Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Le foyer d’infection d’hépatite A en Europe s’étend bien au-delà de l’Italie

14
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Virus.

HepatitisAMain« Le foyer d’infection d’hépatite A en Europe s’étend bien au-delà de l'Italie », source Food Safety News du 14 avril 2014.

On a d'abord pensé qu’un foyer d’infections d'hépatite A d'au moins 240 cas serait limiter à l'Italie mais il y a désormais une plus grande présence en Europe.

Il y a eu 240 cas de personnes qui n'ont pas visité l'Italie et qui sont associés au foyer d’infection en France, Allemagne, Irlande, Norvège, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni. Dans l'ensemble, il y a eu 1 315 cas d'hépatite A depuis le 1er janvier 2013 dans 11 pays de l'Union européenne.

On a initialement pensé que la source probable du foyer d’infection d’hépatite A était due à des petits fruits surgelés, selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Plus récemment, cependant, l'attention s'est portée sur une contamination croisée potentielle dans des équipements de production alimentaire ou même la possibilité que la souche soit désormais répandue alors qu’elle n’avait pas été précédemment détectée.

L’EFSA mène l'investigation de traçabilité en coopération avec les pays de l'Union européenne, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la Commission européenne et l'Institut fédéral pour l'évaluation des risques (BfR).

Tous les 1 315 cas d'hépatite A pourraient faire partie de l'épidémie. Les 240 cas confirmés partagent la même séquence de jonction du génome de la souche virale.

Le pathogène a besoin d’une longue période d'incubation, temps entre l'exposition et l'apparition de la maladie, et l'EFSA dit que quelque qu’il soit le véhicule alimentaire impliqué, il a une longue durée de vie et une chaîne de transformation et de distribution complexe. Cette combinaison rend probable que d'autres cas seront signalés et que le nombre de pays ayant des cas peut également se développer.

L'enquête utilise le système d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF) de l’UE. Le risque pour la santé humaine et l'étendue géographique de la transmission en cours sont tous deux perçus comme en augmentation.

Le traitement thermique de petits fruits congelés et la vaccination contre le virus de l’hépatite A pour ceux qui travaillent au contact sont parmi les recommandations que les responsables de la santé de l'UE sont en train de faire en ce moment.

« Une approche du séquençage du génome entier doit être considérée pour examiner les isolats viraux provenant de différents points dans le temps lors du foyer d’infection d’hépatite A afin de confirmer l'hypothèse d'un seul foyer », rapporte l'EFSA.

On s'attend bientôt à ce qu’une nouvelle évaluation des risques arrive.

NB : Voir aussi Mise à jour des informations sur les cas d’hépatite A dans l’UE.

Ronde des rappels 2014 : semaine 14

4
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0455, mercure (1,5 mg/kg) dans de l’espadon surgelé (Xiphias gladius) du Sénégal ; alerte notifiée par la France. Distribution France et Espagne.
  • Référence RASFF 2014.0452, maïs doux de Chine, via l’Espagne infesté de larves d’insectes ; information notifiée par la France. Distribution France et Espagne. Rappel suite à des plaintes de consommateurs. Il doit s’agir du rappel réalisé par Carrefour qui n’a pas mentionné la cause du rappel ! Voir Rappels en série de produits alimentaires.
  • Référence RASFF 2014.0448, chlorate, substance non autorisée (2,5 ; 3,6 – 0,17; 0,063 mg/kg) dans des brocolis bio surgelés d’Espagne, France et Hongrie ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution en Allemagne. A noter que l’Allemagne avait publié un communiqué de rappel le 28 mars mais ne l’a notifié au RASFF que le 3 avril, pourquoi comment ?
  • Référence RASFF 2014.0441, toxine amnésiante (ASP ou Amnesic Shellfish Poisoning) 79,1 mg/kg dans des  coquilles Saint-Jacques de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Italie, Espagne.
  • Référence RASFF 2014.0440, taux trop élevé de vitamine B6 (1,21 g/100g) dans un complément alimentaire des Etats-Unis, via le Royaume-Uni ; alerte notifiée par la France. Distribution France.
  • Référence RASFF 2014.0438, Salmonella spp. (présence dans 25g) dans un complément alimentaire, poudre de  moringa d’Allemane ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution France, Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg, Roumanie, Espagne, Suisse. Voir Ronde des rappels 2014 : semaine 13. A signaler un communiqué de rappel en Allemagne du 25 mars 2014.
  • Référence RASFF 2014.0437, Salmonella spp. (présence dans 25g) des jarrets de porc cuits réfrigérés avec du persil de Belgique ; alerte notifiée par la France. Distribution en France.
  • Référence RASFF 2014.0433, suspicion de réaction adverse (le produit est suspecté d’avoir entrainé une diarrhée grave avec perte de poids) due à des aliments secs pour chiens d’Espagne, fabriqués en France ; notification par la France. Distribution en France. Voir ce lien du 11 septembre 2013 pour plus d’informations.
  • Référence RASFF 2014.0429, Bacillus cereus (1,4 105 ufc/g) dans du cumin en poudre des Pays-Bas ; alerte notifiée par la France. Distribution en France.

Sur le tableau ci-dessous, liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux durant la semaine 14 de 2014 par les Etats membres. 

sem14_path

Ronde des rappels 2014 : semaine 13

28
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0415, Listeria monocytogenes (140 000 UFC/g) dans des fromages de France ; alerte notifiée par la France. Distribution en france et Allemagne. A noter que la date du prélèvement est le 18 mars 2014 et la date de la notification le 28 mars 2014. Délai beaucoup trop long ! S'agit-il du rappel présent le 27 mars sur le site du ministère de l'agriculture ? Il semble que ce soit le cas, car les autorités allemandes ont publié un communiqué de rappel le 29 mars 2013.
  • Référence RASFF 2014.0413, Salmonella spp. (présence dans 25g) dans un complément alimentaire, poudre de moringa d’Allemagne ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Allemagne, Autriche, France, Italie, Luxembourg, Espagne, Portugal, Suisse. A signaler un communiqué de rappel en Allemagne du 25 mars 2014.
  • Référence RASFF 2014.0407, méthidathion (0,17 mg/kg) dans des oranges de Tunisie ; notification par la France. Distribution en France.
  • Référence RASFF 2014.0406, norovirus (détecté) dans des huîtres (Crassostrea gigas) de France ; alerte notifiée par le Danemark. Non distribution par le Danemark. Rappelons qu’en 2013, il y a eu 16 notifications au RASFF concernant des huîtres et des virus, 13 notifications l’ont été avec des huîtres de France contaminées par norovirus. Depuis le début de l’année, il y a eu 4 notifications au RASFF, dont 2 de France, concernant des huîtres et norovirus.
  • Référence RASFF 2014.0384, toxine amnésiante (ASP ou Amnesic Shellfish Poisoning), 70,5 mg/kg dans des clams de France : alerte notifiée par la France. Distribution en France, Italie, Espagne. A noter qu’il y a eu 26 diverses notifications au RASFF depuis le début de l’année 2014 concernant des clams et des contaminants microbiologiques dont 12 en provenance du Vietnam et 9 de Tunisie.
  • Référence RASFF 2014.0392, arsenic (17 ; 20 mg/kg) et plomb (4,1 ; 4,2 mg/kg) dans du charbon végétal, E 153, un additif alimentaire du Royaume-Uni ; notification par la Belgique. Distribution en Belgique et France.

Sur le tableau ci-dessous, liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux durant la semaine 13 de 2014 par les Etats membres. 

sem13_path

Saga du BPA : L’Anses en remet une couche !

26
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

N'ayant pas plus beaucoup d'écoute auprès de l'EFSA, l’Anses vient de publier un communiqué le 25 mars 2014 indiquant que « L’ECHA adopte la proposition de l’Anses pour un classement plus sévère du bisphénol A en tant que toxique pour la reproduction ». Voir à ce sujet, Saga du BPA : Les Britanniques publient leur contribution à la consultation de l'EFSA, mais qu'en est-il de l'Anses ?

vraiment_sans_bpa« Dès 2012, l’Anses, dans le cadre de la mise en œuvre de la règlementation européenne relative à l'étiquetage des substances chimiques,  a déposé auprès de l’Agence européenne des substances chimiques (ECHA), une proposition de révision du classement du BPA, en vue d’un classement plus sévère en tant que toxique pour la reproduction (fertilité). Pour cette proposition, l’Anses s’est basée sur les publications et données publiées après les discussions européennes ayant conduit à sa classification actuelle.
A la suite de l’étape de consultation publique, l’Anses a complété sa proposition en intégrant de nouvelles études produites actuellement aux Etats-Unis. Le Comité d’Evaluation des Risques (RAC) de l’ECHA a délivré, sur la base de l’ensemble des données, un avis final favorable à la proposition française.
Un classement en catégorie 1 aura pour conséquence directe l’application de mesures réglementaires plus sévères, en particulier l’obligation de mise en place de mesures de prévention renforcées pour les utilisations professionnelles du bisphénol A (en premier lieu sa substitution), ou l’interdiction de mise sur le marché de mélanges contenant du bisphénol A à destination des consommateurs.
L’avis de l’ECHA sera transmis à la Commission européenne au plus tard 18 mois à compter de la date de publication de la recommandation du RAC. La décision d’inclusion de la classification harmonisée dans le règlement CLP (1) sera rendue par la Commission européenne sur la base de cet avis. »

Rappelons que la position de l’EFSA (FAQ sur le bisphénol A) pour le moment correspond à la réponse à la question, « Quels sont les principaux résultats du projet d’évaluation de l’EFSA de l’exposition au BPA? »

Les experts scientifiques de l’EFSA ont provisoirement conclu que pour tous les groupes de population pris en considération, l’alimentation est la principale source d’exposition au BPA dans l’Union européenne. Pour les groupes de population des sujets âgés de plus de trois ans, le papier thermique était la deuxième source la plus importante d’exposition au BPA après l'alimentation, pouvant représenter jusqu’à 15 % de l’exposition totale dans certains groupes de population. L’exposition totale pour tous les groupes de population est tout au plus une petite fraction de la dose journalière tolérable (DJT) actuelle pour le BPA, établie à 0,05 mg/kg de poids corporel par l’EFSA en 2006. Par exemple, l’exposition alimentaire estimée pour les adultes (y compris les femmes en âge de procréer) pouvant atteindre 132 ng/kg de poids corporel/jour est environ 11 fois plus faible que celle estimée en 2006 et représente moins de 1 % de la DJT actuelle.

Enfin concernant la substitution du bisphénol A, c’est pas gagné … voir Les alternatives au bisphénol A sont-elles fiables ? On pourra aussi lire Saga du BPA : Retour sur la consultation de l’EFSA, un point de vue.

Ronde des rappels 2014 : semaine 12

22
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0383, Listeria monocytogenes (10 ufc/100g) dans du fromage au lait cru de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Belgique, Danemark, France, Allemagne et Suisse. Ce communiqué de rappel en Allemagne est sans doute lié à cette notification.
  • Référence RASFF 2014.0379, insectes morts dans des céréales du petit déjeuner de France ; notification par la Grèce. Distribution en Grèce.
  • Référence RASFF 2014.0371, histamine (> 2500 mg/kg) dans des maquereaux (Scomber scombrus) d’Espagne ; notification par la France. Distribution en France.
  • Référence RASFF 2014.0370, ochratoxine A (25.4 µg/kg) dans des raisins secs sultanines de Turquie ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Allemagne et France.
  • Référence RASFF 2014.0361, dénombrement trop élevé de Escherichia coli (1700 MPN/100g) dans des moules (Mytilus edulis) bio d’Irlande ; alerte notifiée par la France, distribution en France.
  • Référence RASFF 2014.0357, concentration trop élevée en cyanure (88 mg/kg) dans du sorgho de France ; notification par la Belgique. Distribution en Belgique. 

Sur le tableau ci-dessous, liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux durant la semaine 12 de 2014 par les Etats membres. 

path_sem12