Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Microbiologie des excréments de bovins

9
juil
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

Il s’agit d’une étude sur les communautés microbiennes fécales de bovins laitiers excréteurs de Escherichia coli producteurs de shigatoxines ou de Campylobacter jejuni

Résumé.

dodd.poop_-300x225Les bovins sont un réservoir naturel de Escherichia coli producteurs de shigatoxines produisant (STEC) et ont été récemment reconnus comme une source importante de contamination par Campylobacter jejuni. Bien que plusieurs facteurs soient connus pour être associés à la colonisation bactérienne, des facteurs microbiens sous-jacents ne sont pas précisés.

Dans cette étude, nous avons caractérisé le microbiote fécal de bovins laitiers (n = 24) en utilisant un séquençage de nouvelle génération pour élucider les communautés bactériennes intestinales et la diversité microbienne en relation avec la présence de pathogènes d’origine alimentaire, STEC et C. jejuni (prélèvements de STEC positifs, n = 9; prélèvements de STEC négatifs, n = 15; prélèvements positifs de C. jejuni, n = 9, et prélèvements négatifs de C. jejuni, n = 15). Bien qu’aucune différence significative n’ait été observée dans la diversité alpha entre les prélèvements STEC positifs et STEC négatifs, un haut indice de diversité a été observée dans les prélèvements positifs pour C. jejuni par rapport aux prélèvements négatifs pour C. jejuni. Neuf phyla, 13 classes, 18 ordres, 47 familles, 148 genres et 261 espèces ont été retrouvés dans le microbiote des bovins laitiers, couvrant 80,0 à 100,0% de la communauté microbienne fécale. Diverses communautés microbiennes ont été observées entre l’excrétion par des bovins de pathogènes d’origine alimentaire et des bovins non excréteurs. Les bovins positifs pour C. jejuni avaient une relative plus grande abondance de Bacteroidetes (p = 0,035) et plus faible abondance relative de Firmicutes (p = 0,035) par rapport aux bovins négatifs pour C. jejuni. En outre, alors que l’abondance relative de 2 et 6 genres était significativement plus élevée respectivement chez les bovins excréteurs de STEC et de C. jejuni, la relative abondance de 3 genres était plus faible à la fois chez les bovins STEC négatif et C. jejuni négatif.

Nos résultats fournissent des informations fondamentales sur l’écologie bactérienne des matières fécales des bovins et pourraient être utiles dans l’élaboration de stratégies visant à réduire l’excrétion de STEC ou de C. jejuni chez les bovins laitiers, ce qui réduit l’incidence des infections à STEC et la campylobactériose chez l’homme.

Référence. Dong Hee-Jin, Kim Woohyun, An Jae-Uk, Kim Junhyung, and Cho Seongbeom. The fecal microbial communities of dairy cattle shedding Shiga toxin–producing Escherichia coli or Campylobacter jejuni. Foodborne Pathogens and Disease. July 2016, ahead of print. doi:10.1089/fpd.2016.2121.

Rappel tardif de fromages, Sein de Nounou et Grand Vielleux de marque Dubois Boulay, pour cause de présence de E. coli O26:H11

9
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Non classé, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Tout arrive avec l’information sur les rappels de la part du ministère de l’agriculture, voyez plutôt …

rappel-produit-oulah-web-14Un communiqué publié le 8 juillet 2016 (est-ce la bonne date ?) sur le site du ministère de l’agriculture rapporte une information du consommateur : rappels de produits de la Société Dubois Boulay.
  • La Société Dubois Boulay informe les consommateurs qu’une analyse établit la présence d’Escherichia coli O26:H11 dans un lot de fromages « Sein de Nounou ». Par mesure de précaution, il est procédé au rappel des lots de fromages « Sein de Nounou » et « Grand Vielleux » commercialisés sous la marque Dubois Boulay entre le 27/05/2016 et le 02/07/2016  identifié comme suit :
  • Nom : « Sein de nounou » et « Grand Vielleux »
    Marque commerciale : Dubois Boulay
    Estampille sanitaire : FR 18.241.051 CE
  • Numéros de lot : PASCS145, PASCS 148, PASCS 152, PASCS 155, PASCS 159, PASCS 162, PASCS 166, PASCS 169, PASCS 173, PASCS 176, PASC 0306, PASC 0706, PASC 1006, PASC 1305, PASC 1406, PASC 1706, PASC 2005, PASC 2106, PASC 2203, PASC 2705, PASC 2903, PASC 3105
  • DLUO : 28/06/2016, 29/06/2016, 02/07/2016, 04/07/2016, 09/07/2016, 05/07/2016, 06/07/2016, 09/07/2016, 09/07/2016, 10/07/2016, 11/07/2016, 15/07/2016, 16/07/2016, 12/07/2016, 13/07/2016, 16/07/2016, 21/07/2016, 16/07/2016, 21/07/2016, 20/07/2016, 23/07/2016,, 25/07/2016, 28/07/2016, 27/07/2016, 30/07/2016, 04/08/2016, 31/07/2016, 01/08/2016, 05/08/2016, 06/08/2016, 11/07/2016, 09/09/2016,14/09/2016, 16/07/2016, 18/07/2016, 14/09/2016, 25/07/2016, 14/09/2016, 15/09/2016, 16/09/2016, 27/06/2016, 23/07/2016, 30/09/2016, 21/09/2016, 25/07/2016, 21/09/2016, 23/09/2016, 24/09/2016, 02/07/2016, 26/08/2016, 28/08/2016, 01/08/2016, 28/09/2016, 29/09/2016, 30/09/2016, 09/07/2016, 18/07/2016, 04/07/2016, 31/08/2016, 01/09/2016, 02/09/2016,, 07/09/2016, 16/09/2016, 29/06/2016, 09/07/2016, 30/07/2016, 09/07/2016, 10/07/2016, 07/09/2016

Les fromages ont été commercialisés sur tout le territoire national dans différentes GMS et chez des fromagers détaillants entre le 27/05/2016 et le 02/07/2016.

Recommandations aux consommateurs

L’ensemble des produits a été retiré de la commercialisation. Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de rappel. Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser. En cas de doute, il est conseillé de se rapprocher du magasin d’achat afin de vérifier si les produits détenus sont concernés par cette alerte.

Les Escherichia coli O26:H11 peuvent entraîner dans la semaine qui suit la consommation, des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, accompagnées ou non de fièvre, et pouvant être suivies de complications rénales sévères chez les jeunes enfants.

Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation et la nature du germe contaminant.

NB : Un premier rappel de lots de fromages « Sein de Nounou » inclus dans ce communiqué avait été publié le 1er juillet 2016 sur le site Internet d’Auchan. A noter également, mais est-ce un hasard,  le rappel le 7 juillet 2016 de fromages au lait de chèvre en Allemagne le Grand Vielleux de marque Dubois Boulay pour cause de présence de E. coli ainsi que Sein de Nounou. Il n’y a donc pas de rappel par mesure de précaution, comme l’indique le communiqué.

Il semble aussi que ce rappel corresponde à l’alerte notifiée au RASFF par l’Allemagne, référence 2016.0842, le … 29 juin 2016 !

Rappel par Auchan de fromages au lait cru de chèvre « Sein de nounou » pour cause de présence de E. coli

1
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lait, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

rappel-produit-oulah-web-1Auchan informe le 1er juillet 2016 d’un communiqué de la société Dubois Boulay 18300 Sancerre – France

La Société Dubois Boulay procède au rappel du produit suivant : Nom : Fromage au lait cru dénommé « Sein de nounou » ; Marque commerciale : Dubois Boulay ; Type de conditionnement : Vendu au rayon libre-service / traditionnel.

lots_sein_nounou

En effet, un contrôle a mis en évidence, dans quelques produits, la présence d’Escherichia coli. Par mesure de précaution, l’ensemble des lots concernés est retiré de la commercialisation et nous procédons au rappel des fromages commercialisés avant la mesure de retrait.

Il est donc demandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés.

Les Escherichia coli peuvent entraîner dans la semaine qui suit la consommation, des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, accompagnées ou non de fièvre, et pouvant être suivies de complications rénales sévères chez les jeunes enfants Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation et la nature du germe contaminant.

NB : Le communiqué présente une lacune car il met tous les Escherichia coli dans le panier, si j’ose dire. Comme le rappelle l’Anses :

La bactérie Escherichia coli (E. coli) est naturellement présente parmi la microflore digestive de l’Homme et des animaux à sang chaud. Certaines souches d’E. coli sont pathogènes parmi lesquels les E. coli entérohémorragiques ou EHEC. Chez l’Homme, les EHEC sont responsables de troubles variés allant d’une diarrhée bénigne à des formes plus graves comme des diarrhées hémorragiques et/ou des atteintes rénales sévères appelées syndrome hémolytique et urémique principalement chez le jeune enfant.

Il me semble que ce rappel corresponde à l’alerte notifiée au RASFF par l’Allemagne, référence 2016.0842, pour la présence de Escherichia coli producteurs de shigatoxines (stx1+ eae+ O157-) dans du fromage de chèvre de France. Alerte notifiée par l’Allemagne. Pas de distribution en Allemagne. La notification d’alerte ne précisait pas de distribution en France …

Pourquoi ce rappel n’est pas rapporté sur le site du ministère de l’agriculture ? Cela reste une énigme …

Mise à jour du 8 juillet 2016. A noter le rappel le 7 juillet 2016 de fromages au lait de chèvre en Allemagne, Grand Vielleux de marque Dubois Boulay pour cause de présence de E. coli ainsi que le Sein de Nounou.

FDA : Consommer de la pâte crue est une mauvaise pratique qui pourrait vous rendre malade

29
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

La FDA remet au goût du jour l’ancienne règle d’hygiène des familles selon laquelle il ne faut pas manger de pâte crue servant à faire des gâteaux … et dont vous avez ci-dessous, sous forme de bande dessinée, un bon exemple avec Salmonella et les oeufs crus, mais ici-après, nous allons voir que cela peut aussi concerner d’autres pathogènes comme les E. coli produteurs de shigatoxines.

cookie

« Consommer de la pâte crue est une mauvaise pratique qui pourrait vous rendre malade », source FDA du 28 juin 2016.

Extraits.

Avez-vous du mal à résister à engloutir un morceau de pâte crue quand vous faites des cookies ou laissez-vous vos enfants finir le saladier de pâte crue ? Vos enfants utilisent-ils de la pâte crue pour faire des ornements ou des jeux à la maison ? Mangez-vous dans un restaurant qui donne aux enfants de la pâte crue pour jouer pendant que vous attendez vos aliments ?

Si la réponse à l’une de ces questions est oui, cela pourrait être un problème. Manger de la pâte crue, que ce soit pour le pain, des cookies, de la pizza ou des tortillas pourrait vous rendre malade ainsi que vos enfants, dit Jenny Scott, conseillère principale au Center for Food Safety and Applied Nutrition de la FDA.

Selon Scott, la réponse pour vous et vos enfants est de ne pas manger de pâte crue. Et même si il existe des sites Internet consacrés à « des objets artisanaux faits avec de la farine », ne pas donner de pâte crue à vos enfants ou des mélanges crus qui contiennent de la farine pour jouer avec.

ucm508506Pourquoi ? La farine, quelle que soit la marque, peut contenir des bactéries qui causent des maladies maladie. La Food and Drug Administration (FDA), ainsi que le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et des responsables d’États et localement enquêtent sur une éclosion d’infections qui illustre les dangers liés à la consommation avec de la pâte crue. Des dizaines de personnes à travers le pays ont été rendues malades par une souche de bactérie appelée E. coli producteurs de shigatoxines O121.

L’enquête a révélé que de la pâte crue mangée ou manipulée par certains des patients a été faite avec de la farine de chez General Mills produit dans une usine de Kansas City, Missouri. Des analyses ultérieures par la FDA ont montré que des bactéries présentes dans un prélèvement de farine ont rendu des personnes malades.

General Mills a effectué un rappel volontaire de 4 536 tonnes de farine vendues sous trois marques : Gold Medal, Signature Kitchen’s et Gold Medal Wondra. Les variétés comprennent des farines pour tout usage et des farines autolevantes. La farine a une longue durée de vie et de nombreuses personnes stockent des paquets de farine pendant une longue période. Si vous avez un de ces produits rappelés dans votre maison, vous devriez les jeter.

Certaines des farines rappelées ont été vendues dans des restaurants qui permettent aux enfants de jouer avec de la pâte crue en attendant leur repas. Le CDC conseille aux restaurants de ne pas donner aux clients de la pâte crue.

Pourquoi la farine ?

Les personnes comprennent souvent les dangers de ne pas manger la pâte crue en raison de la présence d’œufs crus et des risques associés à Salmonella. Cependant, les consommateurs doivent être conscients qu’il y a des risques supplémentaires associés à la consommation de pâte crue, telles que les souches particulièrement dangereuses de E. coli dans un produit comme la farine.

kidsandcookiedough_406x250-406x250« La farine est dérivé d’un grain qui vient directement du champ et typiquement ces grains ne sont pas traités pour tuer les bactéries », explique Leslie Smoot, conseillère principale de l’Office of Food Safety à la FDA et spécialiste de la sécurité microbiologique des aliments transformés. Donc, si un animal répond à l’appel de la nature dans un champ, les bactéries provenant des déchets des animaux peuvent contaminer le grain, qui est ensuite récolté et transformé en farine.

L’« étape classique de destruction » appliquée lors de la préparation et/ou de la transformation des aliments (ainsi appelée parce qu’elle tue les bactéries qui causent des infections) comprend l’ébullition, la cuisson, la torréfaction, le chauffage au four à micro-ondes et la friture. Mais avec de la pâte crue, aucune étape de destruction n’a été utilisée.

Et ne faites pas non plus de la crème glacée maison avec de la pâte à cookies. Si tel est votre goût préféré, achetez des produits fabriqués industriellement. Les fabricants doivent utiliser des ingrédients qui comprennent de la farine traitée et les œufs pasteurisés.

NB : En France, le conseil, Pâte crue, ne pas consommer avant cuisson n’est pas systématiquement apposé sur l’emballage.

La société ELIVIA procède à un rappel de steaks hachés frais et viande hachée fraîche pour cause de présence de E. coli O26:H11

25
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

Suite à la mise en évidence d’E. coli O26:H11, a Société ELIVIA procède à un rappel de steaks hachés frais et viande hachée fraîche, lot A16591020 DLC 19/06/2016
Aucune réclamation de consommateur n’a été portée à sa connaissance.

Un contrôle a mis en évidence la présence d’E. coli O26:H11 dans des steaks hachés frais. Aussi, ELIVIA, en lien avec les autorités et SYSTEME U, procède au rappel des steaks hachés 5%MG et viandes  hachées 5%MG du lot A16591020 en date limite de consommation (DLC) du 19 juin 2016 Ces produits ont été commercialisés dans les magasins Hyper U / Super U / Marché U / U express / Utile du Nord et de l’Ouest de la France, dans les  départements : 02, 14, 16, 17, 18, 19, 22, 23, 24, 27, 28, 29, 35, 36, 37, 41, 44, 45, 49, 50, 53, 56, 59, 60, 61, 62, 72, 75, 77, 78, 79, 80, 85, 86, 87, 91, 92, 93, 94, 95.

A titre d’information, tous les produits ont atteint leur Date Limite de Consommation (DLC) depuis le 19 juin 2016 et ne sont donc plus présents en rayon dans les magasins.
A ce jour, aucune réclamation de la part de consommateurs n’a été portée à la connaissance d’ELIVIA.

ELIVIA demande donc aux personnes qui auraient acheté puis congelé ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au magasin où ils ont été achetés, ou de les jeter.
Les Escherichia coli O26:H11 sont susceptibles de provoquer des troubles graves chez toute personne consommant ce produit insuffisamment cuit. Elles peuvent entraîner, dans la semaine qui suit leur ingestion, des douleurs abdominales et  des vomissements, accompagnés ou non de fièvre et des diarrhées parfois sanglantes. Ces symptômes peuvent être suivis, dans 5 à 8% des cas*, de complications chez les populations les plus fragiles (enfants, personnes âgées).

Aussi les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes, sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation ainsi que le lieu et la date  d’achat.

ELIVIA rappelle que la cuisson à cœur (c’est-à-dire la disparition de la couleur rosée) des viandes hachées est recommandée surtout lorsqu’elles sont destinées aux jeunes enfants et aux personnes âgées.

La Société ELIVIA présente toutes ses excuses aux consommateurs et leur assure mettre tous les moyens en oeuvre pour comprendre les raisons de cette contamination afin d’éviter que cela ne se reproduise. Elle se tient à leur disposition  pour répondre à leurs questions au numéro vert suivant : 0800940161

NB :  L’information doit intéresser surtout celles et ceux qui ont congelé des produits. Pour mémoire, la congélation ne tue pas les micro-organismes pathogènes.

Notons que les Escherichia coli producteurs de shigatoxines O26 :H11 font partie des cinq sérotypes dominants des Escherichia coli entérohémorragiques (EHEC) avec O157:H7, O103:H2, O111:H8 et O145:H28.

Notons également qu’il s’agit du deuxième communiqué de rappel diffusé sur le site du ministère de l’agriculture depuis le début de l’année 2016, on progresse lentement, mais on progresse …

Le site Internet des magasins U ne signale pas ce rappel. Pas d’information non plus sur ce rappel sur le site Internet de la société ELIVIA. Cela étant, on lira avec intérêt la page Internet consacrée à la « Viande hachée sous surveillance » dans laquelle il est noté :

Pour répondre aux attentes des clients et consommateurs en matière d’information sur la maîtrise de la qualité du steak haché, Elivia a créé le site Internet : steakhaché.fr. Les consommateurs y trouvent des conseils de cuisson et de conservation de la viande hachée, des informations nutritionnelles, ainsi qu’une explication de la traçabilité des produits.

Sur les modes de cuisson du steak haché, il est notamment indiqué :

  • Il est recommandé de cuire « à cœur » les steaks hachés c’est-à-dire à 65°C notamment pour les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées. Cela étant, de nombreux pays comme les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, ou la Belgique, des organisations internationales, l’OMS, et des grands noms de la restauration rapide préconisent une cuisson comprise entre 69 et 71°C.
  • Une viande cuite à cœur est une viande ne laissant plus aucune trace de rouge.

Par ailleurs, le site La Viande.fr signale que « Obtenir le degré de cuisson « bien cuit à cœur » pour le steak haché signifie atteindre à cœur une température au moins supérieure à + 70°C ». Vous avez noté bien cuit à cœur et non pas seulement cuit à cœur …

Enfin notons qu’il est écrit sur l’emballage, 3 minutes de cuisson par face à la poêle, à quelle température et surtout à quelle cuisson, cela peut-il correspondre ?

Il reste néanmoins une question importante à propos de la cuisson, Pourquoi « Faites le juste cuire » ne marche pas …

* Syndrome hémolytique et urémique (SHU) (5 à 8% des cas), source Anses.