’arachide, les œufs, le lait, le poisson, les crustacés et la moutarde, …

Paul Wilson, 38 ans, qui a subi un choc anaphylactique après avoir mangé un plat chez Zaman, est décédé avant le changement de la loi, mais au cours du procès il a été entendu qu’il avait signalé son allergie à l’arachide* au restaurant et son repas avait été étiquetés comme « sans noix » (« nut free »).

Un autre cliente avec une allergie aux noix a dû être traitée dans un hôpital après avoir mangé au restaurant de M. Zaman trois semaines avant le décès de M. Wilson. Comme lui, elle avait été assurée que son plat ne contiendrait pas de noix, selon l’accusation.

jailZaman a été reconnu coupable d’homicide par négligence grave dans le décès de M. Wilson, et six infractions à la sécurité des aliments. Il a été condamné à six ans de prison.

« Il a eu une « attitude irresponsable et cavalière vis-à-vis du risque », a dit le procureur, Richard Wright devant un jury de Teesside Crown Court.

C’est la première fois en Grande-Bretagne que quelqu’un est reconnu coupable d’homicide involontaire pour la vente d’aliments.

David Pickering du Chartered Trading Standards Institute (CSTI*), a déclaré : « Certains [restaurants] les auront dans un livre, certains vont vous donner une information verbalement. Si ils ne peuvent pas vous la donner, ne pas manger là. »

NB : Rappelons que l’arachide n’est pas un fruit à coque ou à écale car son enveloppe est une gousse.

* Association de professionnels travaillant dans le commerce.

La FSA du Royaume-Uni publie la liste des incidents liés aux aliments de janvier à mars 2016, quid en France ?

21
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« La FSA publie la liste des incidents liés aux aliments de janvier à mars 2016 », source Food Standards Agency (FSA) du 20 mai 2016. Dernière mise à jour au 20 mai 2016.

La FSA publie un résumé des incidents alimentaires, traités entre janvier et mars 2016 qui ont conduit à une alerte émis par la FSA pour rappeler ou retirer les produits de la vente. Cette liste trimestrielle comprend également des informations sur les investigations que nous avons soutenues concernant les risques potentiels d’intoxication alimentaire et de contamination dangereuse.

fsalogoLa FSA indique aussi qu’elle n’a pas été impliquée dans des investigations sur les éclosions d’origine alimentaire au niveau national au cours de cette période.

Ne pas chercher ce genre de document en France, pas de fol espoir donc, puisque par exemple depuis le début de l’année, pour les denrées alimentaires, selon le ministère de l’agriculture, il n’y a eu qu’un seul rappel en 2016 et pour la DGGCRF, quatre rappels.

Que nous dit cette liste de 49 incidents au Royaume-Uni ?

  • 24 produits alimentaires concernés par un risque d’effet adverse pour la santé pour les personnes souffrant d’allergie
  • 14 produits alimentaires concernés par des problèmes de contamination microbiologique, dont 12 pour la présence de micro-organismes dangereux
  • 9 produits alimentaires concernés par des problèmes de corps étrangers
  • 2 produits alimentaires concernés par des problèmes divers

Au Royaume de France, Royaume de la transparence s’il en est, pas d’information, mais pourquoi donc ?

Royaume-Uni : Retour sur une éclosion de listériose liée à de la tourte à la viande, 2010-2013

15
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, HACCP, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

o_Listeria_20monocytogenesRésumé.

Une éclosion de listériose en Angleterre affectant 14 personnes entre 2010 et 2012 et liée à la consommation de tourte à la viande de porc a été investiguée. Les 14 individus étaient plus âgés que 55 ans, 12 étaient des hommes, et 10 ont signalé la présence d’une maladie sous-jacente.

Tous résidaient ou avaient visité l’une des deux régions anglaises et ont été infectés par la même souche de Listeria monocytogenes.

Lors d’entretiens avec les 12 patients, 9 ont déclaré avoir mangé de la tourte à la viande de porc, et les individus qui ont consommé de la tourte à la viande de porc étaient beaucoup plus susceptibles d’être infectés par la souche épidémique que ne l’étaient des individus avec des cas sporadiques d’infection due à la listériose en Angleterre de 2010 à 2012.

La tourte de viande de porc a été achetée auprès de sept distributeurs dans le Yorkshire du Sud ou les Midlands de l’Est, et la souche épidémique a été récupérée à partir de tourte de viande de porc fournie par le seul producteur dans le Yorkshire du Sud. La souche épidémique a également été récupérée à partir de prélèvements de produits finis et à partir de prélèvements environnementaux réalisés auprès du fabricant. La source probable de la contamination était environnementale au sein même de l’environnement de fabrication, et la contamination a été associée au processus d’ajout de gélatine au pâté après cuisson.

La maîtrise inadéquate de la température et de mauvaises pratiques d’hygiène chez l’un des distributeurs ont également été identifiées comme des facteurs contributifs possibles permettant la croissance du pathogène.

À la suite de l’amélioration des pratiques et la mise en œuvre des mesures de maîtrise supplémentaires dans les locaux du distributeur, L. monocytogenes n’a pas été récupéré à partir des aliments et des prélèvements environnementaux, et la souche épidémique n’a pas été détectée chez d’autres individus avec la listériose en Angleterre.

Référence. Awofisayo-Okuyelu, A.; Arunachalam, N.; Dallman, T.; Grant, K. A.; Aird, H.; McLauchlin, J.; Painset, A.; Amar, C. An outbreak of human listeriosis in England between 2010 and 2012 associated with the consumption of pork pies. Journal of Food Protection®, Number 5, May 2016, pp. 696-889, pp. 732-740(9).

Un article lié a évalué la qualité microbiologique des tourtes de viande vendus chez les distributeurs en Angleterre en 2013 a inclus une revue de la littérature qui a révélé une série de dangers microbiologiques responsables d’intoxication alimentaire et la consommation de tourte de viande, et les données de la surveillance de 1992 à 2012 en Angleterre ont indiqué que C. perfringens était la cause la plus fréquemment rapportée d’éclosions de maladies d’origine alimentaire.

Référence. McLauchlin, Jim; Aird, Heather; Charlett, Andre; Elviss, Nicola; Fox, Andrew; Kaye, Moira; Willis, Caroline. Assessment of the Microbiological Quality of Meat Pies from Retail Sale in England 2013. Journal of Food Protection®, Number 5, May 2016, pp. 696-889, pp. 781-788(8).

NB : Merci à Doug Powell du barfblog de m’avoir signalé ces informations.

Un nouvel étiquetage souhaite informer sur la durée de l’activité physique à pratiquer pour pour éliminer les calories consommées

3
mai
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Nutrition, Réglementation, Santé.

On n’est pas encore d’accord sur le nouvel étiquetage nutritionnel, feux tricolores ou non que voici qu’un nouvel étiquetage est en vue …

Sous le titre évocateur, « Un mars = une demi-heure de jogging », Test-Achats de Belgique traite de la pratique d’une activité physique liée aux aliments que nous consommons.

calories_activite_physique

Etiquetage pour une boisson sucrée

Ainsi « Vous êtes-vous déjà demandé combien de temps vous deviez pratiquer une activité physique pour éliminer les calories d’une seule barre chocolatée ? »

Aide pour opérer des choix plus sains

Récemment, la Royal Society of Public Health au Royaume-Uni a lancé la proposition de mentionner sur les emballages alimentaires le temps que vous devez marcher ou courir pour éliminer les calories ainsi consommées. Cela vous aidera-t-il à réfléchir à deux fois avant de consommer votre friandise préférée ? Peut-être. Cela peut être une piste intéressante, pour autant que cela s’inscrive dans le cadre d’une campagne de plus grande envergure sur la consommation d’aliments et de boissons, et que des études scientifiques en confirment l’efficacité. Dans l’actuelle réglementation européenne en matière d’étiquetage, rien n’est toutefois prévu pour obliger ce genre de mention.

Une simple règle de calcul

Il existe une règle de calcul très simple pour vous faire une idée du temps nécessaire à l’élimination de certains aliments. Pour calculer le nombre de minutes de jogging nécessaires, vous divisez le nombre total de calories par 10. Pour la marche, vous le divisez par 5.

La durée exacte nécessaire est naturellement fonction de votre genre et de la vitesse à laquelle vous marchez ou courez.

Voici les points-clés selon la Royal Society of Public Health au Royaume-Uni :

  • Plus de deux tiers des adultes au Royaume-Uni sont maintenant en surpoids ou obèses
  • La cause la plus fréquente de l’obésité est la consommation de plus de calories que vous brûlez
  • L’industrie alimentaire au Royaume-Uni a introduit un étiquetage nutritionnel pour les consommateurs afin de les aider à faire des choix éclairés
  • Les consommateurs perdent, en moyenne, 6 secondes pour voir l’aliment avant de l’acheter et ils comprennent mieux les symboles qu’une information numérique
  • Des preuves suggèrent que l’étiquetage correspondant à une activité équivalente pour dépenser les calories consommées a le pouvoir d’aider à avoir un apport calorique modéré
  • Près des deux tiers (63%) des personnes appuieraient l’introduction d’un étiquetage relatif à une activité équivalente pour consommer ces calories
  • Plus de la moitié (53%) des personnes changeraient de façon positive leur comportement après avoir vu un étiquetage de l’activité équivalente pour dépenser les calories consommées sur l’emballage
  • Après avoir vu l’étiquetage de l’activité équivalente pour dépenser les calories consommées par rapport aux informations fournies par les feux tricolores sur l’emballage, les personnes étaient 3 fois plus nombreuses à trouver meilleur celui qui indique d’entreprendre une activité physique

exemples

NB : Je ne sais pas pourquoi mais je sens que ce nouvel étiquetage risque de déplaire à l’Ania et aux entreprises alimentaires …

Royaume-Uni : Risque sanitaire en raison de la baisse des inspections en matière de sécurité des aliments

2
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

fsa.scores.doors_« La sécurité sanitaire publique est ‘primordiale’ au Royaume-Uni, mais les inspections des restaurants sont de plus en plus basées sur la confiance », source Doug Powell du barfblog.

Les inspections d’hygiène des aliments au Royaume-Uni ont chuté de 15% depuis 2003, selon une étude, et des experts avertissant des risques pour la santé publique, selon BBC news.

Le nombre d’inspections, qui sont gérées par les autorités locales a chuté de 307 526 à 260 765 en 2003-04 à 2014-15, selon l’étude.

La Food Standards Agency a déclaré que la situation était d’« une préoccupation croissante ».

La Local Government Association dit que les councils « travaillent très durement » à la sécurité des aliments, malgré des pressions budgétaires.

Des ministres ont déclaré que la sécurité sanitaire publique était « primordiale » et la « majorité des collectivités locales ont continué à équilibrer leurs budgets et ont augmenté ou maintenu leurs services à la satisfaction du public ».

inspectionLes chiffres obtenus par le professeur Steve Tombs du Centre for Crime and Justice Studies, en utilisant la loi sur la liberté des demandes d’information à la Food Standards Agency (FSA), montrent qu’il y a eu presque 47 000 inspections en moins en 2014 par rapport à 2003.

Le nombre d’établissements poursuivis également chuté de 35%, passant de 552 à 361, sur la même période.

Le professeur Tombs, qui est professeur de criminologie à l’Open University, a dit, « les décideurs doivent aborder d’urgence la réduction radicale des inspections par les autorités locales. »

Une émission de BBC’s 5 live Investigates a vu les minutes d’une réunion du conseil d’administration de la FSA en janvier de cette année où des préoccupations ont été soulevées sur l’augmentation du nombre de plaintes et de la baisse des niveaux de dotation en personnel.

« La position globale est l’une des préoccupations croissantes », selon l’agence.

« Au niveau local, il y a un bon nombre d’autorités qui luttent pour entreprendre des actions vis-à-vis des entreprises alimentaires aux fréquences requises. »

Les minutes établissent aussi que de nombreuses autorités locales « ne sont pas capable d’apporter leurs services vis-à-vis des entreprises alimentaires comme cela est établi dans le Food Law Code of Practice.

Une petite fille de 10 ans, Debby, a été admise à l’hôpital au cours d’une éclosion de salmonellose en 2014 qui a touché 54 personnes.

« Elle a commencé à se plaindre de graves crampes d’estomac. Elle avait une diarrhée et des hallucinations. »

Les enquêteurs ont trouvé de faibles procédures d’hygiène dans un take-away, qui n’a pas pu être nommé pour des raisons juridiques, ce qui a permis la bactérie Salmonella potentiellement mortelle d’aller des œufs à d’autres aliments.

La dernière inspection complète des locaux datait de 20 mois avant l’éclosion et il a reçu une score en hygiène des aliments de deux, ce qui signifie qu’une « amélioration était nécessaire ».

En juin 2013, un agent de la santé environnementale a visité une entreprise pour « un soutien et des conseils », et un an plus tard, l’éclosion est survenue.

« Si j’avais su je me serais tenu à l’écart et nous n’aurions jamais acheté quoi que ce soit de cet endroit », a dit Debby, qui ne veut pas donner son nom.

L’autorité locale impliquée a dit qu’elle a visité en 2013 ce take-away et « était convaincue que des améliorations avaient été apportées. Une inspection plus poussée était imminente, dans le cadre des procédures de routine, lorsque le council a reçu une notification des liens signalés à des cas de salmonellose. »

NB : Concernant le chiffre des inspections, une tentative a été réalisé dans l’article A propos de la baisse du nombre d’inspections sanitaires en France, 2012 versus 2013, mais si un lecteur a des chiffres, je suis preneur …