Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Saga horsegate au Royaume-Uni : Aujourd’hui, au menu, plat d’agneau mélangé ou carrément remplacé par du poulet ou bœuf !

17
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Réglementation, Viande.

cover-mag-may-362885« Les autorités locales vont tester la substitution de viandes d'agneau » source Food Standards Agency.

La FSA a annoncé le 17 avril 2014 un programme supplémentaire prioritaire de tests concernant de la viande d'agneau dans des restaurants à emporter à travers le Royaume-Uni après que des preuves de substitution continue de cette viande par des viandes moins chères comme le bœuf et le poulet. Les entreprises pourraient faire face à des poursuites s’il se trouvait que des aliments aient été délibérément mal étiquetés.

Un examen des données des prélèvements par les autorités locales de la FSA, de juillet à décembre 2013, a constaté que 43 des 145 échantillons de plats à emporter présentés comme étant à base d'agneau contenaient une autre viande. Au total, 25 de ces échantillons se sont révélés contenir que du bœuf. D'autres espèces de viande identifiées comprenaient du poulet et de la dinde. Aucun prélèvement ne contenait de la viande de cheval.

En réponse aux inquiétudes persistantes concernant la substitution d'agneau, la FSA va commencer une nouvelle série de tests de priorité sur des plats à emporter d’agneau dans les entreprises du Royaume-Uni. Les autorités locales sont invitées à tester 300 prélèvements dans des restaurants à emporter et à rendre compte des résultats à la FSA. Les prélèvements vont démarrer au début du mois de mai. L'erreur d'étiquetage des aliments peut entraîner des amendes allant jusqu'à  5 000 £ (6 075 euros).

Les préoccupations identifiées dans les données des autorités locales sont également prises en compte dans une enquête sur les plats d'agneau dans des restaurants de Birmingham et de Londres publiée le 16 avril 2014 par Which? L'organisation de consommateurs a acheté 60 plats à emporter d'agneau, 30 currys et 30 brochettes d'agneau haché, 24 (40% -aa) étaient contaminés par du bœuf et du poulet.

Commentaires. Ce que l’on voit, pour une fois, c’est que la FSA et l’organisation de consommateur Which ? sont d’accord pour dire que deux enquêtes séparées montrent que de la viande d'agneau a été mélangée ou carrément remplacée par d'autres viandes moins chères dans une partie des lots testés. Bravo donc à Which? qui indique sur son site qu’« en réponse à notre enquête, la FSA a annoncé un programme supplémentaire de tests de priorité la viande d'agneau dans des restaurants à emporter au Royaume-Uni commençant en mai. 300 prélèvements seront testés. »
A suivre …
NB : La photo est issue du site de Which?

Saga horsegate : Les Britanniques annoncent un deuxième round d’analyses, mais qu’en est-il en France ?

14
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

« De nouvelles analyses européennes de détection de viande de cheval », source Food Standards Agency du 14 avril 2014.

La Food Standards Agency (FSA) a confirmé le 14 avril 2014 les détails d'une nouvelle série de tests de produits de viande bovine afin de rechercher une contamination par de la viande de cheval. Les tests ont été demandés par la Commission européenne dans le cadre du suivi de l'incident de la viande de cheval l'année dernière où un certain nombre de produits de bœuf vendus à travers l'Europe ont été trouvés délibérément falsifiés par de la viande de cheval.

horse.meat_.09Les tests ne sont pas fondés sur une nouvelle information de fraude alimentaire, mais ils ont été demandés dans le cadre des travaux en cours pour s'assurer que les problèmes découverts l'année dernière ne se reproduisent pas (ou plus).

Depuis l'an dernier, les autorités locales du Royaume-Uni ont testé des produits de bœuf pour vérifier l’absence de viande de cheval dans le cadre de leurs programmes de prélèvements de routine. L'industrie alimentaire du Royaume-Uni a également analysé des produits de bœuf  et a soumis les résultats trimestriels à la FSA. La nouvelle série de tests européens intervient en plus de ces deux axes de travail actuellement en cours.

Tous les États membres ont été invités à présenter les résultats des tests. Le Royaume-Uni va collecter et tester 150 échantillons de produits du bœuf. Ceux-ci comprennent des produits crus de bœuf, tels que la viande hachée, des hamburgers et des saucisses. Les plats cuisinés cuits, y compris les conserves seront également testés.

Les échantillons seront prélevés par 24 autorités locales dans tout le Royaume-Uni à partir de points de vente, des grossistes de la restauration, et des entrepôts frigorifiques. Les tests seront effectués par les autorités locales et financés par la FSA. Le protocole de prélèvements est disponible sur ce lien.

Tout test positif pour la contamination de la viande de cheval des échantillons au-dessus du taux de déclaration de 1% fixé pour l'étude à l'échelle européenne sera annoncé après confirmation par le laboratoire. Des mesures seront prises pour retirer le produit concerné de la vente. Tous les résultats seront présentés à la Commission européenne en juillet 2014.

Steve Wearne, directeur de la règlementation à la FSA, a déclaré : « Nous restons vigilants sur les menaces qui pèsent sur notre approvisionnement alimentaire par des fraudeurs et sommes déterminés que nous ne voyons pas une répétition des problèmes qui sont apparus l'an dernier. Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités locales pour faire plus d'essais de l'authenticité des produits et nous avons augmenté le financement du projet 2 millions de livres cette année.

« Cette nouvelle série de tests de l'UE devrait donner une assurance supplémentaire aux consommateurs que la chaîne alimentaire à travers l'Europe est contrôlée pour la survenue de problèmes potentiels. »

Commentaires. Je ne suis pas certain que cela suffise à rassurer le consommateur, même si cela va dans la bonne direction.

Autre point, qu’en est-il en France, car le dernier point sur la situation datait du 16 décembre 2013, depuis plus rien ! Autre aspect, pourquoi l’industrie alimentaire en France ne procède-t-elle pas comme au Royaume Uni en fournissant aux autorités les résultats de leurs tests afin de les rendre publics ?

A suivre …

Un restaurant coaché par un gourou des aliments de la télé a obtenu une note faible en hygiène des aliments

7
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

rating_DelifusionLe Birmingham Mail du 5 avril 2014 rapporte qu’« Un restaurant coaché par Russell Norman, le gourou des aliments à la télévision britannique dans son émission à la BBC, a reçu seulement un score d’une étoile lors d’une inspection en hygiène des aliments. »

Un réfrigérateur du Desi Fusion – représenté présenté dans l‘émission de la BBC, Restaurant Man – a été trouvé avec joints moisis et sales, le personnel n’était pas sûr des pratiques de base en matière de sécurité des aliments et les lavabos étaient manquants. L'épisode de Restaurant Man sur Deli Fusion a été diffusé sur la BBC2 en février 2014. (…)

Le rapport sur l'hygiène des aliments, publié sous la loi sur la liberté de l'information (Freedom of Information Act, (loi qui n’existe pas en France, car on n’a pas accès à ce type d’informations -aa), a été réalisé en octobre par le conseil municipal.

Du poulet cru et de la viande hachée étaient stockés à côté de plats chauds dans le réfrigérateur, créant un risque de contamination croisée et d’intoxications alimentaires, selon l'inspecteur .

Une planche à découper a également été découverte être utilisée à la fois pour les aliments crus et les aliments prêts à être consommés sans être nettoyée ou désinfectée entre chaque utilisation. Le chef n'était pas sûr des températures des aliments nécessaires pour être cuit afin de détruire les bactéries et il n'y avait pas de système de contrôle des stocks.

Le score d'une étoile, ce qui signifie que des améliorations sont nécessaires, fait partie d’un système de notation de l’hygiène des aliments (food hygiene ratings -aa) qui comprend d'un maximum de cinq étoiles.

NB : La photo de gauche illustre la note obtenue

Royaume-Uni : Appel à projet de recherche sur l’efficacité de la purification (dépuration) pour enlever norovirus des huîtres

24
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

oystersLa Food Standards Agency du Royaume-Uni lance un « Appel à projet de recherche sur l’efficacité de la purification (dépuration) pour enlever norovirus des huîtres »

La Food Standards Agency (FSA) invite les soumissionnaires à concevoir et réaliser une étude pour identifier et évaluer les avancées possibles afin d’améliorer l'enlèvement de norovirus dans des huîtres vivantes au cours du processus de purification des coquillages.

La FSA veut faire réaliser des travaux afin de quantifier et d’optimiser l'efficacité des pratiques de purification au Royaume-Uni dans le but de réduire norovirus dans les huîtres et d'explorer le potentiel des nouvelles approches pour améliorer de manière significative l'efficacité de ce processus. Le programme de recherche sur les virus d'origine alimentaire vise à recueillir des données pour fournir une base scientifique solide et des preuves guider l'élaboration d'un programme de management des risques sur les virus d'origine alimentaire, avec un ciblage particulier sur norovirus.

L'étude devrait comprendre une revue des preuves significatives disponibles (publiées et non publiées) comme point de départ pour un projet de laboratoire qui permettra d'améliorer les contrôles qui peuvent être appliqués aux pratiques actuelles de dépuration au Royaume-Uni, afin de réduire le taux de norovirus dans les huîtres vendues pour la consommation.

Doug Powell du barfblog, toujours malicieux, rappelle que « peut-être Heston Blumenthal est au comité d'examen. Si c'est le cas, une étude sur des manipulateurs d'aliments travaillant alors qu’ils sont malades pourrait être le prochain dossier de recherche. » Doug Powell fait allusion au cas de ce chef très médiatisé qui a connu dans son restaurant une importante intoxication alimentaire chez des clients liée à des huîtres contaminées par norovirus … mais aussi à du personnel malade …

NB : Ce sujet de recherche pourrait intéresser la France, car en 2013, sur 16 notifications au RASFF concernant des huîtres, 13 notifications l’ont été avec des huîtres de France contaminées par norovirus.

Mise à jour de l’éclosion liée à du cresson contaminé par E. coli O157 au Royaume-Uni

1
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Eclosion liée à du cresson contaminé par E. coli O157, mise à jour ». Source Food Safety Watch du 28 février 2014.

watercress+sainsburys-300x199Public Health England a publié une mise à jour de son enquête sur une éclosion de maladies infectieuses à E. coli O157 qui a touché au moins 19 personnes au Royaume-Uni en septembre 2013. Le foyer a été lié à la consommation de cresson préemballé acheté dans les supermarchés Sainsbury.

Le distributeur a rappelé le cresson impliqué immédiatement lorsque le lien a été établi, mais selon la mise à jour de l'enquête, un cas a été signalé en octobre après restockage du produit. La source de la contamination qui a conduit à l'éclosion n'a jamais été confirmée malgré de nombreux essais microbiologiques d'échantillons de produits et de l'environnement prélevés dans les exploitations fournissant le cresson de Sainsbury.

Toutefois, l'enquête a fait découvrir un second, foyer plus petit avec l'apparition de six cas d'infection à E. coli O157 causés par une souche différente du pathogène. Ce nouveau foyer a été aussi lié à du cresson vendu par Sainsbury, mais à cette occasion l'enquête a été en mesure d'isoler la souche de l'éclosion d'une culture de cresson dans une exploitation agricole fournissant le supermarché. Cette culture a été trouvée être à proximité d'un champ occupé par du bétail, menant à la conclusion que la contamination a probablement eu lieu à la suite du ruissellement de l'eau ou de la faune sauvage se déplaçant du champ vers l’exploitation agricole de cresson.

Plus d'informations peuvent être retrouvées ici.