Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Ronde des rappels, semaine 20 de 2015

15
mai
2 commentaires
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Non classé, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Virus.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

Information collectée pour la semaine 20 de 2015 à la date du 16 mai 2015.

 ooOOoo

Quelques informations complémentaires sur les rappels :

  • 16 notifications d’alerte sont rapportées par le RASFF pour des fromages de France contenant des pathogènes (Listeria monocytogenes 7, Salmonella 4, STEC 4 et entérotoxines de Staphylococcus aureus 1) sur les 33 notifications d’alertes pour des produits d’origine France depuis le début de l’année 2015.
  • Auchan publie sur son rappel qualité le rappel le 11 mai 2015 de « Tartine craquante farines de sarrasin et de riz – Gerblé sans Gluten » de la société Nutrition et Santé.
  • Le site Rappel Produits signale le 16 mai 2015 le rappel du produit Francine farine de sarrasin de chez Euromill Nord pour cause de taux d’ochratoxine A supérieur à la normale.
  • Communiqué du 13 mai 2015 du Centre for Food Safety (CFS) de Hong Kong concernant le rappel cinq fromages au lait cru de France pour cause de contamination par Salmonella : Le Petit Fiancé des Pyrénées, La Tomme de Cchèvre Cabrioulet, La Tomme de chèvre Espelette, Le Cabri Ariègeois, Le Carre Ariègeois. Origine France. Date de fabrication entre le 10 mars et le 6 avril 2015.
  • Communiqué du 15 mai 2015 du Centre for Food Safety (CFS) de Hong Kong concernant le rappel d’un lot de fromages au lait cru Saint-Nectaire fermier pour cause de présence de Listeria monocytogenes.

Ronde des rappels, semaine 19 de 2015

8
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Listeria, Rappel, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

Information collectée pour la semaine 19 de 2015 à la date du 8 mai 2015.

 ooOOoo

Quelques idées d’articles auxquels vous avez échappé cette semaine :

  • Des points de vue sur le glyphosate :

– Nouvelle étape dans la guerre contre le glyphosate, source Agriculture & Environnement.

– Glyphosate : « sortir des débats bipolaires et passionnels », source Forum Phyto.

– Quel avenir pour le glyphosate ? Service Public Fédéral, santé publique de Belgique.

– Glyphosate: éradiquons-le de nos jardins! source Fédération Romande des consommateurs (Suisse).

  •  Aliments enrichis en phytostérols et prévention des maladies cardiovasculaires

Le bénéfice global des aliments enrichis en phytostérols ne peut être démontré, selon l’Anses.

L’OMS se félicite de cet accord visant à accroître la transparence, l’accessibilité et la cohérence des estimations sanitaires pour aider les responsables politiques à prendre des décisions bien informées sur les priorités à donner aux programmes de santé publique et sur les travaux de recherche à entreprendre.

NB : Message destiné à de nombreux pays dont sans doute la France, car moi aussi, j’aimerais bien être informé …

Ronde des rappels, semaine 18 de 2015

1
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2015.0539, intoxication alimentaire suspectée liée à des moules d’Espagne. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France. Intoxication alimentaire dont comme de bien entendu on ne sait rien …
  • Référence RASFF 2015.0538, Listeria monocytogenes (400 à 22 000 ufc/g) dans du fromage au lait cru de brebis de France. Alerte notifiée par la France. Distribution en France, Autriche, Bahreïn, Belgique, Danemark, Polynésie française, Allemagne, Hong Kong (1 et 2), Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Oman, Pologne, Saint-Martin, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni.
  • Référence RASFF 2015.0536, migration d’aluminium (2,1 mg/l) des boules vertes en céramique de Chine, via la Belgique. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2015.0534, Listeria monocytogenes (50 ufc/g) dans du fromage au lait cru de France. Alerte notifiée par la France. Distribution Belgique, Allemagne, Italie, Pays-Bas.
  • Référence RASFF 2015.0533, Salmonella typhimurium (présence dans 25g) dans de la viande de dinde réfrigérée de France. Alerte notifiée par la Belgique. Distribution Belgique, Luxembourg.
  • Référence RASFF 2015.0529, Escherichia coli producteurs de shigatoxines du camembert de France. Alerte notifiée par l’Allemagne. Pas de distribution en Allemagne. Voir le communiqué de rappel des autorités allemandes où la marque de fromage est citée.
  • Référence RASFF 2015.0528, dénombrement trop élevé de Escherichia coli (1300 MPN/100g) des moules de corde (Mytilus Edulis) d’Ireland. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution dans le pays à l’origine de la notification.

Information collectée pour la semaine 18 de 2015 à la date du 1er mai 2015. Mise à jour de la référence 2015.0538, le 11 mai 2015.

 ooOOoo

Quelques idées d’articles auxquels vous avez échappé cette semaine :

  • Les alertes notifiées au RASFF et les produits d’origine France, un chiffre qui hélas progresse …

La situation se dégraderait-elle en France et/ou les contrôles ici et là sont-ils plus efficients ? A vous de voir …

Toujours est-il qu’il y a eu 30 notifications d’alerte (dont 22 ont concerné des pathogènes) au RASFF en 2015 pour les quatre premiers mois de l’année pour des produits alimentaires d’origine France contre 23 notifications d’alerte, dont 15 ont concerné des pathogènes, au RASFF pour la même période de 2014. Sur les 30 notifications d’alerte au RASFF durant les quatre premiers mois de 2015, 13 ont été notifiées par la France, soit moins de la moitié des produits alimentaires concernés. Un commentaire du ministère de l’agriculture ?

  •  Rappel de camemberts au lait cru en Allemagne

Après le rappel de camemberts au lait cru en Allemagne pour cause de présence de STEC, on lira ces deux documents qui illustrent la complexité du problème :

– AFSCA, Lait et produits laitiers. E. coli, un agent pathogène alimentaire en progression.

– Revue Laitière Française, E. coli pathogènes – Renforcer la prévention.

  •  Les systèmes pour combattre la résistance aux antibiotiques manquent dans toutes les régions du monde

Communiqué de presse de l’OMS du 29 avril 2015. Selon CIDRAP News, il s’agit d’un tableau assez sombre des efforts mondiaux pour traiter la résistance aux antimicrobiens, avec des programmes nationaux souvent absents, un suivi parcellaire du problème, des ventes généralisées de médicaments sans ordonnance et une faible sensibilisation du public. Le rapport complet et le résumé.

Le 1er mai, à Milan, l’Exposition Universelle 2015 ouvrira ses portes.

  •  Santé en France. Problèmes et politiques

Le parcours qui conduit des problèmes de santé aux politiques peut sembler d’évidence. Il n’en est rien. Il s’agit de (ré)concilier des réalités épidémiologiques, institutionnelles, économiques, territoriales séparées en un ensemble cohérent, capable à la fois de faire consensus entre les acteurs, au moins sur l’essentiel, et de donner du sens à une politique. Santé en France 2015 traite des problèmes et des déterminants de santé, mais aussi de la lecture qu’il convient d’en faire et des stratégies à développer en termes de politiques publiques, dans le champ de la santé mais aussi dans d’autres secteurs, aux différents échelons. Source Haut Conseil de la santé publique. Santé en France. Problèmes et politiques. Paris : La Documentation française, collection Avis et Rapport, mars 2015, 176 pages, 14 euros.

NB : Un ouvrage traitant de la santé publique financée par les deniers publics qui est payant, on se moque du monde !

Un modèle mathématique a été mis au point pour une meilleure estimation de la date limite d’utilisation optimale (DLUO) des produits boulangers, par rapport au risque d’altération par les moisissures. Ce modèle évolutif présente l’avantage de pouvoir intégrer de nouveaux facteurs, en fonction par exemple d’un changement de formulation du produit.

Pour améliorer et homogénéiser la qualité de la viande de poulets standards sans altérer les performances de croissance des animaux, les chercheurs de l’Inra, de l’Itavi et de la société Provimi ont développé de nouvelles stratégies nutritionnelles. Ces stratégies permettent d’homogénéiser la couleur et le pH de la viande au sein des lots.

Le bio est-il d’abord philosophique ?

28
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

plus-sur-plus-sain-meilleur-pour-l-environnement-notre-point-sur-le-bioSelon Test Achat, l’association de consommateurs belges, « Le bio, plus sûr, plus sain, meilleur pour l’environnement ? Tentons d’y voir clair ».

Acheter bio, c’est en principe favoriser un système de production alimentaire qui respecte davantage les cycles naturels des plantes et des animaux. Le bio tient-il ses promesses ? Pourquoi est-il plus cher ? Nous nous sommes penchés sur la question… D’abord philosophique. (…)

A la question controversée, « Le bio est-il vraiment sûr ? »

Il est dit, « Les produit bio offrent plus de garanties : pas d’utilisation de pesticides et moins d’additifs. Ils sont très contrôlés et doivent obéir à la législation européenne en la matière. Quand le conventionnel hésite, le bio tranche toujours en faveur de la solution la plus naturelle et la moins risquée. »

A mon sens, tous les produits sont traités de la même manière en termes de contrôles ou de garanties dans l’UE. Cela étant, on a pu voir ici et là plusieurs rappels de produits bio ou qui ont été à l’origine de plusieurs éclosions d’origine alimentaires par des pathogènes, alors …

Cela étant, selon Test Achats, « D’autres choix ont un effet plus important :

  • manger local, de saison, 
  • consommer moins de viande, 
  • éviter le gaspillage alimentaire. »

On pourra aussi voir cette vidéo qui raille le bio par les Goguettes en Trio (mais à quatre) ou en cliquant sur l’image ci-dessous. Je recommande ce groupe si vous ne l’avez pas encore vu !!!

La prochaine fraude alimentaire ? Pire que le « Horsegate » ?

28
avr
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

La prochaine fraude alimentaire ? Pire que le « Horsegate » ? Il s’agit d’un article de Cesare Varallo paru le 28 avril 2015 sur son excellent blog Food Law Latest.

Si l’explosion de l’infâme « scandale de la « viande de cheval » a été accueillie d’abord avec incrédulité puis par des sourires à peine dissimulés de la part du public et des médias, la préoccupation d’un risque de santé publique s’est révélée, après un court laps de temps, totalement infondée. Aucune de ces deux aspects ne peut être présents dans ce qui pourrait être le prochain scandale lié à la fraude alimentaire à l’échelle mondiale.

Les produits visés, dans ce cas, sont des épices (cumin, paprika en particulier et divers mélanges d’épices) qui, à un niveau non encore identifié de la chaîne alimentaire, ont été falsifiés avec des amandes concassées, dans le but évident d’un gain financier. Le vrai risque, et c’est en cela qu’il est différent du cas du « Horsegate », est que cela puisse poser un risque grave pour la santé des consommateurs allergiques.

indian_spicesEn effet, les fruits à coque sont une catégorie d’allergènes qui pourrait le plus facilement provoquer un choc anaphylactique violent ; le risque est plus que présent, puisque la détection analytique de traces d’amandes (probablement restées présentes sur les coques) est la cause de dizaines de rappels et de retraits du marché qui a commencé en Grande-Bretagne, Etats-Unis, Canada et de plusieurs autres pays européens (dont la France –aa).

Bien que l’intention de la contamination n’ait pas encore été démontrée, il est clair que la mise en œuvre d’importants retraits et rappels dans le monde entier, ainsi que la mise en cause de nombreuses marques différentes sur le marché (y compris chez des distributeurs mondiaux comme Morrisons et Sainsbury’s) et de différents types de produits montrent clairement une fraude délibérée.

Les épices ont des prix assez élevés, qui permettent de bonnes marges bénéficiaires à travers ce genre de fraude : en outre, les systèmes de traçabilité interne des petites et moyennes entreprises ne sont pas toujours suffisants en raison de la grande complexité requis par le management de ces matières premières et de leur mélange. Enfin, comme l’a souligné le professeur Chris Elliot dans une interview récente, la saison dernière a vu au Gujarat (Inde), une récolte de cumin absolument désastreuse à cause de la météo, et cela a causé une flambée des prix.

Même si une société britannique, Bart Ingredients, a contesté les méthodes d’analyse utilisées par la Food Standards Agency” (FSA), avançant l’hypothèse de « faux positifs » attribués à un autre ingrédient (le « Mahaleb », extrait du noyau d’une variété d’une cerise noire), les chances de prouver que cela est vrai pour tous les cas identifiés semble tout à fait irréaliste.

Epices_a_colombo_1La Grande-Bretagne, a été le pays européen le plus touché par le phénomène. Ici la consommation de cumin comme un exhausteur de goût dans les soupes et les produits transformés, et également en combinaison avec d’autres épices comme le paprika, le piment et le curry, est très élevée. Cependant, l’étendue de la contamination, n’a pas été encore complètement établie. Pour le moment il n’y a pas eu de rapports de décès ou d’hospitalisations dus à ce problème, mais, malheureusement, cela ne peut être qu’une question de temps. Les épices sont utilisées dans de nombreux aliments transformés et préemballés et il sera très difficile de détecter tous les produits contaminés et de les supprimer de tous des étagères (par exemple, les premiers rappels ont impliqués un kit pour fajitas des supermarchés britannique).

Ce sera le premier « stress test » pour le nouveau-né de FSA, la « Food Crime Unit » et le système de sécurité des aliments au Royaume-Uni dans son ensemble, après sa réorganisation à la suite de l’« Elliot Review » (rapport sur l’intégrité et l’assurance des réseaux d’approvisionnement alimentaire : rapport final. Un cadre de prévention du crime alimentaire national -aa). Des signaux importants, cependant, devraient également être envoyés par la Commission européenne, désormais engagée dans la révision du règlement (CE) n°882/2004 et avec la mise en œuvre de mesures appropriées pour lutter contre la fraude.

NB : Silence radio en France de la part de nos autorités. Bien entendu, le communiqué de la secrétaire d’Etat à plein de choses du 21 avril 2015, « Allergènes dans les produits alimentaires : les consommateurs désormais informés ! » est une douce illusion …