Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Rappel de moules de corde sélection Italie par Intermarché pour cause d’un taux trop élevé de E. coli

5
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Intermarché informe du rappel de Moules de corde sélection Italie (communiqué non daté).

La société Codimer procède au rappel consommateurs des produits ci-dessous :

Dénomination : Moules de Corde Sélection Italie,

achetées au rayon traditionnel entre le 28 avril et le 29 avril 2016

moule_corde_italie

NB : Cela fait suite à une notification d’alerte de la France au RASFF (référence 2016.0553) en raison d’un taux trop élevé de Escherichia coli (4700 UFC/100g) des moules de corde d’Italie. L’information indique aussi qu’il n’y a pas de de distribution en France. Cette annonce par Intermarché indique que la distribution a bien eu lieu en France.

Des contaminants liés au procédé de transformation sont présents dans les huiles végétales et les denrées alimentaires, selon l’EFSA

4
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

« Des contaminants issus du procédé de transformation sont présents dans les huiles végétales et les denrées alimentaires », source communiqué de l’EFSA du 3 mai 2016.

Extraits.

imgresDes contaminants à base de glycérol des procédés de transformation retrouvés dans l’huile de palme, mais aussi dans d’autres huiles végétales, margarines et certains denrées alimentaires transformées, soulèvent des problèmes potentiels de santé pour le consommateur de ces aliments pour tous les groupes d’âge jeune et pour les grands consommateurs dans tous les groupes d’âge.

L’EFSA a évalué les risques pour la santé publique des substances : les esters d’acides gras de glycidol (GE), le 3-monochloro-propane-1,2-diol (3-MCPD) et le 2-monochloro-propane-1,2-diol (2-MCPD) et leurs esters d’acides gras. Les substances se forment lors de la transformation des denrées alimentaires, en particulier lors du raffinage des huiles végétales à des températures élevées (environ 200°C).

Les plus hauts niveaux de GE, ainsi que 3-MCPD et 2-MCPD (comprenant les esters) ont été retrouvés dans l’huile et la graisse de palme, suivie par d’autres huiles et graisses. Pour les consommateurs âgés de trois ans et et plus, les margarines et les ‘pâtisseries et les gâteaux’ étaient les principales sources d’exposition à toutes les substances.

Les esters d’acides gras de glycidol – génotoxiques et cancérogènes

Le groupe d’experts de l’EFSA sur les contaminants de la chaîne alimentaire (CONTAM) a étudié les informations sur la toxicité du glycidol (un composé parent des GE) pour l’évaluation des risques des GE, en supposant une conversion complète des esters de glycidol après ingestion.

La Dr Helle Knutsen, présidente du groupe CONTAM, a déclaré : « Il existe des preuves suffisantes que le glycidol est génotoxique et cancérogène, donc le groupe CONTAM n’a pas défini de niveau de sécurité pour les GE. »

Lors de l’évaluation des substances génotoxiques et cancérogènes qui sont involontairement présentes dans la chaîne alimentaire, l’EFSA calcule une ‘marge d’exposition’ pour les consommateurs. En général, plus la marge d’exposition est élevé, plus le niveau de préoccupation est faible pour le consommateur.

Le comité a conclu que les GE sont un problème potentiel de santé pour tous les groupes d’âge les plus jeunes avec une exposition moyenne, et pour les consommateurs avec une forte exposition dans tous les groupes d’âge.

« L’exposition aux GE des bébés consommant uniquement les préparations pour nourrissons est une préoccupation particulière car cela augmente jusqu’à dix fois ce qui serait considéré comme peu préoccupant pour la santé publique », a déclaré le Dr Knutsen.

NB : Dans ce contexte, on lira la recommandation de la Commission du 10 septembre 2014 relative à la surveillance de la présence de 2- et 3-monochloro-propane-1,2-diol (2- et 3-MCPD), d’esters d’acides gras de 2- et 3-MCPD et d’esters d’acides gras de glycidol dans les denrées alimentaires.

Traduction par mes soins. -aa. La version en français du communiqué de l’EFSA est ici.

Les normes de sécurité des aliments en Europe sont-elles les plus élevées au monde ?

30
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Theater-Masks-Iphone-WallpapersL’EFSA fait dans l’humour avec ce communiqué du 28 avril 2016 plein d’allant, Le commissaire européen Andriukaitis : « Les avis scientifiques de l’EFSA sont hautement appréciés en Europe et dans le monde ».

« Les normes de sécurité alimentaire en Europe sont les plus élevées au monde » a déclaré Vytenis Andriukaitis, le commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire. Le commissaire a rendu sa première visite à l’EFSA, à Parme, en Italie, pour en apprendre plus sur les travaux de l’Autorité, ses réalisations et les défis futurs qui l’attendent.

« Les évaluations scientifiques de l’EFSA en matière de sécurité des aliments n’apportent pas seulement une contribution cruciale à la santé publique dans l’UE ; elles sont aussi appréciées dans le monde entier, par de nombreux pays et de nombreuses organisations internationales », a-t-il ajouté.

Bien entendu, je laisse au commissaire européen la responsabilité de ses propos, notamment quand il dit des « normes de sécurité alimentaire en Europe sont les plus élevées au monde », surtout quand on sait qu’elles sont diversement mises en œuvre dans les différents pays de l’UE …

L’autre aspect important est de savoir à quoi sert-il d’avoir une agence européenne de très bonne qualité, si les États membre ne respectent pas les avis de cette agence ?

Des exemples ? Les avis sur les ogm, le bisphénol A, le glyphosate, etc.

Dans le genre, une fois qu’on a passé les bornes, y’a plus de limites :

Le commissaire Andriukaitis a exprimé sa satisfaction en ce qui concerne le niveau de  coopération entre la Commission européenne et l’EFSA, mais il s’est demandé comment cette relation entre les évaluateurs des risques et les gestionnaires des risques pourrait encore être améliorée.

C’est tellement beau l’hypocrisie …

Royaume-Uni : Un quart des personnes souffrant d’allergies alimentaires ont des réactions lorsqu’elles mangent à l’extérieur

30
avr
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

« Un quart des personnes souffrant d’allergies alimentaires ont des réactions lorsqu’elles mangent à l’extérieur », source Food Standards Agency (FSA), dernière mise à jour du 28 avril 2016.

Une enquête menée par la FSA et Allergy UK a montré qu’il y a eu des améliorations pour les personnes souffrant d’allergies puisque les nouvelles règles d’étiquetage sont entrées en vigueur, mais il reste encore à faire.

L’enquête a révélé qu’une personne sur quatre a eu une réaction tout en mangeant dans un restaurant ou un café depuis la nouvelle législation sur l’étiquetage des allergènes existant depuis un an. Elle a également constaté que près d’une personne sur cinq (19%) de ces réactions allergiques ont donné lieu à une visite à l’hôpital.

menu_allergènes

Carte d’un restaurant de Lecce dans les Pouilles

La législation sur l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires est entrée en vigueur en décembre 2014*, et cela signifie que les entreprises alimentaires doivent fournir des informations aux consommateurs sur les 14 allergènes. Cela va des allergènes les plus courants, tels que l’arachide et le gluten, aux déclencheurs moins bien connus pour de réactions allergiques telles que la moutarde et le céleri. Environ 2 millions de personnes au Royaume-Uni souffrent d’allergies, dont 2% d’adultes et 8% d’enfants.

L’enquête, qui a été réalisée à l’occasion de la Allergy Awareness Week 2016 ou semaine de la sensibilisation aux allergies 2016, a constaté que dans l’ensemble 83% des répondants ont remarqué une augmentation des mesures visant à rendre la vie plus facile pour les consommateurs allergiques – dont des menus comportant une information sur les allergènes, et le personnel vérifiant activement l’information alimentaire avec la cuisine. Plus de la moitié des consommateurs allergiques (58%) ont déclaré que leur expérience globale de manger à l’extérieur s’est améliorée ; seuls 6% ont dit qu’elle avait empiré. En conséquence, une proportion similaire (52%) dit qu’elle se sent maintenant plus confiant de manger à l’extérieur qu’avant que la législation soit introduite.

Cependant, les personnes souffrant d’allergies rapportent encore un certain nombre de problèmes lorsqu’elles mangent à l’extérieur. Plus des deux tiers (69%) ont fait l’expérience de personnel ne comprenant pas la gravité d’une allergie, et avec quelle facilité une erreur peut provoquer une réaction. Un nombre similaire (68%) ont constaté que le personnel avait un manque de connaissance de ce qui est sur le menu ou dans les aliments – avec du personnel confondant les œufs avec les produits laitiers, ou en supposant que le client demandait sans gluten plutôt que d’éviter le lupin (une céréale couramment utilisée à la place du blé). Plus de la moitié des consommateurs allergiques (56%) ont dit qu’on leur faisait sentir cela comme un inconvénient en raison de leur allergie.

Au total, environ un tiers des personnes souffrant d’une allergie alimentaire ont subi une réaction durant la dernière année en mangeant à l’extérieur de la maison. Pour la grande majorité d’entre elles (25%), cela a eu lieu dans un restaurant ou un café, avec 9% dans le cas d’aliments ou de plats à emporter. Dans la plupart des cas (88%), la réaction est auto-traitée, avec 19% des réactions aboutissant à une visite à l’hôpital.

* En France, le Décret n°2015-447 du 17 avril 2015 relatif à l’information des consommateurs sur les allergènes et les denrées alimentaires non préemballées est paru le 19 avril 2015. Si même la réglementation est en retard, que dire des cafés, restaurants et autres commerces de bouche …

Par ailleurs, en France, on apprend le 29 avril 2016 qu’En septembre, le conseil municipal de La Madeleine modifiait son règlement de cantine scolaire et imposait, pour les enfants allergiques, le certificat d’un spécialiste. Abusif ? L’opposition a sollicité la préfecture, qui vient de rendre un avis très nuancé. A lire …

Ronde des rappels, semaine 17 de 2016

29
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lait, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2016.0544, norovirus (présence) dans un coulis de framboises de Belgique. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France. Ce n’est pas exact car il y a eu un rappel chez Auchan en France.
  • Référence RASFF 2016.0537, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (stx1+ dans 25g) dans du Roquefort de France. Alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Allemagne et Suisse. En Allemagne, communiqué de rappel du produit fabriqué par Vernières Frères. Marque : Grand Maitre Roquefort AOP 100g ; EAN: 4002156042084 ; MHD 25/06/2016 ; Lot: 151 032. Communiqué de rappel en Suisse, ici.
  • Référence RASFF 2016.0536, Salmonella Typhimurium (4,[5],12:i dans 25g) dans des filets de dinde congelés d’Espagne. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2016.0534, suspicion de Listeria monocytogenes dans du fromage au lait cru de France. Alerte notifiée par le Royaume-Uni. Pas de distribution au Royaume-Uni.
  • Référence RASFF 2016.0514, Listeria monocytogenes (< 10 UFC/g) dans du tarama de cabillaud de Roumanie. Alerte notifiée par la France. Produit présumé ne plus être sur le marché.
  • Référence RASFF 2016.0512, Listeria monocytogenes (11000 UFC/g) dans du fromage au lait cru « Camembert de Normandie ». Alerte notifiée par la France. Distribution France, Japon, Monaco, Pays-Bas, Belgique.
  • Référence RASFF 2016.0509, mercure (2,9 mg/kg) dans des steaks d’espadon surgelés d’Espagne. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2016.0507, Salmonella enteritidis (présence dans 25g) dans des filets surgelés de poulets de Lituanie. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution en France.
  • Référence RASFF 2016.0500, cadmium (3,94 mg/kg) dans du crabe (Cancer pagurus) cuit réfrigéré d’Irlande. Notification pour attention de la France. Produit présumé ne plus être sur le marché.